Retour aux fondamentaux. Par Charles Dalger. Préface Gérard Brazon.

Publié le 3 Décembre 2012

L'extrémisme appelle l'extrémisme! Au mensonge, le mensonge, à la guerre répondra la guerre. Mais aussi, comment faire devant la mort que l'on vous annonce? Se poser d'abord la question si elle est inévitable puis, se battre s'il reste si ce n'est qu'une toute petite chance voire, se battre pour mourir dans la dignité et l'honneur. Dans le cas d'Israël, ce grand pays démocratique, le seul pays démocratique de la région est mis en position de faiblesse par des pays qui ne sont pas des parangons de démocratie et dont les dirigeants ne sont pas tous corrompus mais...

L'ONU est et reste un machin aux mains de l'OCI. Impuissante et compatissante en fonction de sa situation financière. Israël est de plus en plus seul et je suis parfaitement atterré de voir mon pays participer à la "farce palestinienne". Charles Dalger se positionne d'une façon extrême et de combat. Mais se rend-il compte de ce que cela veut dire? Je n'en sais rien même si dans cet article il y a des vérités incontournables! 

Gérard Brazon

****

Le 29 novembre 2012, à l'Organisation des "Nations Nazis Unis", les représentants officiels de la France, ont commis un crime politique, contre la morale et l'Histoire.

Ils ont reconnu un pays et un peuple antijuif qui n'ont jamais existé, qui n'existent pas et qui n'existeront jamais.

Une fiction que nous détruirons sans pitié, quand il le faudra. Ce crime politique et historique est l'aboutissement d'un acharnement antijuif pluriséculaire. Dans l'histoire de l'abjection antijuive en France, la collaboration zélée avec les nazis n'a été qu'un épisode tragique parmi d'autres. Les juifs de France obnubilés par cette seule tragédie passée, disparaîtront avec celle qui vient d'entrer dans sa phase létale.

La France officielle soutient les ennemis du peuple juif. Donc, les Français juifs vivent dans un pays ennemi. Ce n'est pas la première fois dans l'histoire des juifs. Pour le moment, ils ont encore la possibilité de fuir, sans trop de pertes. Mais pas pour longtemps. Leur situation va empirer, de plus en plus vite. Le monde occidental sombre tout entier. Les USA aussi sont en déclin. Même si leur fin est moins proche que la celle de l'Europe, où seule la courageuse République Tchèque ose encore résister.

En cette occasion funeste, l'église catholique officielle renoue avec l'antisémitisme. Elle met fin dans les faits, au Concile Vatican 2, en proclamant son soutien aux nazislamistes. Ce soutien accélère l'agonie de l'Europe chrétienne occidentale. La crise économique chronique accompagnera jusqu'au bout, le déclin du monde occidental. Les économistes aimaient jargonner sur les "fondamentaux" de l'économie, alors que les néophytes confondaient allègrement finance et économie.

Quoiqu'il en soit, depuis longtemps, la population active des pays occidentaux augmente plus vite que le nombre d'emplois à pourvoir. Il y a donc de plus en plus de pauvres, même si certains s'enrichissent toujours. Pas besoin d'études économétriques compliquées pour voir et comprendre cela. De plus en plus, des non occidentaux achètent à bas prix, les actifs productifs et immobiliers d'occident. Dans la plupart des pays occidentaux, le niveau de vie n'est maintenu que par un endettement démesuré des états, entraînant une fiscalité confiscatoire des revenus modestes et moyens.

Nous en voyons les premières les conséquences en Grèce, au Portugal, en Espagne et bientôt, en Italie et en France. Mais le marasme économique n'est qu'une des calamités en train de s'abattre sur l'Occident. Une autre calamité beaucoup plus grave le ronge, dans l'indifférence quasi générale. En effet, en majorité, les populations de souche européenne se désintéressent de l'invasion musulmane imposée par leurs dirigeants.

Toutes les études démographiques le montrent, l'Europe occidentale sera majoritairement peuplée de non européens à parti de 2050.

Le problème n'est pas le métissage inéluctable des populations du globe. Le problème c'est la farouche volonté des principaux envahisseurs, d'imposer partout, la pratique rigoureuse de l'islam.

Nous ne débattons pas de la nature criminogène ou non, de l'islam. Nous refusons les barbarismes des collabos, inventant un islam pacifique et tolérant. Il existe des millions de musulmans modérés, mais il n'existe pas d'islam modéré.

Il est donc plus clair et plus juste de désigner par "pratiquants rigoureux de l'islam", des simples musulmans bornés, jusqu'aux assassins nazislamistes. Donc il y a problème, parce que la pratique rigoureuse de l'islam est incompatible avec la conception et la pratique de la liberté, encore en vigueur en occident.

Il y a problème, parce sauf exceptions, même s'ils ne l'avouent pas, les dirigeants occidentaux s'activent depuis des années, pour imposer la pratique rigoureuse de l'islam, dans leurs pays respectifs.

Bat Yéor a définitivement analysé et expliqué ce phénomène suicidaire, dans son ouvrage "Eurabia". Toutefois parmi les pays occidentaux, la France montre l'exemple de la soumission à l'islam rigoureux. Certes, elle n'est pas le pays le plus infecté par la vermine nazislamiste, mais c'est le pays qui a la plus ancienne et la plus forte tradition de collaboration officielle avec les antijuifs. Aujourd'hui c'est avec les nazislamistes, les antijuifs musulmans.

