Reportage / Belgique - Islamisme : Tuer du belge (1)

Publié le 25 Avril 2013

Il y a  longtemps, on avait la paix en Belgique.

Jacques Vanzand – rédaction israel-flash

Il n’y a pas si longtemps, deux adolescents belges musulmans ont assassiné l’arbitre d’un club de football. Il n’y a pas si longtemps, le niveau d’alerte terroriste est passé au niveau 3 (sur 4) à cause de la sortie d’un film-Le Prophète innocent- qui critique l’islam. Il n’y a pas si longtemps,  le meneur du petit groupe « sharia4belgium » a fait savoir par son avocat qu’il plaide non coupable « puisqu’il ne fait que répéter ce qui se trouve dans le coran ». Je n’ai pris que ces trois exemples mais la liste des nuisances musulmanes est  longue, très longue…

Il y a  longtemps, on avait la paix en Belgique.

L’islam se mue lentement en secte dangereuse,  voulant à présent nous imposer la plus imbécile et barbare des dictatures : la charia.

Des analystes nous avaient prédit une islamisation du pays, de Bruxelles plus spécialement, pour 2030. Avec  cette excroissance hideuse qu’est la charia. Nous y sommes presque : en février 2012 le juge de Bruges a condamné un homme à quatre mois de prison pour avoir déchiré un coran en présence de musulmans ; l’homme affirme que le coran lui avait été lancé à la tête par des musulmans lors d’une discussion animée. Sachant que quand des musulmans agressent et blessent des personnes âgées ils ne font pas de prison, j’en conclu que dans ce pays,  déchirer un coran est plus grave que d’agresser quelqu’un. Nous ne vivons plus en Belgique, nous sommes en Absurdie.

L’extrême droite avait bien, il y a quelques années déjà, fait circuler des dessins où l’on voyait le belge chrétien faire figure d’étranger  dans son propre pays et les postes d’échevin détenus par des barbus. La réalité est en passe de rattraper  cette fiction puisqu’il y a peu nous avons assisté à la prestation de serment de Redouane Ahrouch, à la tête du parti « Islam » dans la commune d’Anderlecht, une des  19 communes de Bruxelles ; Redouane Ahrouch est un homme favorable à la charia, qui pense qu’il est logique qu’elle supplante les lois du pays. A première vue on pourrait penser qu’il est fou, au point d’être interné. Mais non, il y croit réellement.

De plus Redouane Ahrouch a été condamné le 25 novembre 2003 à six mois de prison par la Cour d’appel de Bruxelles pour avoir volontairement frappé sa femme en entraînant une incapacité. Pourtant Redouane affirmait lors de ces élections : « moi, je peux apporter l’éthique. J’ai un bagage et je porte des valeurs ». Et quand on l’invite à préciser ces valeurs  Redouane  n’hésite pas à répondre « j’ai le respect des autres »….

Ce «  parti clérical, antidémocratique et totalitaire » inclut dans son programme l’instauration de la charia, une loi religieuse qui serait applicable à tous. Du jamais vu. Même le parti catholique belge inféodé à Rome n’avait jamais tenté  d’élever sa loi religieuse en référence  ou en modèle de droit pour tous les belges, toutes croyances ou philosophies confondues.

La liste « Islam » ébauche un front islamique bruxellois : elle a répertorié  tous les mandataires d’origine musulmane (pratiquants, athées, agnostiques) et fait savoir que, qui qu’ils soient dans la société, ils conserveront « une nature musulmane inaliénable ». Ce parti a fait du porte à porte, il a tenté de démystifier la charia, voire de l’idéaliser en tant que rempart contre toutes les dérives et tout ce qui ne va pas (alcoolisme, drogue, prostitution etc…) dans nos sociétés occidentales ; tout en taisant le caractère criminel, barbare, xénophobe, raciste et misogyne des lois qui la régissent.  C’est grave mais le plus pervers on n’en parle pas : son programme social et ses projets d’alliances. Le parti  Islam offre une liste détaillée des revendications sociales qui piège et vole les programmes des partis démocratiques. Cette technique, l’aide aux plus démunis plus particulièrement, a fonctionné dans plusieurs pays du Maghreb  et a permis d’introduire l’islamisme radical dans la population. Il a été prouvé que quand l’islamisme radical est introduit dans une population appauvrie ou en manque de repères, il hiberne une courte période puis se développe comme une bactérie placée dans un incubateur. Les idéaux proposés vont imbiber le peuple, des liens vont se créer, les principes religieux extrémistes, distillés chaque jour comme un venin  vont petit à petit se substituer à la liberté de penser, au savoir et à l’esprit critique. Une fois ces principes bien installés dans la tête des fidèles, plus aucune contestation ne sera possible.

 La charia élève le crime et la mutilation au niveau de châtiments divins, l’assassinat d’une sœur désobéissante en acte héroïque  … Une véritable insulte à Dieu, une arnaque de première catégorie. Et ce sont les tenants de cette idéologie criminelle qui osent parler « d’infidèles » quand ils désignent ceux qui n’adhèrent pas à leurs « valeurs » immorales.

