Réfugiés Tunisiens ou immigrés économiques ? par Gérard Brazon

Publié le 6 Avril 2011

L’Italie ouvre ses portes aux Tunisiens « libérés » de la dictature de Ben Ali. C’est un vrai mystère ? Non. C’est en toute bonne logique l’occasion pour des milliers de Tunisiens de rejoindre un eldorado. Une Europe généreuse et particulièrement une France  qui est le pays le plus généreux de l’Europe. Est-ce à dire que l’on devrait être flatté ? Que l’on devrait être fier d’être choisi parce que nous sommes le pays des « droits de l’homme », le pays à la main tendue, le pays accueillant la misère du monde ? Bien sur que non. Nous sommes tout simplement piégés par une révolution qui était censée redonner la liberté aux citoyens Tunisiens et que nous avons tous, plus ou moins applaudit et une Europe qui refuse d’accompagner sur place ces révolutions et en contrepartie interdire l’accès à l’Europe. C’est peut-être les forces vives qui partent de ce pays comme peut-être la lie échappée des prisons. Nul au fond ne le sait. Si c’est les forces vives de la nation Tunisienne, c’est gravissime pour la Tunisie. Pire c’est quasi un crime pour ce pays qui va se vider de ses forces. Au profit de qui, de quoi ? D’un islam rétrograde sans doute. Si c’est la lie de la nation Tunisienne échappée des prisons, c’est l’Europe et surtout la France qui va être l’objet d’une intoxication.  Dans tous les cas, ces « invasion » tunisienne n’est pas bon pour notre pays en but au chômage, au manque de logement et de perspectives à long terme pour notre économie.

La France est impuissante ?  L’Europe est obligeante de par les traités signés ? C’est de toutes les façons, la preuve que la France n’est plus un pays  indépendant et souverain puisqu’il ne peut même plus choisir et décider qui peut venir s’installer chez lui. Ce pays n’a plus que le droit de payer des aides, prendre en charge une immigration en surplus et se taire sous peine d’être trainés devant les tribunaux européens. Pour ma part, je crois que cela suffit. Trop c’est trop !

Les français réalisent que tous les débats, que ce soit sur la laïcité, sur l’islam, sur la vie publique en général ne servent à rien si l’on ne peut rien interdire, rien appliquer, rien décider sans demander l’avis de Bruxelles.

Le choc social qui fera suite  à cette invasion programmée qui s’annonce me faire craindre un tsunami politique en suivant. Déjà, des voix s’élèvent pour dire que c’est ce tsunami qui restaura la liberté de choix de la France.

Que nos politiques de droite comme de gauche ne s’en rendent pas compte relève tout simplement de l’incompétence.

Gérard Brazon

             Sur ce blog, tous mes textes sont libres d’accès. Ils ne sont pas protégés par copyright. Le combat des idées nécessite cette liberté de copier et de diffusion. Pour autant, et par simple respect, il vous est demandé de citer l’auteur des articles et de mettre en lien le site. Merci d’avance.

 

 

Gérard Brazon - http://puteaux-libre.over-blog.com

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Nancy VERDIER 06/04/2011 23:17



Tout à fait d'accord. On m'a aussi dit que parmi les réfugiés tunisiens, outre des évadés de prisons, il y aurait des policiers qui sous Ben Ali tenaient le haut du pavé, matraque à la main ou
spécialistes du chantage et de l'extorsion d'argent... A suivre...Pour ce qui est de Bruxelles, l'étau se resserre et on étouffe de trop d'Europe ou de trop de Commission européenne. Ce qui
autrefois était ressenti comme un bienfait pour l'organisation des états européens, apparaît de plus en plus comme un diktat, une rigidité, un carcan qui va tuer la Liberté et les démocraties et
détruire nos états. Si les fonctionnaires ne le comprennent pas, il faudra que nous prenions la décision de tout arrêter. Mais BAROSO et la Commission, pour l'instant persistent et appliquent les
directives.