Résistance Républicaine? Témoignage et les raisons d'un engagement.

Publié le 7 Novembre 2010

                A Résistance Républicaine, association apolitique qui couvre l'ensemble de la France, il y a des femmes et des hommes qui viennent d'horizons divers. Christine Tasin, la Présidente m'a nommé représentant de Résistance Républicaine pour la Région Paris-Ouest. Pour quelles raisons? Ma foi, il n'y a qu'elle qui le sait.

Résistance Républicaine            Cela m'a permis de découvrir des femmes et des hommes de talents et surtout de convictions. Ils se sont réunis avec des d'autres femmes et d'autres hommes ne partageant pas toujours, loin s'en faut, les mêmes idées politiques. Des femmes et des hommes de convictions que l'on rencontre rarement désormais dans les partis politiques tant ceux-ci ne représentent plus qu'eux-mêmes.

                    Quel bain de jouvence de les entendre expliquer pourquoi ils sont venus à Résistance Républicaine. Jusqu'à la perte d'amis de 20 ans pour certains ou de véritable travail sur eux-mêmes.

                      Comprendre pourquoi on avait rien vu venir de cet avenir douloureux qui semble s'annoncer, de ces petites lâchetés entre amis, de ces petits abandons républicains, de cette montée progressive d'un fascisme véritable qui se traduit par l'islam politique et son corollaire juridique qu'est la charia.  

          Tous, lors de ces réunions, avons découvert que nous avions fait, chacun de notre côté, la même analyse.

          Tous avons la même sensation du danger qui s'approche. Pourtant, nous venons tous de partis politiques différents et parfois même, pour certains c'est le premier engagement pour la République.

           Tous avons en commun une certaine idée de la France, de ses valeurs, de sa liberté à protéger et surtout, notre maison commune qu’est la Laïcité.

            Parmi les adhérents de Résistance Républicaine que je représente, il y a d'anciens verts qui côtoient d'anciens socialistes qui échangent dans le même temps avec d'anciens FN et d'anciens UMP et d'autres qui sont encore militants dans leur parti respectif sans que cela nous dérange.  

            Je me sens en famille et pourtant on se connait peu. Nous partageons le même idéal qui n'est pas de boire un verre de champagne dans les salons dorés qu’offre la République, ni les Salons d'honneurs à ceux qui souvent la négligent en remerciement.

  

            Drapeau 03Cet idéal est de sauver cette République des griffes du pusillanisme politique et de l'islamisme politique que nous ne confondons pas nous, avec l'homme ou la femme musulman.

            Je vous donne à lire une lettre d'Alain Carosso, un humaniste qui comme beaucoup a confondu l’idéal d'humanisme avec le socialisme. A ma demande, il a bien voulu raconter son parcours et son cheminement et pourquoi, il a rejoint Résistance Républicaine. Si vous vous retrouvez dans cette lettre, que vous soyez de gauche ou de droite ou d’extrême, sachez que Résistance Républicaine est là. Il sera bien temps après de discuter le bout de gras politique. Aujourd’hui, il y a urgence de se rassembler autour de notre drapeau et de nos valeurs républicaines.

Merci Alain de cette contribution.

Gérard Brazon

 **************************************************

 

 

Cher Gérard.

         Tu m'as proposé de raconter comment un ex-socialiste vit les évènements. Je vais commencer par dire comment un sympathisant de gauche en est venu un jour à voter à droite... Ce tournant mérite de poser les bases. Quand on naît et qu'on grandit dans une famille laïque et républicaine de gauche, on ne se pose pas de questions. on vit naturellement avec d'un coté les bons, les humanistes, les modestes, les damnés de la terre, de l'autre les nantis, les sans-cœurs, les exploiteurs, les dominateurs...  

Des parents venus de l'immigration d'une et deux générations qui ont épousé ce beau pays de France, amoureux de sa langue, de ses valeurs et de la démocratie, des parents qui se sont battus et qui ont perdu des êtres chers pour elles. Je me souviens du combat mené par eux pour la laïcité, sur les marchés, à l'école. Ils n'étaient pas des militants mais beaucoup plus que des sympathisants.

Quand les parachutistes avaient menacé Paris vers la fin de la guerre d'Algérie, je vois encore mon père ameuter et regrouper ses amis pour aller faire le coup de feu et défendre sa chère démocratie.

Jamais une remise en cause, la gauche était dans l'ordre des bonnes choses, la gauche socialiste mais pas la communiste, quoique deux années de russe devaient me permettre de mieux connaître ce grand et fabuleux pays qui faisait sa propagande dans « Etudes Soviétiques ».  Les américains faisaient partie du clan des méchants, on soutenait à fond le Viet Kong, ces pauvres opprimés, et puis 68 est arrivé. Là encore, aucune hésitation, j'étais sur les barricades à hurler CRS-SS,  à vouloir démolir l'ordre établi, la jeunesse était dans la rue, de Gaulle était foutu... Quand François Mitterrand est arrivé au pouvoir, la revanche sur les Pompidou et les Giscard fût accompagnée d'un immense espoir...

Enfin nous nous rangions dans le camp de la majorité, le capitalisme allait voir... Tout était limpide dans l'auto-conviction jusqu'à ce Lionel Jospin se plante aux élections.

