Retraites: le rapprochement du mode de calcul privé/public, "faux problème" pour la CFDT

Publié le 17 Juin 2013

Le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, a affirmé lundi que la question d'un rapprochement des modes de calcul des pensions de retraites entre le privé et le public était un "faux problème" et plaidé pour "la justice sociale" dans la réforme à venir. 

Source Express.fr

"Il faut des mesures de justice sociale beaucoup plus fortes que l'on a aujourd'hui", a-t-il dit sur France Inter à trois jours de la conférence sociale qui va lancer la concertation sur cette réforme.

 

Selon lui, "le rapprochement du mode de calcul des pensions du privé (25 ans) et du public (six derniers mois) est un faux problème" car il reste la question des "primes et de rémunération dans le public".

 

Il a rappelé que "le taux de remplacement - le niveau de la pension par rapport au dernier salaire- est de 74% pour les salariés du privé et de 74% pour le public". Pour les fonctionnaires territoriaux "la retraite moyenne est de 1.200 euros", a-t-il ajouté.

 

M. Berger, qui s'était prononcé pour un rapprochement privé/public, a précisé lundi qu'il fallait que "dans cette réforme, les salariés du public et du privé soient traités de la même manière", en ce qui concerne "la pénibilité ou l'allongement de la durée de cotisations".

 

Il a réitéré que "la CFDT est pour une remise à plat" du système des retraites pour aller "vers une réforme systémique, ce qui veut dire qu'on fait un système unique - avec une transition sur 20 ans ou 30 ans - qui permettrait d'avoir un système par points plus lisible et plus juste".

 

"Apparemment ce n'est pas ce qui est envisagé, sans doute le pays n'est pas mûr pour cela", a-t-il dit..

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

L'EN SAIGNANT 17/06/2013 19:47


Les abrutis qui nous gouvernent ne savent même pas (ou feignent de ne pas savoir) d'où sortent les retraites des fonctionnaires. 


Effectivement la comparaison est difficilement possible, voire IMPOSSIBLE car, IL N'Y A AUCUNE CAISSE de RETRAÎTE des FONCTIONNAIRES et ASSIMILÉS. Leurs RETRAÎTES font globalement l'objet d'une
estimation annuelle  dont le montant constitue un CHAPITRE INSCRIT au BUDGET de FONCTIONNEMENT de l'ÉTAT, strictement au même titre que le peiement des fonctionnaires actifs, des ÉLUS
etc .... . Ces retraîtes dépendent donc directement des IMPÔTS engrangés chaque année, Impôts payés par les CONTRIBUABLES. On voit effectivement, comme le disent les syndicats que toute
comparaison au plan économique relève du N'IMPORTE QUOI .!