Rompre avec le système mondialiste de la dette et de l’immigration

Publié le 20 Novembre 2011

untitled Robert Albarèdes  Riposte Laïque

Le mutisme le plus complet, organisé par la caste politique de « majorité » comme « d’opposition » (deux avatars de la même mouvance mondialiste, européiste, atlantiste) et respecté par les vassaux journalistes et médiatiques que sont devenus ceux qui sont censés nous informer, couvre la vraie raison politique et « technique » de l’énorme dette publique de notre pays :

 

« En France, la date fatidique dont on ne parle jamais, est le 3 janvier 1973. Jusqu’alors l État pouvait emprunter à la Banque de France à taux zéro, c’est-à-dire sans payer d’intérêt. Une situation normale, puisque la Banque de France était la France. Ce jour-là, le président Pompidou, un ancien responsable de la banque Rothschild, a fait adopter à l’Assemblée – dont les députés étaient sans doute encore engourdis par les fêtes de fin d’année – la décision catastrophique d’interdire à la France de créer sa propre monnaie, ce qui l’obligeait à emprunter aux financiers et aux banques privées. Si l’on calcule le cumul des intérêts des emprunts que la France a dû payer au marché privé depuis ce jour malheureux, on arrive à un total de 1.500 milliards d’euros, une somme correspondant à notre dette nationale. Autrement dit, sans cette loi honteuse, la France ne serait pratiquement pas endettée aujourd’hui. » (Louis Dalmas – Riposte Laïque n° 224)

 

 

Cela doit être su car ce volet essentiel de la dépossession de la souveraineté nationale par les oligarchies financières mondialisées  a été repris par le traité de Lisbonne en son article 123 (et figurait dans le projet de traité constitutionnel refusé par les Français et approuvé par Sarkozy et Hollande…).

On comprend mieux ici que ceux qui ont construit les outils législatifs et techniques pour donner tous les pouvoirs à ces oligarchies financières (ne viennent-elles pas de décider du premier ministre grec et du président du conseil italien ?) ne s’en vantent pas au moment de faire payer à tous ceux qui travaillent, aux retraités, aux futurs travailleurs, bref, à tous ceux qui composent les forces vives du peuple de France, les conséquences de leur action depuis près de quarante ans…tout en laissant  le pouvoir oligarchique du secteur financier international décider de la sauce à laquelle nous allons être mangés.

Il faut donc bien s’imprégner de cela car la refonte de cette situation, aussi bien dans ses aspects économiques que dans ses aspects politiques et sociétaux, est indispensable si l’on veut retrouver notre souveraineté nationale et la maîtrise de nos choix financiers, économiques, politiques.

 

La prochaine élection présidentielle doit être un moyen, pour chaque citoyen, de sanctionner ceux qui ont conduit notre pays dans cette impasse et vers ce « champ de ruines », et de sortir de la bipolarité politique imposée par ceux qui, depuis 30 ans, se partagent le pouvoir et se gobergent ensemble dans les salons feutrés du club très fermé du « Siècle ».

Comme elle doit être un moyen pour interroger les prétendants à la fonction suprême sur ce qu’ils comptent faire pour effacer le poids du premier poste des dépenses qui pèsent sur les  budgets de notre pays : l’immigration tous azimuts, et son cortège obligé, l’immigration illégale, dont la charge est intolérable en cette période de restrictions et d’augmentation de tous les prélèvements.

C’est en milliards d’euros par an (et notre publication a consacré de nombreux articles à le montrer) que l’on peut chiffrer cette charge indue dont on voudrait nous faire croire qu’elle serait un bienfait pour notre pays…

Un bienfait que l’entrée de flux incessants de main d’œuvre (ah, la libre circulation de la main d’œuvre, pendant obligé de la libre circulation des capitaux, des biens et des services…. assise première de la mondialisation !) dans un pays où le chômage croît, où la récession guette, où l’on n’en finit pas de faire exploser les budgets sociaux pour subvenir aux besoins de ceux qui, arrivés en France, se trouvent sans emploi ?

Quelle ineptie ! Quel mensonge ! Quelle manipulation !

 

Seuls les donneurs d’ordres de toute nature (en particulier dans les secteurs non délocalisables du BTP, des services, de l’agriculture, du spectacle, des gens de maison…) peuvent se réjouir de pouvoir embaucher tel immigré (avec ou sans papiers, qu’est ce que cela peut leur faire ?) à bas coût pour le remplacer, ensuite, par tel autre, encore moins cher et plus malléable, tandis que le premier ira « pointer » à l’aide sociale publique…Et ne parlons pas ici du travail clandestin en plein développement avec son cortège de malversations, magouilles et autres fraudes en tous genres !

