Sarkozy, « l’ami » des musulmans à la mosquée de Paris

Publié le 15 Mars 2012

Nicolas Sarkozy à la Grande mosquée de Paris, mercredi 14 mars

La cérémonie, annulée la semaine dernière pour cause de téléscopage avec les débats sur l'abattage rituel, est venue parachever l'entreprise dedéminage amorcée après les tensions suscitées entre le gouvernement et les communautés juive et musulmane.

Accompagné des ministres de l'intérieur et de la défense, le president de la République, Nicolas Sarkozy, a inauguré, mercredi 14 mars, à la Grande mosquée de Paris (GMP), une plaque à la mémoire des soldats musulmans tombés pour la France durant la guerre 1914-1918. Un dépôt de gerbe, un rapide moment de recueillement, une Marseillaise, puis le président a passé près de trois-quarts d'heure avec Mohammed Moussaoui, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) et le recteur de la mosquée de Paris, Dalil Boubakeur.

"Polémiques qui n'ont pas lieu d'être"

Un temps qui a donné au chef de l'Etat, habitué des lieux depuis son passage au ministère de l'intérieur en charge des cultes, l'occasion de "rendre hommage au sacrifice de tous les musulmans morts pour la France". Mais cette visite a surtout permis au chef de l'Etat d"assurer" les responsables de communauté musulmane, " de la place des musulmans dans la République française".

Après avoir lui-même relancé le débat sur l'abattage rituel lors de discours récents, le chef de l'Etat a demandé mercredi  "à nos concitoyens musulmans qu'ils ne sentent pas blessés par des polémiques qui n'ont pas lieu d'être". Les musulmans ont "le droit de vivre leur foi comme n'importe quel citoyen", a ainsi assuré M.Sarkozy. Ses interlocuteurs "savent compter sur mon amitié, mon soutien et ma confiance dans cette institution que nous avons créée", a-t-il ajouté dans une allusion au CFCM, dont il avait imposé l'émergence  en 2003 et qui traverse aujourd'hui une profonde crise de légitimité. Il les a enfin assurés de sa "disponibilité pour que nous les aidions à former des imams parlant français ou à entretenir [la grande mosquée de Paris] ".

"Pas de problème avec le président de la République"

De son côté, M.Boubakeur, rappelant "les 300 000 morts musulmans morts durant les guerres françaises" depuis la fin du 19ème siècle, a salué "un geste symbolique qui va droit au coeur des musulmans". Cela montre aussi que "après avoir été toléré puis accepté, l'islam est aujourd'hui estimé", a assuré M.Boubakeur, visiblement décidé à minimiser les tensions. S'il a  déploré l'utilisation "par certains" de l'islam comme "facteur électoral", il a assuré qu'il n'y avait "pas de problème avec le président de la République". En aparté, un responsable de la mosquée a souligné "les liens particuliers qui unissent les dirigeants de la GMP et le président de la République, qui se sent ici chez lui".

M.Moussaoui, plus inquiet face au risque que des "discours blessants reviennent" dans le débat public,  a souhaité pour sa part que les responsables politiques disent régulièrement "haut et fort leur respect" pour leurs concitoyens musulmans.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

23bixente23 22/03/2012 10:39


bravo Marie-Claire Muller, entièrement d'accord avec vous !!


 


M.Moussaoui, plus inquiet face au risque
que des "discours
blessants reviennent" dans le débat
public,  a souhaité pour sa part que les responsables politiques disent régulièrement "haut
et fort leur respect" pour leurs
concitoyens musulmans."


---> mais oui bien sûr !! le jour où les
mahométants proclameront haut, fort, et unanimement leur amour de la France, de ses valeurs et des Français !! c'est direr que c'est pas demain la veille....

Marie-Claire Muller 15/03/2012 17:58



Addendum 12/03 : encore un autre reportage accablant sur les risques sanitaires de la
viande halal.



 



Dans un abattoir français, quand un musulman sacrificateur égorge un bœuf, le contenu de
son estomac s’écoule à travers la plaie béante de l’œsophage provoquant des risques d’infection de la viande par la redoutable bactérie E.Coli issue des matières fécales (excréments).


