Scoop / Sarkozy régularise tous les clandestins – Michel Garroté à Tel Aviv

Publié le 29 Mars 2011

        Une affaire qui ne va pas arranger la situation. L'immigration va noyer l'Europe parce que nous sommes prisonniers de directives européenne. Cette Europe qui lentement nous interdit d'être nous-même. Détruit cette France que nous aimons. Il paraît que c'est légal ! Jusqu'ici, la France avait toujours surmonté les différentes occupations qu'elle a connue. Demain, elle risque bien de mourir d'un repeuplement annoncé. Impuissante parce que nous l'aurons désarmée par la loi. 

Gérard Brazon 

Infos Drzz-info

           Sarkozy va devoir régulariser les clandestins, vous savez, ces gens du monde entier, que nos médias appellent des « sans papiers », ce qui, en soi, déjà, sous-entend, que la seule solution, c’est d’en faire des « avec papiers ». Sarkozy va devoir régulariser les clandestins, tout simplement, parce que le système Sarkozy n’a pas fait son travail au plan juridique. Vous savez ce que c’est, on parle, on parle, et on ne veille pas à la mise en pratique, comme si on se croyait au-dessus de ça, n’est-ce pas. Sarkozy va devoir régulariser les clandestins et ce n’est pas moi qui l’écris. C’est Marianne2 qui l’écrit.

Marianne2 (extraits) : « Une directive européenne dite ‘directive retour’, adoptée en 2008, impose aux Etats-membres de fixer un délai de retour volontaire de 7 à 30 jours avant de pouvoir expulser de force un clandestin. Depuis le 24 décembre dernier, les Etats-membres n’ont plus aucune excuse pour ne pas avoir transposé cette disposition dans leur droit national, faute de quoi un sans-papier peut invoquer le texte européen devant la justice administrative pour faire annuler son expulsion. C’est le cas en France, la directive retour n’étant pas encore transposée. Un projet de loi à ce sujet est actuellement en discussion au Parlement. Pour l’heure, les arrêtés préfectoraux de reconduites à la frontière (APRF) ne sont assortis d’aucun délai pour un retour volontaire, sans coercition ni passage en rétention. De ce fait, ces arrêts sont contestables devant la justice administrative au nom de la directive retour ».

Marianne2 : « Serge Slama, juriste au Gisti, estime, dans Libération, qu’il existe déjà des ‘centaines’ de cas d’expulsions qui ont été ainsi retoquées. Et partout en France, des tribunaux ont ainsi annulé des décisions préfectorales concernant notamment des Tunisiens venus de Lampedusa. Tant pis pour les discours offensifs du chef de l'Etat à ce sujet. C’est le Conseil d’Etat qui a donné le coup de grâce à Guéant et Sarkozy. Le 21 mars, saisi par le Tribunal administratif de Montreuil, il a confirmé que les APRF, tels que délivrés par les autorités, étaient bien contraires à la directive retour. ‘Il résulte clairement de l’article 7 de la directive du 16 décembre 2008 qu’une décision de retour doit indiquer le délai, approprié à chaque situation, dont dispose le ressortissant d’un pays tiers pour quitter volontairement le territoire national’, explique l’avis. Une belle faille juridique vient de s’ouvrir, une faille qui met à bas les discours dits ‘sécuritaires’ de Guéant et Sarkozy ».

Marianne2 : « En effet, sur un point particulier, la directive retour laisse une marge de manœuvre aux Etats membres pour expulser de force sans délai (et donc pouvoir placer en rétention) un sans-papier en cas de ‘risque de fuite’. Mais la définition de ce qu’est ce ‘risque de fuite’ n’était pas précisé par le texte européen qui renvoie cette responsabilité aux Etats membres. Le problème est qu’en France, il n’existe pas encore de définition précise de ce ‘risque de fuite’, la loi sur l’immigration étant toujours en discussion. Un vide juridique s'est donc créé au détriment des envolées du chef de l'Etat. En effet, sans définition précise, le ‘risque de fuite’ ne peut être invoqué pour expulser de force un sans-papier. Ce dernier pourra toujours de ce fait bénéficier d'un délai pour le retour volontaire et donc échapper à la rétention. Cette faille ne pourra être comblée que lorsque le texte sur l'immigration s’appliquera (peut-être en juin).Par son inertie, le gouvernement a donc lui-même mis en place les freins à sa politique migratoire », conclut Marianne2.

Correspondance de Michel Garroté à Tel Aviv

http://www.marianne2.fr/Etrangers-comment-Sarkozy-et-Gueant-ont-rendu-les-expulsions-impossibles_a204217.html?com

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Bernard Legoy 30/03/2011 10:10



"Les seuls gagnants à la limite, c'est les petits ou grands patrons qui embauchent une main d'oeuvre au rabais sur les chantiers, les ateliers et les cuisines."


 


Alors, Monsieur Brazon, vous qui êtes un ancien syndicaliste, pourquoi ne lisons nous jamais sur votre site d'information concernant les droits syndicaux des salariés des PME ou même les luttes
sociales ?


