Riposte Laïque, Résistance Républicaine, un combat contre l'islamisation de la France.

Publié le 17 Novembre 2010

           Voici l'édito de Riposte Laïque de cette semaine ou vous pourrez constater que ce blog Puteaux-Libre était partie prenante dans cette manifestation de la vérité et de la liberté d'expression. Le combat continu à travers Résistance Républicaine qui vous rejoindre en cliquant sur le logo dans la colonne de gauche.
Gérard Brazon
 

 

           Un Riposte Laïque belge vient de voir le jour. Excédés par la montée du communautarisme, et la pression de l’islam sur l’ensemble de la classe politique, un lecteur de notre journal, Michel Alexis, et plusieurs de ses amis, nous ont demandé d’utiliser le nom de notre journal, afin d’être en mesure d’inonder le plat pays d’une édition spécialement belge, dès que l’actualité l’exigera. Nous leur avons naturellement donné notre accord. Conscients de l’ampleur de l’offensive islamiste, nous avons, depuis le début, créé une rubrique "Laïques de tous les pays unissons-nous !". Depuis quelques numéros, Maxime Lépante commence à proposer ses vidéos sur les prières musulmanes dans les rues de France en anglais. Cette semaine, Jacques Philarcheïn a traduit en espagnol le magnifique texte de Myriam Picard, intitulé "Affaire Pagny : Sopo et Lozes, deux ennuyeux mouchards de pension".

Dans cet esprit, le 18 décembre, nous organiserons, sur Paris, de 9 h à 19 heures, des assises internationales de la laïcité, contre l’islamisation de nos pays. Notre ami Oskar Freysinger, porte-parole très médiatique de la votation suisse contre les minarets, en sera l’invité vedette, avec des représentants d’une dizaine de pays du Vieux Continent, confrontés au même problème : comment faire face à l’offensive islamiste qui menace le modèle laïque et civilisationnel de nos pays ? Des féministes, des hommes politiques de sensibilité différente et des résistants arabo-musulmans seront également présents. Réservez votre journée, nous ne le regretterez pas, nous vous en dirons davantage dans les jours qui viennent.

Il est temps, en effet, d’organiser la Résistance, devant l’ampleur de la trahison de nos élites, leur complicité devant l’islamisation de nos pays, et les menaces mortelles qui en découlent. Comment ne pas penser à cette phrase du britannique Paul Weston, prononcée le 30 octobre dernier, à Amsterdam : "Vous avez fait de nous des révolutionnaires. Votre comportement montre que vous avez plus peur de l’islam que de nous, mais laissez-moi vous dire ceci, à vous tous, menteurs et traîtres carriéristes socialistes : Vous détenez le pouvoir maintenant, mais dans une décennie nous détiendrons le pouvoir et nous vous demanderons des comptes. Nous vous traînerons devant un tribunal du style Nuremberg où vous serez jugés pour haute trahison, où vous serez jugés pour crimes contre l’humanité, et pour la première fois depuis longtemps, nous serons vos juges."

Lire la suite sur Riposte Laïque

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

muller marie-claire 17/11/2010 23:11



kouchner ne sera pas regretté!!! mais qu'en est il des autres dans notre cher Pays qui prèfèrent défendre les criminelles plutôt que les innocents??,et qui calomnient ceux qui sont intégres???(le
monde à l'envers)


Irak : les chrétiens font de mauvais martyrs



La dernière lâcheté de Kouchner




Publié le 14 novembre 2010 à 06h01 • 344 réactions •
Imprimer


Mots-clés : Bernard Kouchner · Chrétiens · Irak







Comme toujours, La France répugne à dénoncer la persécution des catholiques dans le monde. Alors que les grandes démocraties la condamnent explicitement et immédiatement, tels les Etats-Unis,
ces dernières heures, suite aux attentats de Bagdad, nos diplomates finassent, nuancent et tergiversent. Les précautions oratoires du Quai d’Orsay ne font plus guère illusion : la suspicion
semble jetée d’emblée sur les chrétiens persécutés. Tout se passe en effet comme s’ils en rajoutaient, comme si les martyrs catholiques en faisaient toujours un peu trop. De toutes les façons,
la persécution religieuse, cela n’existe pas pour la France, cela n’a jamais existé puisque la religion elle-même n’existe pas publiquement. Puisque la religion n’existe pas.


