Education Nationale Evaluations CM2 / partie 4 - par Bonapartine.

Publié le 27 Février 2011

         Bonapartine poursuit son étude sur les résultats scolaires obtenus par les élèves français scolarisés en classe de C.M.2 au cours des Evaluations nationales réalisées en janvier 2010. En province métropolitaine tout d'abord (voir articles précédents) puis dans trois départements des DOM TOM.Ainsi, Bonapartine va tout d’abord nous conduire en Ille-et-Vilaine et dans le département de la Creuse, avant de nous faire traverser les océans  et de passer le bonjour à nos élèves de Guadeloupe, de Guyane et de Mayotte ….

Hélas, vous constaterez que la lecture des résultats scolaires de nos élèves se charge, une fois encore, en particulier en ce qui concerne ceux de nos élèves vivant dans ces îles magnifiques aux parfums paradisiaques, de nous faire redescendre sur terre !

 Cycle Education Nationale – Partie D

           Que nous apprennent les résultats des évaluations des élèves de C.M.2 dans certains départements de la province française et des DOM TOM ? par Bonapartine. Nous voici donc partis, dans un premier temps, dans deux régions de notre province française que nos si brillantes élites parisiennes regardent encore de haut … Et pourtant, le parisianisme a beaucoup à apprendre, me semble-t-il, de la province !

 

Exemple n°1 : le département de l’Ille-et-Vilaine qui relève de l’Académie de Rennes.

 

Résultats aux évaluations de Français (sur 60 questions) :

 

- 51% des élèves ont plus de 40 bonnes réponses

- 29% des élèves ont entre 29 et 39 bonnes réponses

- 16% des élèves ont entre 17 et 28 bonnes réponses

- 4% des élèves ont moins de 17 bonnes réponses

 

Soit des résultats qui n’ont strictement rien à envier à ceux du département des Hauts-de-Seine, l’un des plus riches de France ! Nous avons là, en effet, un socle de pas moins de 80% d’élèves qui ont de solides ou de bons acquis et ce bien que, une fois encore, nous ne connaissions pas la proportion d’élèves qui n’obtiennent que 29 bonnes réponses sur les 60 questions initialement posées. Ce qui, du reste, je ne le vous cache pas, ne m’étonne pas vraiment : la Bretagne est, de nos jours, une des régions de France où l’ont trouve encore des écoles qui appliquent des méthodes d’apprentissage de la langue française dites "traditionnelles" mais qui ont fait leurs preuves. J’aurai, par ailleurs, l’occasion, ultérieurement, de reparler de cette région dans le cadre de la présente thématique sur l’école.

 

Résultats des évaluations en Mathématiques : (sur 40 questions)

 

44% des élèves ont plus de 24 bonnes réponses

32% des élèves ont entre 16 et 23 bonnes réponses

16% des élèves ont entre 10 et 15 bonnes réponses

8% des élèves ont moins de 10 bonnes réponses

 

Les résultats sont ici carrément meilleurs que ceux du département des Hauts-de-Seine. Ce qui prouve bien que la province n’a strictement rien à envier à certains départements aisés de l’Ile-de-France !

 

Exemple n°2 : le département de la Creuse qui relève de l’Académie de Limoges.

 

Le département de la Creuse n’est pas vraiment le département de France le plus désagréable à vivre avec son patrimoine historique (notamment ses châteaux), ses communes (Aubusson également connue pour ses tapisseries) et ses paysages parmi les plus beaux de France. Pour autant, il est actuellement un des départements les plus fragiles de France. Oui, on oublie trop souvent de dire que toute la pauvreté ne se concentre pas seulement en Seine-Saint-Denis, en France, mais qu’elle se cache aussi en province !

Là encore, les résultats de ses élèves de C.M.2 sont, par certains aspects, préoccupants aussi bien en Français qu’en Mathématiques. Jugez plutôt par vous-même :

 

Résultats aux évaluations en Français : (sur 60 questions)

 

38% des élèves ont plus de 40 bonnes réponses

33% des élèves ont entre 29 et 39 bonnes réponses

21% des élèves ont entre 17 et 28 bonnes réponses

8% des élèves ont moins de 17 bonnes réponses

 

Nous avons donc une proportion de 29% d’élèves qui sont soit en difficulté avec ce que le ministère de l’Education nationale appelle pudiquement "des acquis fragiles" soit en grande difficulté. C’est considérable !

