Respect et honneur au général Bigeard. Honte aux communistes d'Aix en Provence.

Publié le 5 Février 2011

             Ce lien m'a été envoyé par un lecteur. Merci à Hervé. J'ai une pensée pour André, très attaché à la mémoire du général Bigeard, et qui est chevalier de la Légion d'Honneur. C'était un ami du général ! Profond respect André.

          Les communistes n'ont vraiment aucune prétention à se mettre en avant et à cracher sur des généraux, des soldats  qui pour certains sont morts aux combats sur ordres de gouvernements de gauche. Les communistes devraient se souvenir de leur histoire et avoir honte de leur comportement avant guerre et après guerre!

Gérard Brazon

 

Aix-en-Provence : rond point Bigeard « débaptisé » par les communistes

 

Une soixantaine de personnes se sont réunies au bout de l’avenue Henri Mauriat pour manifester contre  l’initiative de la municipalité de la ville d’Aix en Provence d’avoir inauguré en juin dernier un rond point au nom de « Marcel Bigeard » décédé cette année à   l’âge de 94 ans, le jour du 70ème anniversaire de l’appel du 18 juin. Arborant des autocollants : « il n’y a pas de place pour les tortionnaires », les militants  ainsi que des personnalités politiques et syndicales  ont, en signe de protestation, symboliquement renommé le rond point Marcel Bigeard qu’ils nomment rond point de la honte du nom de Maurice Audin.
Maurice Audin était un membre du parti communiste algérien,  qui  a payé de sa vie son engagement au côté de la rébellion algérienne.

Il semblerait qu’aux yeux de ses gens là,« Marcel Bigeard soit devenu le symbole de la France coloniale impérialiste.

A entendre ces membres du PCF et autres,hebdomadaires,chaines TV,on croirait que l’armée française n’a fait qu’arrêter et torturer terroristes et suspects durant toute la guerre d’Algérie,commencée en 1954 et terminée en 1962.
Par contre,jamais un seul mot de leur part sur exactions tortures et massacres perpétrés par le FLN,et de  l’aide apportée par  leurs amis Européens porteurs de valises et fabricants de bombes.
En Algérie,à Alger ,ce sont les pouvoirs politiques qui,dépassés par les événements,on confié les pouvoir de police à l’armée,au général Massu,le 8 janvier 1957.De serieuses difficultés attendaient le commandement dans cette mission qui était totalement inhabituelle.Les hommes devaient faire face à autre chose que cette guerre qu’ils avaient mené jusque là.Dans Alger l’ennemi était partout,indécelable.

L’armée avait en face d’elle un terrorisme du type urbain.
 

             Pour destabiliser et plonger les populations dans la peur,liguer les Musulmans contre les Européens,but constant du FLN durant toute la guerre,les bombes explosaient,tuant hommes femmes et enfants,Européens et Musulmans.Il s’agissait d’actes calculés .Il fallait donc faire vite,repérer les stocks de bombes,les structures de commandement  des terroristes.Les informations devaient être explotées rapidement,pour  sauver des vies.Dès qu’un renseignement était exploitable,intervenir avec efficacité,avant que le réseaux signalé ne se modifie,s’installe dans d’autres structures et recommence ses actions.
Fin mars 1957, quand s’achève la  » bataille d’Alger « , il ne reste pas grand-chose de l’organisation politico-militaire du F.L.N.à Alger.En deux  mois les paras ont arrêté 70 poseurs de bombes,près de 200 combattants de l’ALN et 343 membres de l’organisation politique du FLN et trouvé des grenades,des bombes,des détonnateurs.

La torture était utilisée des deux côtés,chose dont ces gens là ne font jamais état.
 

            En août 1955,Jacques Soustelle découvre à Philippeville et environs des rues jonchées de cadavres,mutilés,égorgés,des hommes,femmes et enfants,en représailles on s’en prend aux musulmans,le but recherché par le FLN,diviser les populations.
El Halia,le 20 août 1955:où une petite fille de cinq jours, Bernadette Mello, fut tronçonnée sur le rebord de la baignoire, devant sa mère, dont on ouvrit ensuite le ventre pour replacer la nouveau-née.

