SANDRA KAZ, ex candidate FN tuée par les mauvaises langues!

Publié le 23 Novembre 2011

Par Catherine Ségurane


Sandra Kaz avait été la candidate du Front National à Coudekerque-Branche, près de Dunkerque, et elle avait recueilli plus de 35 % des suffrages au second tour. C'était une jolie jeune femme avec la vie devant elle, et la maman d'un enfant d'un an, qui passera Noël dans un grand vide.

Sandra-Kaz.jpgDans le communiqué de presse annonçant le décès de Sandra Kaz,  Eric Dillies, secrétaire fédéral du FN Nord-Flandre, juge que la disparition de l'ancienne candidate est « l'épilogue douloureux des attaques dont elle a fait l'objet ». Il rappelle : « Suite à sa candidature, elle avait fait l'objet d'une campagne médiatique indécente, à propos de ses activités supposées d'« escort girl ». Nous ne reviendrons pas sur cette campagne, puisque Sandra s'était expliquée dans un communiqué de presse du 2 avril », écrit le responsable FN, qui salue « la gentillesse et le grand cœur » de Sandra Kaz dont il juge qu'elle a été « livrée aux chiens, et cela finalement au prix de sa vie ».

Dans ce communiqué du 2 avril, Sandra Kaz démentait fermement les accusations de prostitution qui lui étaient imputées, et annonçait des poursuites contre deux journaux, Le Phare Dunkerquois et Nord Littoral.

Ce démenti ne fait pas cesser le harcèlement. Les articles se succèdent, et pas seulement sur des blogs, comme si, face à une jeune femme du FN, tout était permis.

Une page a été ouverte sur Facebook pour lui rendre hommage.


Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Catherine Segurane 23/11/2011 19:02


Après rédaction de l'article, j'ai appris que Marine Le Pen avait rendu hommage à Sandra Kaz en son nom et au nom du Front National.


 

DUBARDUBORD 23/11/2011 17:59


Erratum : calomniez, calmoniez

DUBARDUBORD 23/11/2011 17:56


Il faudra bien qu'un jour la puissance publique se penche sur les attaques médiatiques que peuvent subir les citoyens qui sont ou veulent s'engager dans le "combat" politique. Les attaques sur
les vies privées des candidats et des élus devraient faire l'objet de réflexions au sein des Rédactions et non pas laisser à l'initiative individuelle. En s'engageant dans l'arêne politique le ou
la candidate devient un personne morale, sa personne physique devrait être protégée en dehors de manquements à la législation. J'ai été victime de ce genre d'attaques par un petit verbeux qui sur
un site (depuis en faillite) avait "balancé" des propos jamais tenus et formellement démentis par celui à qui je les aurai adressé. Mais le venin est distillé et ceux qui lisent crois plus ce qui
est écrit que les démentis du calomnié. Rapellons nous le fameux calomnié, calomnié il en restera toujours.....


Une pensée pour les familles concernées. Sans doute en grande souffrance.