 

Résultats aux évaluations en Mathématiques :

 

32% des élèves ont plus de 24 bonnes réponses

32% des élèves ont entre 16 et 23 bonnes réponses

20% des élèves ont entre 10 et 15 bonnes réponses

16% des élèves ont moins de 10 bonnes réponses

 

Plus inquiétant encore : en mathématiques, le département de la Creuse affiche une proportion de 36% d’élèves qui, au terme du Cycle III, a des acquis que je qualifie, pour ma part, de très fragiles (20%), voire des résultats faibles (16%) !

 

Et les DOM TOM dans tout çà ?

 

J’avoue avoir été préoccupée à la lecture des résultats parfois catastrophiques obtenus par nos élèves français évoluant dans nos territoires d’Outre-mer. Et dans ce domaine, il faudra bien que les pouvoirs publics analysent rapidement les causes profondes de ces résultats afin d’y remédier au plus vite !

 

 

Exemple n°1 : le département de la Guadeloupe qui, on s’en souvient, avait été traversé par une forte vague de contestation sociale en février 2009.

 

Résultats aux évaluations de Français : (sur 60 questions)

 

31% des élèves ont plus de 40 bonnes réponses

25% des élèves ont entre 29 et 39 bonnes réponses

26% des élèves ont entre 17 et 28 bonnes réponses

18% des élèves ont moins de 17 bonnes réponses

 

Résultats aux évaluations en Mathématiques : (sur 40 questions)

 

24% des élèves ont plus de 24 bonnes réponses

26% des élèves ont entre 16 et 23 bonnes réponses

23% des élèves ont entre 10 et 15 bonnes réponses

27% des élèves ont moins de 10 bonnes réponses

 

Soit en tout et pour tout 44% d’élèves qui sont en difficulté ou en grande difficulté en Français et 50% d’élèves de C.M.2 qui sont en difficulté ou en très grande difficulté en Mathématiques ! Quelles sont les causes profondes de ces résultats alarmants ? La misère sociale peut-elle tout expliquer à elle seule ? J’avoue ne pas avoir de réponse mais j’aimerais que les personnes qui connaissent bien ces régions nous éclairent sur la présente situation.

 

Exemple n°2 : la Guyane.

 

Résultats aux évaluations de Français : (sur 60 questions)

 

12% des élèves ont plus de 40 bonnes réponses

16% des élèves ont entre 29 et 39 bonnes réponses

24% des élèves ont entre 17 et 28 bonnes réponses

48% des élèves ont moins de 17 bonnes réponses

 

Résultats aux évaluations de Mathématiques : (sur 40 questions)

 

9% des élèves ont plus de 24 bonnes réponses

15% des élèves ont entre 16 et 23 bonnes réponses

18% des élèves ont entre 10 et 15 bonnes réponses

58% des élèves ont moins de 10 bonnes réponses

 

Donc, vous voyez, au lieu d’insulter tous ceux qui ne pensent pas comme elle sur le thème de l’identité par exemple ou de diffamer en permanence ceux qui admirent Napoléon Bonaparte –ce qui ne les empêche, du reste, nullement de porter un regard critique, parfois sévère aussi sur lui -, Madame Taubira qui est député de Guyane, se rendrait plus utile à ses concitoyens si elle prenait le temps de se préoccuper des raisons pour lesquelles 72% des jeune guyanais âgés de 10 ans n’ont pas les acquis requis ou un niveau très faible en Français et 76% d’entre eux ont des acquis insuffisants ou un niveau très faible en Mathématiques. Le tout en sachant que la proportion des élèves très faibles est de 48% en Français et de 58% en Mathématiques. Ce qui, vous en conviendrez, n’est pas rien !

 

Exemple n°3 : le cas hors normes de Mayotte !

 

Résultats obtenus aux évaluations de Français : (sur 60 questions)

 

6% des élèves ont plus de 40 bonnes réponses

10% des élèves ont entre 29 et 39 bonnes réponses

20% des élèves ont entre 17 et 28 bonnes réponses

64% des élèves ont moins de 17 bonnes réponses

 

Résultats obtenus aux évaluations de Mathématiques : (sur 40 questions)

 

7% des élèves ont plus de 24 bonnes réponses

16% des élèves ont entre 16 et 23 bonnes réponses

21% des élèves ont entre 10 et 15 bonnes réponses

56% des élèves ont moins de 10 bonnes réponses

 

La situation spécifique de cette "Ile aux parfums" où l’immigration clandestine est, chacun le sait, devenu un véritable fléau qui menace la souveraineté nationale des Maorais, explique-t-elle, en grande partie, des résultats aussi effrayants ?

 

Bonapartine.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Bonapartine

Commenter cet article

island girl 27/02/2011 19:54



Voila pourquoi les français qui ont du bon sens inscrivent leurs enfants dans des écoles privées,l'école du gouvernement est devenue une sous école peu fréquentable....