Rigueur, impôts et taxes : Les français ont atteint "le seuil d'intolérance"

Publié le 28 Octobre 2012

L'inquiétude des Français ne s'apaise pas, loin de là. Ils sont en effet chaque mois un peu plus préoccupés par la crise. Un sondage Viavoice réalisé pour le quotidien économique Les Echos et France Info révèle que les Français sont de plus en plus inquiets de leur pouvoir d'achat. Plus de la moitié d'entre eux, 57% exactement, pensent même que leur pouvoir d'achat va baisser d'ici la fin de l'année. Ils sont donc plus nombreux à être inquiets qu'en septembre ou en mai puisqu'ils étaient respectivement 53 et 36% à estimer que leur pouvoir d'achat baisserait.

L'institut de sondage justifie les inquiétudes des personnes interrogées par "l'augmentation de la fiscalité des ménages". La fiscalité arrive en effet juste derrière l'alimentation au rang des dépenses les plus préoccupantes. Viavoice poursuit en expliquant que "désormais, la France atteint un seuil d'intolérance concernant la pression en matière de prélèvements", ajoutant que seuls 35% des sondés se disent prêts à "perdre un peu de pouvoir d'achat pour réduire la dette et les déficits", ce qui représente tout de même six points de moins qu'il a une année après le premier plan de rigueur du gouvernement Fillon. Ils sont par ailleurs 62% à s'y opposer, et 67% des ouvriers et des employés.

Cette enquête suit les mauvais chiffres du chômage diffusés mercredi. Pour rappel, le nombre de demandeurs d'emploi a progressé pour le 17e mois consécutif, d'après le ministère du Travail. Alors que la barre des trois millions de chômeurs a été franchie le mois dernier, le chiffre est en hausse de 1,6% pour le mois de septembre. Ainsi, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle Emploi en catégorie A concernait 3 057 900 personnes à la fin du mois. Cela représente donc une augmentation de 46 900 chômeurs par rapport au mois d'août.

Il faut par ailleurs remonter à avril 2009 pour apercevoir une telle hausse du nombre de demandeurs d'emploi. "C'est comme un navire lancé à pleine vitesse : avant que ça ralentisse, il faut que les politiques que nous lançons en ce moment aient porté leurs fruits", a averti Michel Sapin, ministre du Travail. C'est pour cela que le gouvernement s'est fixé cet objectif "raisonnable", c'est à dire inverser la courbe du chômage avant la fin 2013.

Lu sur le Nouvel Observateur 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article

yves IMBERT 29/10/2012 18:55


Le cout de l'immigration est chiffré de façon probante par l'institut de géopolitique des populations rapport du 16.02.12, il faut additionner 3 chapitres, soit un total annuel de 95 milliards
sous le régime de Sarko avec le hollande des mosquées le montant devrait exploser car il n"'y a plus de reconduite à la frontière d'ou l'idée de supprimer les centres de rétention créés par ...
les heures les plus roses de France puisque sous ce bon Mittrand


pour ce qui est du coût des associations anti-France, je préfère ne pas chercher afin  de m'éviter de faire Camerone avant l'heure

jp 29/10/2012 10:01


COMBIEN NOUS COUTE L IMMIGRATION ET UN GOUVERNEMENT INUTILE 

LA GAULOISE 29/10/2012 09:28


Combien nous coute l'immigration ?