Résistance Républicaine: 18 Juin 2011, le début d'une marche vers la France éternelle.

Publié le 20 Juin 2011

2011-06-18-16.07.43.jpg

Un petit reportage sans ambition d'une journée entre résistants attachés à la Laïcité. Nous étions nombreux malgré la pluie, parfois battante, à écouter les chansons de cette France d'hier, la révolutionnaire, la populaire dans le meilleur sens du terme. Il y avait beaucoup de femmes aussi.

Cette France que l'on aime et dont ces chansons qui furent chantées, ont bercé notre enfance. Qui ne se souvient pas de ces chansons comme la Carmagnole ou des textes de Brassens, de Ferrat, de Brel et de bien d'autres encore, qui nous ont agacés parfois, nous ont charmés souvent, mais qui sont en partie, le levain de notre âme française.

Ce n'est pas être chauvin que de dire celà. Ce n'est pas de la nostalgie, du moins pas uniquement. Et après tout, pourquoi les destructeurs de la nation française honorent le nationalisme des uns, et méprisent le nôtre. En quoi le nationalisme des pays d’Afrique et du Moyen Orient serait-ils plus honorable que celui des Européens et singulièrement que celui des Français.

Les temps étaient durs aussi pour ceux qui vécurent une époque où les aides sociales n'étaient pas distribuées comme aujourd'hui.  Ou personne ne savait ce qu'était l'assistanat tant il ne serait venu à l'idée de personne, de vivre aux crochets de la société sans toute honte bue.

Non pas, parce qu'il ne faut pas soulager la misère de certains de nos pauvres et indigents !  Soulager celle de nos vieux, mais simplement parce qu'il y avait de la fierté à ne vouloir dépendre de personne et de vivre de son travail.

Aujourd'hui, par un curieux retournement des valeurs, c'est l'indigent qui est coupable, le vieux qui n'a pas été assez prévoyant, c'est le malade qui coûte trop cher. Le chômeur est une victime et le travailleur est riche, surtout,  il a « de la chance » de travailler.

C'est l'imposé fiscal qui est riche, le supposé riche qui est la cible et le présupposé jeune qui est victime. D'autant plus, s’il est issu de banlieues déclamée, affirmée,  partout dans médias, comme difficiles. Fermez le ban. Au delà, vous risqueriez le procès en diffamation pour racisme dans cette société de droits qui n’a plus que l’enveloppe à défaut d’avoir du contenu et de l’esprit.

            Je vous parle d'un temps que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître puisque cela fait plus de trente ans que nous vivons dans un pays riche, forcément riche, qui doit accueillir la misère du monde voire, toute la misère du monde et que nos pauvres (bande de salauds) parfois travaillant (hé oui, on en est là) sont des geignards qui ne connaissent pas la chance qu'ils ont de bosser en usine, de trier les déchets, de tondre les pelouses, de vider  les poubelles, de construire des maisons, d’encaisser dans les supermarchés pendant que d'autres font des heures de camions pour livrer la précieuse richesse à consommer. Sans compter ceux qui serrent les boulons de nos voitures dans le peu d'usines qui restent en métropole pour parfois un peu plus que le SMIC mais le plus souvent pour moins.

Ce n'est pas ceux là que nos syndicalistes défendent le plus souvent, ces anonymes, ces exploités d'un patronat nouvelle tendance qui a trop souvent dans le cœur, un bilan d'exploitation ou la peur de couler l'entreprise sous la concurrence asiatique sans contrôle.

Nos syndicalistes nouvelle formule ont trouvé un nouveau prolétariat : l’immigré et particulièrement le clandestin appelé « sans papiers » puisqu’il n’a pas jugé bon de les demander lorsqu’il a franchi la frontière sous ou dans un camion ou planqué dans un train. C’est donc un délinquant qui devient la « victime de la barbarie capitaliste voire blanche et esclavagiste. » Car le blanc est esclavagiste par essence. Et s'il ne l'est pas aujourd'hui, il le sera demain et même que, si ce n'est toi, c'est donc ton frère. Non mais...

C’est le même que l’on retrouve dans les cuisines, les chantiers, les arrières boutiques  pour pas un rond mais qui en profite, bien conseillé par des associations subventionnées, pour s’agripper aux mamelles françaises de l’AME ou de ATA avant que d’être à la CMU.

Avec un peu de chance, il rencontre une bonne âme pour faire un gosse, se marie et paye parfois un loyer avec l'aide de la solidarité nationale qu'est l’APL. Parfois, il paye des impôts.  S'il est chanceux. La France est généreuse, alors il en profite. C’est humain au fond. Plus tard, il fera venir sa famille restée au pays avec le regroupement familiale pour toucher les allocations de la CAF. Merci Giscard, Mitterrand, Chirac et Sarkozy. Giscard c'est combien de temps? 1974-1981. Mitterrand? 1981-1995. Chirac 1995-2007. Depuis, rien de neuf...

Je vous parle d'un temps ou les moins de trente cinq ignorent que la France en ce temps là était un pays envié et respecté pour sa puissance et ses attraits qui s'appelaient: Liberté, Egalité, Fraternité auquel j'ajoute Laïcité.

Je vous parle d'un temps que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître où la France que nous avait léguée le général de Gaulle, était un pays qui tenait tête et qui était écouté partout dans le monde.