            Que, sous le même toit, Faustin Mello, le père, est assassiné dans son lit amputé à la hache, des bras et des jambes, que la tuerie n’épargne ni Marie-José Mello, une fillette de onze ans, ni la grand-mère de soixante-seize ans.

           Qu’à El-Halia, sur 130 Européens; 32 sont abattus à coups de hache, de serpe, de gourdin, de couteau, les femmes violées, les tout petits enfants fracassés contre les murs.(source:http://www.algerroi.net/Alger/mon_algerie/2798_jours_guerre/2798_jours_guerre.htm)

            De nombreux Musulmans ont eu le nez coupé,les lèvres tailladées,ceux là qui avaient refusé d’obéir à une directive du FLN qui obligeait les Musulmans à ne plus fréquenter les cafés et à ne plus fumer.Un retour obligatoire à la religion pour plus d’efficacité.
         Il faut savoir que les purges interne de l’ALN ont fait entre 7000 et 15000 victimes,que le terrorisme FLN a tué 19166 personnes,dont près de 2800 Européns.

             Coté disparu durant cette même période ,1954/1962,13671 personnes ont disparu,dont près de 400 Européens.

           Après le 19 mars 1962,donc après les accords d’Evian jamais respectés par le FLN,mis à part les accords gaz pétrole et base d’essai nucléaire,du cessez le feu au 1er mai 1963 il y a eu 3098 Européens enlevés,969 ont été retrouvés vivants,306 morts,les autres…?
            Les pertes du MNA dues aux actions du FLN:6000 tués et 4000 blessés,dont le massacre de Melouza.

           Le 27 mai 1957 au douar de Ben Ilman, mechta Kasba (Mélouza) un village pro MNA,338 personnes ont  été massacrées par le FLN qui tenta de faire porter la responsabilité à l’armée française,il n’y a eu que quinze survivants, tous blessés.

Près de 100.000 Harkis et leurs familles massacrées en totale contradiction avec les accords d’Evian après leur signature.

           Pourquoi,si longtemps après,encore pointer du doigt la France et son armée et toujours occulter les méfaits du terrorisme du FLN.
Et surtout,pourquoi faire porter le chapeau au Général Bigeard,un homme qui a été au service de son pays durant toute sa vie.

            Ce qu’est devenue la France d’aujourd’hui,ce ne sont pas les hommes comme lui qui en sont responsables. Depuis la fin de la dernière guerre mondiale,la France et l’Allemagne sont devenus des pays amis,les Allemand sont restés chez eux pour reconstruire leur pays.
Pourquoi,après la guerre d’Algérie les environs 400.000 Algériens qui travaillaient en France n’ont ils pas quitté notre sale pays de colonialistes,pourquoi tant d’Algériens sont ensuite venus chez nous,et continuent d’ailleurs de venir dans ce pays,depuis.

           Pourquoi ne se sont ils pas dirigés vers le pays des « camarades »de l’Union Soviétique d’alors? Peut être que ceux qui veulent supprimer l’appellation du rond point Marcel Bigeard peuvent répondre à ces questions.

Source : Blog UNP Thionville.

La réponse des paras à la profanation communiste :

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire de France

Commenter cet article

Francis CLAUDE 05/02/2011 17:25



cet article m'a fait remonter de vieux souvenirs de le guerre d'algérie et en réfléchissant un peu ce que nous avons vu et connu dans les rues d'alger en particulier seront peut etre ce genre de
scénario que nous nous apprétons a vivre!si par bonheur les Français relevent la téte et retrouvent leur dignité ca ????qui vivra verra



Jean Valette dit "Johanny" 05/02/2011 15:10



Peut on être à la fois communiste et intelligent ?...  Aux ordres de Staline les communistes français n'étaient certes pas des résistants au temps du pacte germano-soviètique, par contre il
y eu eut beaucoup plus lors de la libération surtout pour tondre de pauvres femmes !...


 


http://www.youtube.com/watch?v=2I7NUoQX324


 



ronaldegaule 05/02/2011 14:54



Pourquoi dénoncer sans arrêt la nocivité d'un parti tout en acceptant de le voir siéger au parlement et au sénat ???? Cette minorité est la représentation permanente de la décadence française !


Un harki en Algérie est un "traitre", un traitre en France est un résistant !!


Cherchez l'erreur !!!!