Requiem pour une manif islamiste interdite - par Anne Zelensky

Publié le 11 Avril 2011

par Anne Zelensky - Riposte Laïque

Nous ne savions pas si nous devions nous réjouir de l’interdiction de la manif des fanatiques de Forsane Alizza, prévue pour le samedi 9 avril. En même temps je m’étais fendue d’un communiqué indigné à la Préfecture de police : comment, vous avez autorisé cet insupportable camouflet aux valeurs de la République ! Le paradoxe est au coeur des réalités. Mais nous avons quand même maintenu notre rendez vous, pour le plaisir en somme. Du plaisir, nous allions en avoir.

Comme des conspirateurs, nous devions nous retrouver, à distance du lieu du crime. A quelque encablures de la Nation, à Picpus. Il ne manquait qu’un signe de ralliement. Je suis tombée en arrêt devant le petit objet qu’actionnait Gandalf : un boitier blanc avec les deux barres verticales, symbole du stop, et qui émettait sous pression, un couac rappelant celui que les résistants utilisaient comme signe de reconnaissance. Tout un programme. Les copines de la Ligue (du droit des femmes) – eh oui, il y a quand même des féministes à la hauteur – s’en munirent illico.

Bientôt nous fûmes une vingtaine, de diverses provenances, mais sous la houlette de Gandalf, le preux, qui avait concocté une action aux oignons. Le coup de l’huissier qui devait constater l’illégalité flagrante des emblèmes noirs de l’ex manif – mais je n’en dis pas plus – était une idée de génie. Elle renouvelait de fond en comble la contre-manif, telle qu’elle se pratique depuis la nuit des temps en révolte. Il ne s’agissait plus d’affronter l’ennemi, mais de s’adresser aux forces de l’ordre pour leur faire appliquer la loi. Car tout le problème est là : appliquer la loi. Notre cible n’est pas cette bande de lessivés du cerveau, mais les nôtres , ceux qui ne font pas leur boulot : faire régner l’ordre de la raison, face aux dérives de la folie religieuse. Voilà qui devait éviter les habituelles castagnes et dérives.

Munies de notre historique appareil à couac, nous sommes parties en éclaireuses vers la Nation. Sur un banc, nous ont rejoint deux adhérentes de RL. Les forces de police étaient plus nombreuses que les vestiges de manifestants. Cependant il y avait des petits groupes de nikabées, de ci de là. En passant, nous les avons fait sursauter avec nos couacs. Et puis est venu le plaisir suprême, celui que je n’aurais osé imaginer. Moi, qui comme tant d’entre vous, ressent à la vue d’une seule d’entre elles, une crispation insupportable du côté du plexus, moi qui ne peux m’empêcher de grommeler à sa barbe des commentaires furieux, j’ai eu la joie intense d’en voir embarqué un lot dans un panier à salade, en deux temps trois mouvements ! Notre petite bande de féministes est allée voir de près ce prodige : les grillagées derrière le grillage.

Des barbus, il n’en traînait pas beaucoup. Ils faisaient profil bas, mais s’énervaient dès qu’un appareil photo les braquait. Ils avaient envoyé leurs bonnes femmes au feu, dans la logique de : les femmes et les enfants d’abord.
Quel bon moment ce fut ce samedi 9 avril , sur la place de la Nation en fête, tout printemps dehors !

Anne Zelensky

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

rosalie 11/04/2011 17:19



Oui en effet merci pour ce compte rendu et votre implication qui nous donne de l'espoir. Ne pourrait-on organiser une manifsetation identique avec des couacs qui hurlent pour obliger les forces
de l'ordre à faire évacuer ceux qui prient tous les vendrdedis dans les rues, car enfin il est plus facile de s'attaquer à quelques femmes en linceuls qui m'insupportent, qu'à une bande de fous
qui empêchent la circulation. Quand cela va t'il cesser, les paroles des politiques on en a soupé, on veut des actes maintenant.



Claude Germain V 11/04/2011 16:50



 


Merci Madame pour ce petit commentaire humoristique à souhait ; malgré le coté grave de la situation.


Ce qui me dérange par contre c’est de voir des gens qui prônent la destruction de la chrétienté venir faire des manifs devant Notre-Dame, qu’ils aillent devant leur mosquée.


Tiens !! je vais m’acheter un petit « couac »