Salut les Terriens d'Ardisson avec FOG, Gilbert Collard, Henri Monod - Par Nancy Verdier.

Publié le 14 Juin 2011

A 19H00 en clair sur Canal+, dans SALUT LES TERRIENS ! samedi 11 juin 2011, THIERRY ARDISSON reçoit HARLEM DÉSIR, numéro deux du Parti Socialiste. A ses côtés, on retrouve FRANZ-OLIVIER GIESBERT, directeur du Point, pour "M. Le Président" (Flammarion) ; l'avocat GILBERT COLLARD pour "Les dérives judiciaires : Et si ça vous arrivait?" (Eyrolles) ; ainsi que la journaliste CAROLINE FOUREST, pour "Marine Le Pen" (Grasset), coécrit avec Fiammetta Venner. Enfin, l'invité du samedi 20H00 est HENRI MONOD. Ce Suisse souffrant d'hypersexualité a subi une castration physique pour mettre fin à ses "bouffées de libido".

__________________________________________________________________________ 
Par Nancy VERDIER

Un petit ¼ d’heure au titre peu glorieux : « DSK à qui profite le crime ? », en réalité un tour d’horizon en service commandé, un prétexte pour « enfoncer Marine Le Pen », un prétexte pour exhiber les récents ouvrages des uns et des autres dont le livre de Caroline Fourest, et de remettre en selle les orphelins de DSK…

Aux dires de dame Caroline, Marine le Pen ne peut tirer parti de la désaffection de DSK, car son programme économique est nul, comme souligné dans son récent ouvrage  et d’enfoncer le clou « Au 2ème tour contre DSK, il y avait un risque, et c’est même certain qu’elle l’aurait défoncé » Et c’est là que ça devient drôle, quand Gilbert Collard pouffe de rire : « Euh… ! Oui, c’est plutôt lui qui l’aurait défoncée.., mais enfin passons » et d’enchaîner : « Il  n’y a pas d’adversaire à gauche aujourd’hui. »

Tronches glaciales sur le plateau, et même Ardison  si prompt à la rigolade, reste de marbre, car la bonne blague n’était pas prévue.
Et c’est à F.O. Giesbert  que revient la parole, pour contredire Collard et signaler que les élections ne sont pas faites, que Marine, c’est une « bulle » et à présent on passe aux choses sérieuses, le tout se jouera entre Hollande ou Aubry, mais plutôt Hollande  contre Sarko. Voilà donc les éléphants roses du PS remis à l’honneur et à leur juste place face au copain Sarko.

Et notre Harlem  un peu coincé aux entournures, sourire blême de renchérir, en prenant ses désirs pour des réalités : « La gauche ce n’est pas que DSK. Il n’y a pas qu’un seul homme au PS et on voit bien que les Français ont tourné la page, et qu’ils songent à un autre. Hollande aime la France  » Et de se payer le luxe d’une petite phrase : « Il faut condamner l’indulgence ». Et Thierry Ardisson de lancer son fiel: « Marine est une opportuniste, attrape-tout, dangereuse… » 

Ensuite c’est à Stéphane Guillon de se lâcher comme d’habitude (sourire jaune d’Harlem) et à Henri Monod qu’il revient d’expliquer - avec tout le sérieux du militaire suisse, conscient, rigoureux et sevré - que les pulsions sexuelles se soignent par la castration.  C’était si simple! « Encore eût-il fallu que je le susse  » pourrait penser DSK. Du fond de sa « prison », enfin, de son Hôtel particulier de Manhattan.

Nancy Verdier

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article

Henri P. Monod 21/08/2011 09:09



Je n'ai jamais prétendu que les pulsions se soignent par la castration, j'ai simplement voulu témoigner pour montrer à quel point il était difficile de vivre avec de telles pulsions. Il m'a été
certifié q'il ne serait pas parlé de Monsieur DSK en relation avec mon témoignage donc il vous est impossible de tenir les promesses faites pour attirer les gens dans vos émissions et de plus la
très maivaise plaisanterie le concernant Monsieur DSK après avoir parlé de mon témoignage  est fort mal placée et frise la grossièreté gratuite. Madame Nancy Verdier fait visiblement partie
des journaleux de bas étages qui nous pourrissent la vie.


Comme ce n'est hélas pas le première fois que suite à mon témoignage ce genre de chose arrive, je ne m'exprimerai plus et laisserai la société se réjouir des soucis engendrés par certains
disfonctionnements que bien peu de gens sont à même de reconnaitre et de vouloir prévenir voire soigner.