 


 



Bernard Legoy 30/03/2011 10:08



Les chiffres ?


Ils sortent de l'Institut National des Etudes Démographique et d'une commande du ministère de l'immigration.


Vous save, deux institutions "gauchistes" fréquentées par Michelle Tribalat et quelques sous ministres de droite.



Bachra 29/03/2011 19:00



Monsieur Legoy,


Vous assénez des chiffres et des pourcentages avec une assurance confondante. D'où sortent-ils ? Il me semble reconnaître ceux d'une étude menée par des universitaires, dont il a été prouvé
qu'elle était fausse, ou plutôt faussée, étant donné le point de vue retenu ! D'après mes souvenirs, elle ne prend en compte en effet que les immigrés qui travaillent (et qui, bien sûr,
rapportent à la France !), mais omet tous ceux qui vivent des aides diverses généreusement attribuées par l'Etat... Allez-vous prétendre que cette distribution enrichit l'Etat ?


Au total, l'immigration coûte plus à la France qu'elle ne rapporte... et plombe nos finances, à coup d'A.M.E, de retraites pour des personnes n'ayant jamais travaillé dans le pays etc etc... Et
que dire des allocations distribuées aux familles polygames, alors que la polygamie est interdite par la loi française ?


Moi, qui ne fais pas partie de la gauche compassionnelle, je trouve anormal et injuste qu'on accorde la gratuité de tous les soins à des étrangers en situation irrégulière, pendant que des
français qui ont cotisé toute leur vie à la S.S. n'ont pas les moyens d'envisager, par exemple, le remplacement de leur appareil dentaire ou de leur prothèse auditive ! 


De même, je trouve anormal et injuste qu'on exige des français qu'ils travaillent plus longtemps et qu'ils reculent leur départ à la retraite, alors que des personnes qui arrivent en France et
qui n'ont pas enrichi le pays par leur travail se voient gratifiées d'une retraite de 700 €. Je connais des personnes qui ont trimé toute leur vie et qui n'ont même pas cela pour leurs vieux
jours !


Passe encore que la France soit aussi généreuse, si elle n'avait pas une dette colossale ! Mais tel n'est pas le cas... La France n'emprunte-t-elle pas, d'ailleurs, pour pouvoir seulement
acquitter les intérêts ? Quand on frise la banqueroute, la préférence nationale ne me paraît pas indécente !



bernard legoy 29/03/2011 12:13



Cher Leroy les 11 % d'immigrés que compte aujourd'hui la France sont majoritairement des travailleurs qui contribuent à la richesse de la France. Les immigrés sont une très bonne affaire pour
l’économie française : ils reçoivent de l’Etat 47,9 milliards d’euros, mais ils reversent 60,3 milliards. Autant dire un solde positif de 12,4 milliards d’euros pour les
finances publiques, qui ne représente pourtant que la part monétaire de transferts bien plus importants.


On pourrait même dire qu'ils participent à l'effort national puisqu'ils payent des impôts et versent des cotisations patronales, comme tout le monde. A ce rythme là on ne peut pas dire qu'ils
vivent au crochet de la France mais plutôt qu'ils contribuient a faire vivre le pays.



Gérard Brazon 29/03/2011 23:29



C'est un discours rebaché. Il date des années 90. Les chiffres ne sont pas les bons surtout si vous prenez en compte l'ensemble de la population immigrés (régulière et irrégulière). Les seuls
gagnants à la limite, c'est les petits ou grands patrons qui embauchent une main d'oeuvre au rabais sur les chantiers, les ateliers et les cuisines.   



roy 29/03/2011 11:52



11% D'immigrés c'est déjà beaucoup trop. Personne ne leur a demandé de venir chez nous. Ce ne sont pas des boucs émissaires mais il faut savoir que la France n'a plus les moyens de leur offrir un
séjour décent.



bernard legoy 29/03/2011 11:27



" L'immigration va noyer l'Europe"


En 2001, le nombre d'immigrés résidant légalement sur le territoire des 15 membres de l'Union européenne  était estimé à 14,3 millions de personnes, soit 3,8 % de la population. En
2010, selon l'INED il y a en France, 11% d'immigrés.


C'est ça que vous appeler "noyer" l'Europe.


Que cherchez vous a faire ?


Prenez vous les immigrés pour des boucs émissaires ?



Nancy VERDIER 29/03/2011 11:15



On se demande à quoi servent tous nos élus...à part se servir sur la République et à nos frais. Nous protéger, protéger l'avenir de nos enfants, de la Nation ne les soucient pas. Même
Bruxelles avait préparé de bons textes...C'est tout dire. Mais être actif à l'Assemblée Nationale c'est bien plus difficile que de se prendre un bon gueuleton à la sortie avec des gens de
l'opposition.  Qui va payer pour tous ces nouveaux venus et il y en aura d'autres et tous les frais de santé et autres ???.
Je dirai : "OUST! " à cette classe politique inefficace et sans vergogne.