Réponse à Christine Tasin : et si on était moins sectaires ? Par Pierre Cassen

Publié le 11 Juillet 2013

Pierre Cassen en grand conciliateur si ce n'est réconciliateur tente une fois de plus de mettre en phase des antagonismes où plutôt un antagonisme de fond et de fait: celui de Christine Tasin envers Béatrice Bourges.

L'une Christine, nie à l'autre l'efficacité de son combat contre l'islam qui est son combat de fond.

L'autre invite à élargir le débat et trouve souvent, parmi les résistants, des oreilles attentives qui entendent et comprennent bien qu'au fond, le combat axé seulement et uniquement contre l'islam ne doit pas interdire de s'ouvrir à d'autres si ce n'est pour grandir.

S'ouvrir ne voulant pas dire se perdre et perdre la spécificité première du combat premier: La lutte contre l'islamisation de notre pays doit se poursuivre.

Mais pourquoi pas avec d'autres y compris ponctuellement.

Cela fit débat en interne à Résistance Républicaine et n'a pas trouvé véritablement de solutions. D'où ces échos que l'on entend de ci de là comme dans l'article suivant de Pierre Cassen fondateur de Riposte-Laïque.

Pour ma part, je faisais partie de ceux qui souhaitaient l'ouverture. Je ne fus pas entendu puisque en interne, notre courant d'ouverture a été mis en minorité. Qu'importe, Résistance Républicaine existe bel et bien, Christine est la Présidente et le combat contre l'islam se poursuit. C'est l'essentiel pour le moment...

 

 

Gérard Brazon

 

 

Par Pierre Cassen

Christine Tasin, dans une tribune enflammée, reproche à Béatrice Bourges et au Printemps français de ne pas se battre contre l’islamisation de la France et l’immigration. Bref, de ne pas faire ce que fait Résistance républicaine. Ce mouvement serait donc, selon elle, voué à un échec inévitable.

Pourtant, depuis près d’une année, une exceptionnelle mobilisation contre la loi Taubira a pris de court toute la classe politique. Nous avons vu ce peuple que Gabrielle Cluzel appelle« la France bien élevée » se lever. Toute une génération, qu’incarne le jeune Nicolas, a découvert le militantisme, et inventé de nouveaux types d’actions. Cette force représente le cœur de la Résistance de demain.

Au lieu de les regarder de haut, n’aurait-il pas fallu, tracts à l’appui, dans les manifestations, démontrer que le Pacs, en 1998, a introduit, malgré les promesses des socialistes, le mariage homo en 2013, et que celui-ci introduira forcément le mariage polygame musulman dans quelques années, charia pour tous, si rien ne change ? N’était-ce pas ainsi qu’on aurait pu faire le lien entre ces deux combats ?

Ce qui rassemble ces manifestants et la majorité des adhérents deRésistance républicaine, l’amour de la France et de sa civilisation, n’est-il pas beaucoup plus important que ce qui pourrait les diviser ? Ne doit-on mener des actions qu’avec des gens avec qui on est d’accord sur tout ?

Heureusement, non. Ainsi, nous avons vu Christine Tasin rendre hommage à l’historien Dominique Venner, devant la cathédrale Notre-Dame, en compagnie de l’écrivain Renaud Camus. Rappelons qu’avant son suicide, celui-ci, tout en condamnant ce qu’il appelait l’abominable loi Taubira, appelait nos compatriotes à se mobiliser pour défendre notre civilisation.

Nous avons vu également ledit Renaud Camus débattre très amicalement avec Gabrielle Cluzel et Béatrice Bourges, à l’invitation de Robert Ménard, et leur dire que selon lui, le mariage homosexuel était une bataille secondaire contre le pire danger qui guette la France, le « grand remplacement » et le « changement de peuple ».

Nous avons pu, Christine Tasin et moi-même, débattre fort courtoisement avec l’abbé de Tanoüarn, espace Saint-Paul, à Paris, sur la laïcité. Nous sommes régulièrement invités sur Radio Courtoisie, dont le président et la majorité des présentateurs ne partagent pas la vision de Christine – qui n’est pas la mienne – sur la loi Taubira.

Nous avons vu les Identitaires, auteurs d’une action exemplaire à Poitiers, organiser avec Résistance Républicaine et Riposte Laïque le mémorable Apéro Saucisson-Pinard et, six mois plus tard, les Assises internationales sur l’islamisation de nos pays. Et pourtant, les Identitaires sont régionalistes et européistes, et nous sommes plutôt « République une et indivisible » et souverainistes.

Nous avons vu Christine Tasin, à la tête de son association, manifester contre le fascisme islamiste, dans les rues de Paris, et donner la parole à Oskar Freysinger, qui, pourtant, ne cache pas son hostilité à l’avortement.

Pourquoi cette culture du débat et du rassemblement, qui caractérise le camp des patriotes, ne serait-elle pas possible avec le Printemps français ?

Nous sommes dans une période où le jeune Nicolas vient de passer trois semaines en prison. Nous sommes dans un pays où Esteban et Samuel, agressés par des antifa, sont embastillés pour s’être défendus, quand les gauchistes sont en liberté. Nous sommes sous un régime où Renaud Camus, Marine Le Pen, Ivan Rioufol, Christine Tasin, Pascal Hilout, Pierre Cassen et bien d’autres qui osent critiquer l’islam se voient menacés juridiquement pour délit d’opinion. Nous avons un gouvernement qui, par la bouche de sa porte-parole, réfléchit à mieux encadrer la liberté Internet, pour faire taire ces « fromages qui puent » qui osent encore se réclamer de l’amour de la France et de ses valeurs.

Alors, l’heure est-elle aux divisions sectaires qui affaiblissent notre camp, ou bien au renforcement de l’unité de tous ceux qui résistent, chacun dans son registre ?

À quand Béatrice Bourges et Christine Tasin à une même tribune ou à une même manifestation ?

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Banro64 13/07/2013 00:17


J'ai déjà donné mon assentiment à votre article précédent et à celui de Béatrice Bourges et je partage entièrement le point de vue de Pierre Cassen.


D'ailleurs, depuis une polémique avec Christine à propos de la loi Taubira, je ne fais plus aucun commentaire sur son blog.

yves IMBERT 11/07/2013 18:38


Une fois de plus je dois saluer l'ouverture d'esprit et la pertinence de Pierre CASSEN alors que ses antécédents à la CGT auraient pu faire de lui l'individu borné qu'est le cégétiste lambda
tueur d'entreprises