De même que la « Guerre des Balkans » n’était, d’après le ministère des Affaires étrangères d’alors, qu’une guerre interethnique – comprenez tribale -, à laquelle les catholiques croates ont
bien pris leur part, de même les catholiques d’Irak sont pris aujourd’hui, nous disent les hérauts du pays des droits de l’homme, dans une espèce de tourbe. Une tourbe dans laquelle il n’y a ni
victimes ni bourreaux, ni coupables ni martyrs, mais une foule de barbares demeurés qui s’entretuent et attendent tous désespérément leur salut de la Démocratie, c’est-à-dire de nos leçons de
morale. C’est du moins ce qui ressort de la déclaration récente du MAE. Explication de texte.


« Nous condamnons avec la plus grande fermeté toutes les violences en Irak. » Notez que la France condamne des « violences ». Aucunement les persécutions religieuses… Vous n’y pensez
pas. Un nettoyage ethnique ? Vous voulez rire. « Les attentats qui ont lieu aujourd’hui à Bagdad et qui auraient fait au moins 6 victimes parmi des membres de la communauté chrétienne comme
ceux qui ont eu lieu le 8 novembre à Najaf et Kerbala et qui ont causé la mort de plus de trente personnes, dont dix pèlerins iraniens, sont des actes barbares et lâches qui endeuillent à
nouveau l’Irak.»


Les attentas auraient fait six morts…. On n’est pas vraiment certain qu’il y ait eu des morts du côté catholique en Irak, en fait. Ou plutôt « parmi les membres de la communauté chrétienne ».
J’oubliais : il n’y a pas de « chrétiens » pour la France mais « les membres d’une communauté », qui se trouve être la communauté chrétienne, en l’occurrence. Laïcité oblige : la religion
appartient à la sphère du privé. Il n’y a que des citoyens en France et pour la France. En revanche ce qui est sûr, c’est qu’il y a eu des morts, de vrais morts, de vrais beaux morts du côté
non-chrétien et bien davantage : trente. Trente réels contre « 6 » hypothétiques. Jugez par vous-mêmes.


« Dans ce contexte tragique, nous exprimons toutes nos condoléances aux familles et aux proches des victimes si durement frappés, ainsi qu’aux autorités irakiennes. » « Si durement
frappés ». Par qui ? Par quoi ? Le sort ? La destinée ? En réalité, la France est immensément polie. Elle exprime ses condoléances les plus sincères aux parents des victimes du nettoyage
ethnique mais aussi et surtout aux autorités irakiennes. On aurait tendance à l’oublier. Ce qu’on ne sait pas, c’est que les plus à plaindre dans cette histoire, ce ne sont pas les catholiques
(d’ailleurs on n’est même pas sûr qu’ils soient morts), ce sont les pauvres autorités irakiennes. Les pauvres autorités irakiennes démunies devant tant de méchanceté, de haine et de religion.


« La France est solidaire de l’Irak et reste plus que jamais engagée à ses côtés dans la lutte contre le terrorisme. » Comment ? Comment la France reste-t-elle engagée dans la lutte
contre le terrorisme ? Par la pensée, par l’esprit bien sûr et par le cœur bien évidemment. Il faut reconnaître que la France a accueilli dans ses hôpitaux les « membres de la communauté
chrétienne » blessés dans les attentats. Ils sont autorisés à cicatriser chez nous. Forme suprême de la grandeur d’âme postmoderne.


« Bernard Kouchner a proposé que le Conseil de sécurité se réunisse. Ces consultations se tiendront aujourd’hui même à New York. L’objet de cette réunion est que le Conseil condamne les
attaques contre tous les Irakiens, notamment celles visant des lieux de cultes qu’ils soient musulmans ou chrétiens. » L’important dans cette phrase, c’est l’adjectif « tous ». Il faut que
le Conseil condamne les attaques contre tous les Irakiens, annonce le Ministre français. Pas seulement contre les chrétiens. Qu’on se le dise : la France ne prend pas le parti exclusif des
chrétiens. D’ailleurs, il n’y a pas que les croyants qui soient persécutés. Les lieux de culte ne sont pas les seuls lieux visés. Il est nécessaire de le préciser, semble-t-il. Ne nous laissons
pas aller au sentimentalisme. Un prêtre assassiné en pleine messe, c’est très triste. Mais il n’y a pas que les catholiques dans la vie.





L'auteur


Thomas Gueydier est directeur du Centre d’Etudes Théologiques de Caen.
Ses articles



Partager



Publier sur Facebook


Twitter
cet article





Discussion


344 réactions