Cet héritage a été dilapidé doucement mais sûrement pas ces prétendus héritiers du général, vendu par les socialo-communistes, abandonné depuis, par une droite des affaires, coquins/copains, responsables mais pas coupables.

Cette France pour laquelle chacun vibrait autrefois, au son de la Marseillaise devant une télévision en noir et blanc n'est plus qu'une idée du passé pour les "modernes".

Il y a pire que la misère pour un peuple, il y a son humiliation !

Cette France que les moins de quarante cinq ans ne peuvent pas connaître surtout s'ils s'en moquent, était celle pour laquelle des femmes et des hommes s’étaient battus. Ces femmes et ces hommes ne se seraient jamais battu pour "une province européenne" sans pouvoir, sans souveraineté hormis celle de la police pour mettre des radars afin d’assurer "la sécurité sur les routes" mais surtout pas celle dans les cités, au nom des droits-de-l'hommistes, ces chiens de gardes de la bien pensance, qui ont su empoisonner cette France que Samedi nous avons célébré. 

Que vive la France!  Que vive cette France de Clovis à Louis Philippe en passant par Philippe Auguste et Louis XIV. Celle de Napoléon 1er aux Républiques en passant par Napoléon III qui fit de la capital, ce qu'elle est entre autres choses. Parce que nous sommes les héritiers de cette France et que celle-ci n'aurait pu être ce qu’elle était il y a encore si peu, sans eux.

C'est cette France que nous avons célébré Samedi 18 juin 2011 sans le saucisson, sans le pinard, devenus des armes de propagande raciste, xénophobe et islamophobe.

 Dans cette foule, il y avait des femmes et des hommes venus de tous les horizons politiques. C'est ce qui me fait dire que ma France n'est pas morte. De droite comme de gauche, il y a encore des patriotes qui savent, qu'au delà de nos divergences politiques, il y a la défense de notre nation.

Rejoignez Résistance Républicaine, une association apolitique de défense de la Laïcité et de la France éternelle.

Gérard Brazon

2011-06-18-15.23.45.jpg

Christine Tasin Présidente de Résistance Républicaine

 2011-06-18-16.05.36.jpg2011-06-18 16.09.29

Henri Alfonso Responsable Île de France Membre élu du Directoire Résistance Républicaine.

Gérard Brazon responsable du 92 et membre élu du Directoire de Résistance Républicaine.

2011-06-18-16.16.00.jpg

Marie Neige Sardin Libraire persécutée en terre du Bourget islamisée et Caroline Alamachère contributrice à Riposte Laïque

2011-06-18-15.20.44.jpg

Remerciement à Oskar Freysinger pour sa présence à notre manifestation. Pour mémoire, Oskar est l'homme qui fit capoter par référendum en Suisse, la volonté de mettre des minarets sur les mosquées et fit, de la même manière, une loi de reconduite à la frontière des immigrés délinquants et criminel. Bref, un brave. 

2011-06-18-16.50.42.jpg

Christine Tasin et au fond Pierre Cassen Directeur du journal en ligne Riposte Laïque.

2011-06-18-18.12.56.jpg

Oskar Freysinger et votre serviteur Gérard Brazon pendant la manifestation.

2011-06-18-15.24.34.jpg

Des manifestant présents à la manifestation du 18 juin 2011.

 

2011-06-18-16.55.57.jpg

Caroline Alamachère en tenue de "sans culotte". 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

isabelle 21/06/2011 00:00



Merci pour ce compte-rendu, mais plus encore pour les photos qui me rendent plus proches ceux dont je lis régulièrement les écrits.


Quel regret de ne pas avoir pu être des vôtres ce 18 juin !



richa83 20/06/2011 15:33



Merci pour ce compte rendu qui fait chaud au coeur.... surtaout quand on a connu la France d'avant!!


vous dites : "Faire des liens sur tous les blogs patriotes.""


sur ce point, une nouvelle qui ne peut que nous inquieter; en mars ou avril, le site "rebelles.info" avait disparu de la toile brusquement, il avait été relancé sous un autre nom..."lolicus .
com".... cela n'aura pas duré, le site n'existe plus!


Qui sera le suivant ??



Gérard Brazon 20/06/2011 15:43



C'est un combat bien sûr. Il faut éviter les pièges de l'insulte, les commentaires injurieux, le discours haineux. Il ne faut pas préter le flanc.  Vous n'êtes pas Jésus, vous n'êtes pas
fils de Dieu (sourire). Donc, faire très attention aux propos et faire des liens sur vos sources médiatiques. Bien à vous.



LA GAULOISE 20/06/2011 14:51



Merci d'avoir representé celles et ceux quin'ont pas pu etre avec vous ce jour là. Notre coeur et notre esprit y étaient . Ne perdons pas de vue, que toutes les résistances ont, d'abord étaient
petites et ont terminées immenses...Merci encore.



Gérard Brazon 20/06/2011 15:20



C'est moi qui vous remercie de votre soutien. Il faut diffuser la bonne parole de la laïcité partout. Faire des liens sur tous les blogs patriotes. Nous savons désormais au vu de la couverture
médiatique (France2-Libération, Le Parisien qui étaient pourtant présents) que nous serons au mieux ignoré au pire attaqués en justice.