Pourtant des belges se convertissent à l’islam. Un  cheminement parmi d’autres sera illustré par l’exemple suivant : une famille belge survit dans une pauvreté extrême et habite dans une caravane. Toute la famille est alcoolique. Leur fils Alain, adolescent, tente de sortir de cette ornière par ses propres moyens mais échoue et recommence à boire. Un copain musulman très pratiquant- Ahmed- arrive pourtant à le sevrer de l’alcool en le convertissant à l’islam. Quand Ahmed propose à Alain de partir un an avec lui en Afghanistan , ce dernier accepte. Les parents peu instruits n’y voient là qu’un simple voyage. Quand Alain revient il n’est plus tout à fait le même. Il s’habille à l’orientale, s’enflamme pour des causes politico-religieuses auxquelles ses parents ne comprennent rien,  ne fréquente plus aucun de ses copains et est prêt à utiliser des armes pour « les causes justes ». Mais il ne boit plus d’alcool et la mère émerveillée se convertit elle aussi à l’islam, sans doute par reconnaissance… tout en continuant de boire en cachette.

Actuellement la Belgique vit un scénario plus dramatique : des enfants, mineurs d’âge pour certains, se font embrigader par des musulmans radicaux et partent combattre en Syrie aux côtés des rebelles.  Nous n’en connaissons pas le nombre exact, on parle de 80 à 100 enfants, mais il  probable qu’ils soient bien plus nombreux. Le gouvernement savait depuis plus de  10 ans que certaines mosquées de Bruxelles étaient des centres d’endoctrinement, mais cela a toujours été traité avec légèreté ou incrédulité. Les recruteurs fonctionnent avec une logique de secte.

Pourtant les voyants étaient au rouge depuis quelques années : la chaîne de télévision nationale avait, par exemple, déjà procédé à la diffusion d’un enregistrement effectué dans une toute nouvelle mosquée à Anderlecht et il en ressortait que le prêche se résumait en  appels à la haine, à du racisme, à la supériorité des principes religieux musulmans sur nos lois et à la désobéissance civile. Depuis lors les raisons de s’inquiéter se sont multipliées, mais sans jamais vraiment inquiéter nos élus. Nous sommes bien en Absurdie.

Et aujourd’hui c’est l’ahurissement ! Ils ne comprennent pas ! Du coup c’est le branle-bas de combat, 48 perquisitions ont été menées, on rouvre tous les vieux tiroirs pour essayer de trouver des pistes.

Un de ces jeunes est revenu blessé de Syrie, d’autres sont morts. Et le jour où certains de ces enfants guerriers rentreront définitivement( ?) au pays, ils seront perçus comme des héros.

 L’islamisme radical gangrène notre société. Leurs affiliés ne tolèrent pas la drogue et pourtant ils la vendent et ce sont des européens qui la consomment.  L’islamisme radical  « ratisse » chez les consommateurs de drogues pour récolter les futurs candidats au djihad,  en argumentant qu’il vaut mieux devenir musulman que de rester chrétien et drogué. Le hic c’est qu’une bonne partie de la drogue nous est fournie par des états musulmans. On pourrait presque dire que le plan est génial.

Dans les universités le discours et les méthodes varient quelque peu ; c’est souvent la « cause palestinienne » qui sert d’amorce. Des conférences sont offertes aux étudiants européens qui ont une vision biaisée des problèmes moyen-orientaux ou qui les connaissent fort mal, le conflit  israélo-palestinien en particulier. Des habitués de la propagande tels Tarik Ramadan, des responsables d’associations belgo-palestiniennes, des représentants de partis d’extrême gauche ou tout simplement des antisémites (pardon : anti sionistes) accomplis sont engagés pour expliquer et convaincre. Or quoi de plus simple que d’imbiber de « connaissance » un auditoire qui n’a pour tout repère qu’une presse européenne amnésique et anti israélienne ? Il y a chaque année et par milliers, des assassinats de musulmans par d’autres musulmans et pourtant ce sont les quelques victimes palestiniennes que la propagande islamiste et la presse de gauche mettront en avant.

Il s’en suit que des musulmans « normaux » sont radicalisés et que des jeunes belges catholiques révoltés par « tant d’injustice » envers les palestiniens (les  millions d’autres sont oubliés) se convertissent à l’islam ou s’affilient à des associations belgo palestiniennes, convaincus que l’islam radical est une religion de paix et de tolérance et que les israéliens sont d’affreux tortionnaires.

Faut-il y voir un hasard ? C’est dans la commune d’Anderlecht, celle du parti Islam, que Hakim Benladghem, un islamiste algérien de 39 ans, avait transformé son domicile en un véritable dépôt d’armes : fusils mitrailleurs, armes de poing, casque à vision nocturne, bouclier blindé, gilets pare-balles, munitions en masse et matériel paramilitaire. Il  a été abattu le 26 mars 2013 par la police sur l’autoroute A8, après avoir volontairement percuté un des véhicules de police et menacé les policiers d’une arme. Il était considéré comme dangereux, et poursuivi pour un braquage avec vol d’arme et pour suspicion d’appartenance à un groupe terroriste. L’enquête ne fait que commencer. Des rumeurs parlent d’une possible connexion avec M.Merah.



Lire la suite: http://www.israel-flash.com/2013/04/belgiqueislamisme-reportage-videos-tuer-du-belge/#ixzz2RSueWaNK

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article