Les remarques qui me sont faites suite à ce genre d'écritures sont, avec le temps, trop lourdes à supporter.


Henri P. Monod



Jacques 14/06/2011 16:41



Sauf que Caroline Fourest même si elle ne le revendique pas est homosexuel. Donc, l'idée quellle soit homophobe tombe un peu à l'eau! 



Mascara83 14/06/2011 13:59



Bravo à Mikalet pour votre excellent commentaire !


Marine Le Pen à tt à fait raison d'assigner en Justice quiconque qui porterait atteinte à son honnêteté, vie privée, familiale et, ou, déclarations mensongères de cette presse
UMPS alliée aux journalistes à la "botte" de ces partis!  En espérant qu'elle ne tombera point sur cette Justice du 93 (consternant les conclusions rendues  ds
l'affaire "Nadège ..., commerçante au Bourget" dont j'ai écouté la vidéo, , une femme vraiment courageuse... et qui se retrouve avec notre "soit-disant Justice, malgré ttes les agressions qu'elle
a subies à être, en plus condamnée....  Quelle honte pour ces magistrats qui devraient se cacher ds un trou de souris!!!!


Je concluerai sur Marine Le Pen,  en disant  tt simplement que si tte la gauche caviar  +  UMP se mobilisent à ce
point pour déblatérer notre héroïne, avec tant d'écrits et déclarations mensongères   + journalistes à leurs "bottes", c'est que leurs sondages trafiquotés doivent sentir le "SMEN"...



mikalet 14/06/2011 10:25



Les
procès en sorcellerie, c’est facile, par exemple…


 


Et si
après Martine à la plage nous avions Caroline en croisade, une bonne vieille bande dessinée ou mieux encore, une animation en 3D sur le net !


Caroline
Fourest c'est l'avatar de Jeanne d'Arc, mais une Jeanne d’Arc sourde à l'appel de tous les divins célestes dont pas un n'a eu le bon sens d’être une femme…comme elle. 


Entre ses
deux oreilles qui ne lui servent à rien, elle ne porte pas de lunettes et n'a plus rien à apprendre, il y a 1 500 cm3 de compost cérébral au service de l'antiféminisme, de l'intégrisme
religieux, de l'homophobie, du racisme et de tout ce que la France compte, à ces yeux, de dangers potentiels pour son modèle républicain laïcard. C'est sa guerre, elle en fait un business à temps complet grâce à la complaisance de plusieurs stations radio-télé qui lui permettent de cumuler ses talents de
chroniqueuse. Quel bel exemple de solidarité communautaire.


Eu égard
à tous ceux qui ont tant de mal à trouver un unique employeur, je l’invite à publier un opuscule de sa recette pour entretien d’embauche et à ménager, comme l’a fait Stéphane, aisselle et
poignet en écrivant peu. Trente pages ont suffit au vétéran pour contaminer la France de son indignation. A quoi bon en faire 600 pour un pavé qui ne rapporte ni recette ni succès d’estime et qui
fait très mal quand on le reprend en pleine poire.


C’est
précisément ce qui lui ait arrivé avec Tariq Ramadan. L’homme a ses travers mais c’est un vrai communiquant qui cumule éloquence, charisme et toute la rigueur qui fait défaut à Caroline. Face à
elle, publiquement, il a démonté point par point les contre-vérités de ses révélations mettant au grand jour son imposture intellectuelle.


Depuis la
mouche à changé d’âne et s’est rabattue sur Marine Le Pen pour tenter de la coiffer du bonnet. L’avocate qui n’a de
l’âne qu’une obstination aggravée par ses origines bretonnes est définitivement procédurière : Qui la pique de sa plume ou l’éclabousse de son encre en la calomniant se retrouve de facto assigné
en justice.


Les
Pipelettes ascendant Concierge sont donc prévenues.


Reste à
savoir si la Caroline-Journaliste est l’arbre qui cache la Fourest-Concierge et pourquoi une concierge sans balai ?


Soit la
militante féministe refuse d'arborer ce symbole de soumission soit c’est une sorcière relookée en concierge, sans nez busqué ni dos courbé mais tout au contraire, au dos bien droit, d'une
raideur révélatrice de l’endroit ou elle cache le fameux balai.


Autre
question sans transition : Et l’amour dans tout ça ? Je n’ai pas été étonné d’apprendre dans un de vos billet qu’elle s’adorait à la folie et tellement plus encore que si elle venait à
mettre fin à ses jours, on qualifierait son suicide de crime passionnel.