E.Coli (Escherichia coli) peut contenir des agents pathogènes entrainant méningites, septicémies, infections urinaires ou gastro-entérites. Une
intoxication affecte en particulier les
enfants en bas-âge. 










Abattage islamique d'un boeuf par égorgement







Escherichia coli.
Grossissement × 15 000



 






Dans le commerce (supermarchés ou bouchers), il est impossible de distinguer une
barquette de viande halal d’une barquette de viande non halal parce que les politiques, influencés par les groupes de pression musulmans et les industriels, refusent de le
signaler. 


Aussi comment ne plus prendre le risque d’empoisonner nos enfants avec de la viande
halal ? (en France, 40% des bovins sont abattus selon le rite islamique : bœuf tourné vers la Mecque, sacrificateur musulman récitant une invocation à
allah au moment où il tranche la gorge de l’animal). 


L’association Œuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoirs
(OABA ) publie sur son site
la
liste* des abattoirs ne pratiquant pas l’abattage selon le rite musulman. La liste contient le numéro
de l’abattoir que l’on peut retrouver sur l’étiquette de la barquette de viande.


Une famille peut donc s’informer sur le mode d’abattage de l’animal et éviter
d'intoxiquer ses enfants par la bactérie E.Coli issue du tranchage islamique de la gorge. Le numéro d’abattoir conventionnel (non halal) contient la localisation (département) et le numéro
d’agrément de l’abattoir. Voir l'exemple ci-dessous :


* Elaborée en tenant compte des renseignements obtenus par
l’OABA auprès des établissements concernés, notamment à la suite de ses visites d’abattoirs. Elle ne peut être considérée comme exhaustive et l’OABA s’engage à la compléter ou la modifier dès
qu’une demande corrective lui sera adressée par un abattoir ou par les services vétérinaires de contrôle. La liste ne concerne que les animaux dits de boucherie (bovins, moutons, chèvres et
porcs). L’OABA ne peut publier une liste identique pour les établissements d’abattage de volailles et de lapins puisque la majorité de ces établissements refuse les visites de
l’OABA. 

Marie-Claire Muller 15/03/2012 16:23


.Moussaoui, plus inquiet face au risque que des "discours blessants reviennent" dans le débat public,  a souhaité pour sa part que les
responsables politiques disent régulièrement "haut et fort leur respect" pour leurs
concitoyens musulmans.


Tout est dit !!!bientôt le délit de blasphéme et on devra fermer sa gu.....le mais en sens unique, c'est à dire, nous
les kouffars,comme en Angleterre.


Le double langage il connait Sarko!!(la taqiyya). Les électeurs apprécierons de savoir qu' ils doivent
obligatoirement b....de la viande contaminée pour ne pas stigmatiser les mahométans,qu'ils doivent accepter de payer l'impôt islamique qui finance le terrorisme et les mosquées.Mais surtout
d'accepter dans un Pays civilisé, que des gens restés à l'âge de pierre, puissent se permettre de tuer NOTRE PATRIMOINE OVIN ET BOVIN d'une maniére aussi barbare;  que nos zélus
traitres,corrompus et lâches ont essayé de minimiser(voir la réaction) du ministre de l'agriculture quand le représentant de Marine  lui  a dit que les abattoirs d'Ile de France étaient
en majorité halal !!!!


Réveillez vous patriotes de droite etde gauche avant qu'il ne soit trop tard, ceux qui vous gouvernent vous
trahissent tout en essayant de vous endormir avec des promesses trompeuses par clientélisme il est impensable de voter pour ces menteurs,ces vendus !Nous sommes le peuple, et le peuple doit
rester souverain!!!!


 


 


 


 


 


 


 


 

Francis Claude 15/03/2012 12:26


Honte 3 fois honte a tous ces politicards qui ce roullent dans le deshoneur pour quelques voies de plus

se 15/03/2012 11:58


sarko va se convertir on est plus à ça prés,pour quand le pèlerinage à la mecque.