Réinsertion des détenus : ouverture des premiers "Jeux pénitentiaires" à Fréjus. Top de la confusion!

Publié le 13 Septembre 2012

Tout va bien dans ce pays! A quand les Olympiades des taulards par ville?  Avec médailles d'or, d'argent et de bronze et réception à l'Elysée. Pourquoi pas aussi le jeu de "voulez-vous gagner des millions". C'est mon dernier mot Madame Taubira! Lorsque une société commence à confondre sa mission première avec un délire humaniste, c'est la déliquescence assurée de l'ensemble!

Gérard Brazon

***

Après les Jeux Olympiques et les Paralympiques, voici les Jeux pénitentiaires, une compétition "hors les murs" visant à réinsérer des détenus.

Ces "Jeux pénitentiaires" regroupent plusieurs établissements à Fréjus : 12 prisons sur les 15 de PACA-Corse au côté de la maison d'arrêt de Fresnesen région parisienne.

Jusqu'à vendredi, une centaine de détenus, associés au même nombre de personnels pénitentiaires (magistrats, éducateurs, membres du Spip, etc.), concourront dans 18 disciplines, du marathon au cyclisme en passant par la pétanque.

"C'est quelque chose de bien, une chance pour nous de nous évader des soucis quotidiens", confie Yassine, 27 ans, détenu à la maison d'arrêt de Nice. "Cela nous permet de respirer, d'être ailleurs", abonde Mohamed, 47 ans, incarcéré à Luynes.

"L'objectif, c'est de les mettre en mouvement pour les préparer à la sortie"

Maillots bleus, rouges, orange ou noirs, chaque établissement défend fièrement ses couleurs. L'essentiel, souligne Jean-Paul Bouttier, ravi que cette "idée folle" ait pu se concrétiser en "pleine année olympique", c'est que cette compétition se déroule "hors les murs, dans les conditions de la vie réelle". Cela "nous rappelle que notre mission est de favoriser le retour de notre public dans la vie sociale". Cet événement, ajoute-t-il, "c'est un sas en prévision d'un aménagement de peine ou d'une sortie de détention". 

Une initiative similaire avait été menée à Gap il y a deux ans : une traversée des Alpes de dix jours réalisée par cinq détenus encadrés par le même nombre d'accompagnateurs. "Les cinq sont allés jusqu'au bout : ils ont démontré qu'ils étaient capables de faire des choses positives et d'atteindre un objectif sans se décourager. Et ça, ça n'a pas de prix. AFréjus, c'est la même chose. L'intérêt, c'est de travailler sur cette notion de confiance et de solidarité."

La plupart des participants n'ont obtenu du juge d'application des peines qu'une permission de sortie d'une seule journée. Un peu court peut-être pour développer la cohésion et l'esprit d'équipe. (ben voyons, sans doute devrait-on leur offrir des vacances pour conforter cet esprit d'équipe! )

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Repost 0
Commenter cet article

L'EN SAIGNANT 13/09/2012 11:52


Ça va encore coûter combien aux contribuables, ce DÉLIRE "Hollataubiresque" .? Pauvre France; Pauvres nous.!

mika 13/09/2012 10:12


Et si la loi obligeait les délinquants étrangers à effectuer leur peine dans leur pays ?


http://www.youtube.com/watch?v=n3e7isfmarY


 

jp 13/09/2012 09:42


l'heure de la peine de mort est arrivée ,et nos guignols font l'inverse