Dernier soubresaut du socialiste républicain face à la poussée de l'infâme extrême droite animée par Jean-Marie Le Pen. J'ajouterai que le lecteur assidu de Charlie Hebdo avait signé une pétition pour faire interdire ce parti dont les valeurs étaient clairement anti-démocratiques sans me poser une seule fois la question que la censure était en soi une action anti-démocratique.

 Voilà donc le lecteur de Charlie à la République pour faire élire Jacques Chirac et mettre à terre le borgne diabolique… Ambiance de grosse manif. Avec moi des copains de gauche, tous antifascistes. Des banderoles rouges, des drapeaux syndicaux, des slogans convenus.  Et puis dans cette foule compacte représentant les plus belles valeurs de l'Humanité, quelques trois cents individus basanés encapuchonnés de torchons à carreaux et brandissant des drapeaux palestiniens.  Que font et que disent ces énergumènes dans cette belle et légitime union?  Il disent, non ils hurlent, Palestine vaincra, à bas Israël,  à mort les Juifs, ils bavent, ils brûlent du drapeau, pas le français, non, pas encore, celui à l'étoile bleue… Manif dans la manif, cela arrive, mais dans celle-là, c'était parfaitement décalé.

 Ayant perdu mes grands-parents dans les camps, le slogan à mort les Juifs m'amène au bord de la nausée sinon de la révolte quand je constate qu'aucun syndicat, aucune association, aucun parti de gauche présents, aucun individu, aucun, ne fera taire cette triste et désespérante expression, cautionnant déjà par ce fait l'Islam fasciste. Cà m'a pris une seconde et demie… Plus jamais je n'associerai ma voix à ces partisans de la tolérance et de la bonne conscience… J'ai compris que le compassionnel avait ses limites; cette réaction m'a permis de sortir du carcan de la propagande de gauche et de procéder enfin à l'analyse critique du fond… Il était temps! Mais mieux vaut tard que jamais.

Alain Carasso  de Résistance Républicaine  

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Francis NERI 07/11/2010 14:15



Pardon, j'ai écrit "quelqu'un qui me ressemble beaucoup: Gérard ! C'est aussi vrai bien que Gérard soir un "jeunot" pour moi ! (sourire) mais dans le cas d'espèce, je pensais
à Alain Carosso.  



Francis NERI 07/11/2010 14:09



Merci Gérard pour cette "page" qui personnellement me touche beaucoup; en partie, mais pas seulement, grâce au témoignage de quelqu'un, Gérard, qui me ressemble beaucoup.


Mon père lui était un communiste irréductible qui faisait le coup de poing dans routes les manifs. Je n'avais pas le droit de lire autre chose que Vaillant le journal le plus captivant ou encore
Pif le chien. Lui,lisait la Marseillaise et Etudes soviètiques.


Il est décédé sans avoir vu le "triomphe de l'internationale" qu'il attendait de toute sa passion ouvrière qui lui faisait faire deux journées pour nourrir sa famille. Il faut dire que cette
fameuse condition ouvrière n'était pas si fameuse que çà malgré les 30 glorieuses. Il m'a vu partir pour l'Algérie avec appréhension et colère. Il avait fait la guerre et la résistance
et il parlait avec passion de l'amitié qui liait entre eux les Résistants


Alors aujourd'hui je sens bien qu'être de gauche ou de droite ne veut plus dire grand chose et pour ma part, je suis persuadé que mon père aurait adhéré à Résistance Républicaine


Amitiés


Francis      



El borak 07/11/2010 14:09



Pour schématiser, les ennemies d'hier unis pour combattre l'ennemie d'aujourd'hui,avec tous un point commun ,la liberté républicaine de la France.


Lors des manifs anti israël à Rouen les manifestants avaient commencer par à bas Israël !, mort aux juifs ! , sur le coup j'ai cru rêver, mais mon fils m'a confirmé ce que j'avais entendu, nous
l'avons ré-entendu 3 fois.


Sur le coup je suis scandalisé, je prends un raccourcie pour rattraper la manif,et enregistrer ce message de mort, la correction avait été fait, mais néanmoins plusieurs individus l'avaient
pensés et hurlés, et dire que nous sommes censé combattre le racisme en protégeant l'intérêt des musulmans, alors que leur culture est un nid de fachisme et de sectarisme violent, l'arnaque devra
être levée et voir la vérité en face.


 



mfh 07/11/2010 10:47



je respecterai tjs les gens de gauche a ne pas confondre avec les gens de "goche"les premeirs se rendant compte ,les uns apres les autres ,qu ils ont ete trompes et que l on a utilise leurs
sentiments sinceres....d accord a 200% avec gerard:la" magie de ce ciment"  unit des inconnus de la veille: chacun grace a son vecu et sa "specialite" amenant sa pierre a l edifice...avec
helas parfois surprise autour de soi....mf ;resistance republicaine lorraine



mfh 07/11/2010 10:41



j aurai tjs du respect pour les gens de gauche a ne pas confondre avec les gens de "goche"...les premiers sinceres se rendent compte les uns apres les autres qu ils ont ete trompes :qu on a
utilise leurs  sentiments sinceres ....d accord a 200% avec gerard,  la "magie de ce ciment"  cree des liens tres forts entre inconnus de la veille ,qui apportent chacun selon leur
"specialite" et leur vecu leur pierre a l edifice, et helas bien des fois: surprise autour de soi...mf: resistance republicaine lorraine