 

 

Il paraît que le sieur Sarkozy veut s’attaquer aux fraudes sociales : chiche !

 

Commencez par  éradiquer l’immigration clandestine et le travail illégal…Cela sera efficace et nous changera de vos postures ridicules et manipulatrices qui ne sont qu’effets d’annonce, l’exemple de votre échec en matière de sécurité des biens et des personnes le dévoile parfaitement…

Puis continuez en arrêtant l’immigration de peuplement qui écrase nos finances publiques…. Quand un immigré, même en situation régulière et nanti d’un contrat de travail, s’installe en France et y fait venir femme (parfois : femmes), enfants (toujours) et souvent les membres du « clan », quel travail pouvez-vous proposer à tous ces gens là, aujourd’hui où le chômage est massif,  endémique et croissant ? Où la croissance est en panne et les perspectives d’avenir sont plus noires encore ?

Et tous ces gens là  que vous accueillez depuis 4 décennies (vous, vos amis politiques, vos pseudo opposants socialistes et leurs satellites « humanitaristes »),  vous les logez comment ? A la place des demandeurs de logements sociaux obligés de se pousser pour faire place à ces arrivants incongrus ? Ou conduits à aller se loger dans le secteur privé qui, en sur demandes, augmente ses loyers ?

Vous les soignez comment ? Par la CME/CMU qui, ainsi, grève les comptes sociaux car aucun d’entre eux n’a jamais cotisé le moindre centime d’euro et qui augmente les cotisations de ceux qui travaillent comme des retraités ?

Sans parler des autres besoins à satisfaire en matière d’éducation, d’équipements, d’environnement …. dont les coûts obèrent les budgets locaux et territoriaux en particulier, et d’autant plus quand des élus irresponsables les gaspillent à des fins électoralistes : ainsi les 28 millions d’euros engagés par Delanoë pour construire un ensemble cultuel musulman au mépris de la loi de 1905 !

Sans parler des atteintes au droit, aux lois, à la sécurité des biens et des personnes qui croissent proportionnellement à l’implantation de ces populations déracinées auxquelles vous octroyez la nationalité française comme on distribue des bons de réduction aux caisses des hyper marchés ! … Il n’est qu’à parcourir les quartiers Nord de Marseille pour établir ce lien que ne sauraient voir ceux qui font profession d’humanitarisme bien pensant, bien assis dans les salons de leur 16ème intellectuel, financier, sociétal, leur progéniture bien à l’abri des dangers de la réalité urbaine…et qui profitent soigneusement des effets pervers des flux migratoires.


Et que dire des transformations sociétales qu’imposent ces flux venus de pays sans culture démocratique, porteurs de pratiques religieuses, de coutumes, de valeurs souvent à l’opposé des nos valeurs, de notre culture, de notre pratique démocratique, et qui sont le plus souvent encadrés par les représentants d’une religion rétrograde, obscurantiste, ségrégationniste, séparatiste et sexiste ? Il y a là le terreau du communautarisme qui détruit notre espace public, social, sociétal…

 

C’est vrai que c’est cette destruction (un peuple communautarisé est un peuple qui ne lutte plus ni socialement, ni politiquement, ni idéologiquement) qu’organisent ensemble, oui, ensemble, la majorité politique organisée autour de Sarkozy et la pseudo opposition « de gauche » (quelle dérision…) qui, après avoir dirigé avec Mitterrand et Jospin, s’organise autour du sieur Hollande, doublon du locataire actuel de l’ Élysée, et doublon encore plus dangereux car encore plus soumis à l’idéologie mondialiste et européiste du « multiculturalisme », de l’immigration tous azimuts, du droit de vote des étrangers, de la nationalité bafouée…

Oui, 2012 sera un moment politique essentiel….

Et chaque citoyen attaché à la souveraineté de notre pays, à la liberté de ses choix, à la préservation de son avenir économique, à l’équilibre de ses finances sans mettre bas ses réussites sociales de tous ordres, au confortement de ses valeurs historiques, au maintien de son identité, à la recherche de la sécurité dans tous les aspects de son existence, se devra d’envoyer un message fort à la caste politicienne qui délite tout ce que notre Histoire a réalisé.

Un message fort qui sera celui de la balayer, tant elle est, aussi, intellectuellement malhonnête, moralement avariée, financièrement vénale…

Robert  Albarèdes

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Europe liberticide

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article