La politique arabe de la France fut conçue sous la Révolution. Napoléon Bonaparte et Louis Napoléon concrétisèrent cette légitime politique arabe. Ses illustres promoteurs impériaux étaient eux-mêmes, bien disposés à l'égard des Juifs. Mais dès le début, des antijuifs de toutes obédiences, se sont emparés de la politique arabe de la France, pour en faire l'instrument de leur haine. Et depuis, des antijuifs se la transmettent jalousement, de génération en génération. Plusieurs historiens sérieux le démontrent, en particulier l'anglais David PRYCE-JONES. Donc, les Juifs encore en Occident, n'ont plus à s'occuper de politique. Sauf pour aider les mouvements résistants au nazislamisme, autrement, ils sont collabos. Désormais, parler de la propagande antijuive, c'est la propager. Dorénavant le souci principal des Juifs qui veulent le rester, c'est de revenir aux fondamentaux juifs. Ces fondamentaux ne sont que et seulement que, dans la Torah et la Tradition. L'obligation de conquérir et d'habiter le pays s'impose à chacun et à la collectivité. C'est l'obligation ultime. Maintenant que les générations précédentes l'ont partiellement libéré de l'occupation, nous devons faire du pays des Juifs, un pays Juif, comme le proclame le magnifique slogan de Manhigout Yéhoudit.

Pour commencer, en Israël, ne laissons plus nuire impunément, la propagande qui mine non pas le moral, mais l'esprit de notre peuple, en lui instillant de venin de nos ennemis. Les voix favorables à l'enclos à déchets antijuifs, doivent se taire définitivement. La terre d'Israël appartient aux seuls Juifs. On peut nous la voler, mais nous n'avons pas le droit de la donner. Sinon comme nous a prévenu Notre Loi, les pires malédictions s'abattront de nouveau sur nous. Les vrais patriotes récemment portés à la tête du Likoud, sont ils le signe du retour aux sources tant espéré ? Prenons de la graine des déchets nazislamistes. Ils ont obtenu ce soutien officiel de tous les antijuifs du monde, haïssant à jamais Israël. Néanmoins, pour parvenir à cette fin, ils ont assassinés des milliers de Juifs, femmes, enfants vieillards, dans d'horribles attentats. Ils ont menti, inventé des histoires, inventé l'Histoire. Mais, quoiqu'on dise, avec ces méthodes, ils ont convaincu à leur profit, la majorité des populations où ils distillaient leur venin. Combattre ces déchets avec nos méthodes douces et humaines, ce n'est techniquement pas adapté. Avoir raison, dire et redire la vérité à ceux qui ne veulent pas l'entendre, ne sert à rien en temps de conflit. Qu'on le veuille ou non, si nous voulons survivre, nous devons exterminer cette vermine, sans pitié.

Mais plus de retenue, les complices occidentaux des déchets doivent aussi être massacrés. La guerre longue et difficile qui s'annonce, n'est pas une guerre conventionnelle entre états. Il s'agit de La Guerre contre l'esprit du mal, incarné dans les antijuifs du monde entier. Quels que soient les prétextes de leur antisémitisme. Dans cette guerre, les Juifs ont des alliés partout, y compris chez les arabes musulmans. Mais il y a aussi des ennemis dans nos propres rangs. C'est très difficile de faire comprendre aux esprits étroits, surtout depuis un pays ennemi. C'est même indécent, mais les Israéliens qui se battent avec bravoure dans l'armée, sont complices des nazislamistes en acceptant le principe de l'enclos à déchets. C'est paradoxal de le dire, mais pourtant, c'est vrai. Ces Israéliens perdus ne peuvent être retrouvés que par leurs concitoyens proches. Dans sa très longue histoire, notre peuple ne s'est plus battu pour sa terre, depuis l'exil de Rome, jusqu'à la Renaissance. Soit pendant près de dix neuf siècles. Mais depuis la première alya, malgré les énormes et tragiques vicissitudes, les miracles continuent de s'enchaîner sans arrêt. Ils ont culminé avec la libération de "Ir Hakodech", du Har Habayit et du cœur historique du pays : Jéricho, Hébron, Bethel, Schkhem, etc. Et il se trouve des Juifs pour refuser ces miracles ?

Si effectivement une majorité de Juifs les refusent, alors ce que la Providence a mis entre nos mains, nous sera repris. Mais pas seulement. A cause de cette offense à l'Auteur de ces miracles, TOUT nous sera repris. Certes, selon nos prophètes, si hass vé shalom, nous devions connaître une prolongation de l'exil, celle-ci serait beaucoup plus courte que la partie déjà passée. Mais nos mêmes prophètes nous disent que nous pouvons hâter la fin de l'exil. Pourquoi nous en priver ? Dans les commentaires sur Hannoucah, nos sages enseignent que nous devons prendre les armes quand on s'attaque à la Torah et que nous devons prier, comme à Pourim, quand nos vies sont menacées. Mais quand c'est notre pays qui est contesté, nous devons à la fois prier et prendre les armes, sans retenue. Des étudiants des yéshivote, jusqu'aux ingénieurs de l'armement, nous avons chacun notre place pour défendre le pays, contre la coalition antijuive mondiale. "

Charles DALGER, le 17 Kislev 5773- 30 novembre 2012.

N.B. Les références bibliographiques sont volontairement omises. Mais elles restent disponibles sur demande. 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article