SDF: l'hypocrisie d'un monde médiatique et politique.

Publié le 2 Décembre 2010

         Chaque année je réédite des poèmes écrits pour et sur les SDF. Sans Domicile Fixe pour ne plus dire Clochard.

             Dérision de la misère. L'hypocrisie des autorités est flagrante et celle des associations est évidente. Voyez le parcours politique des responsables qui au nom de la misère ne s’oublient pas. Ils savent bien que l'hiver revient chaque année et qu'il commence en général après l'automne tout de suite après l'été. Le froid est prévisible, comme la faim. La misère est réelle.

 Pourtant, hier soir, je regardais les infos et je vois l'éternelle Claire, Henri et autre Laurence nous expliquer avec la mine de circonstance accrochée au visage, combien c'est triste cette misère. A vomir cette attitude! 

Faut-il afficher les revenus de ces animateurs ?  Qu'importe au fond. La honte et le ridicule ne fait plus aucun effet dans ce monde médiatique qui vous réclame votre argent, vos dons qui ne changent rien et n'aident pas ceux qui sont dans le besoin.

Dormez bien brave gens, demain il fera froid, encore plus froid nous disent-ils et demain, des clochards vont mourir comme l'année dernière, comme en 2008, comme en 2007. Ce poème je l'avais écrit en 2006. Il n’a pas pris une ride. C’est bien dommage.

Gérard Brazon

 

Tu vas crever

 

Je vous ai vu ce matin. Accoudé.

Vous étiez là, déjà vieux, fatigué

J'ai vu ce regard. Votre regard vous savez!

Si loin, profondément absent, comme étranger

Encore une de plus! Une incontournable journée.

Péniblement vous disiez: Une autre journée.

Longue, interminable, vide et sans intérêt

A regarder l'inaccessible.

A imaginer l'impossible.

 

Il y a longtemps. Une vie perdue à jamais.

Si longtemps et pourtant, vous aussi vous étiez.

Comme ceux qui passent et vous ignorent désormais.

Qui défilent peureux, honteux, le regard baissé.

Ils vous évitent comme on évite un danger.

Pour ne pas être touché ou contaminé.

Misère de la vie, étron d’une société.

Et pourtant, vous aussi vous avez existé.

 

Elle est partie l'insouciance. Crevée un matin.

Partie dans un rêve. Dans un verre de chagrin.

Un chagrin ou un drame impossible à noyer.

Une peine sans nom au plus profond enfermée.

Dans les vapeurs d'alcool. En volutes de fumée.

Dans les centaines de cigarettes oubliées.

 

S.D.F, un nouveau nom pour vous dénommer !

Clochard, vagabond. Misérable identité...

Perdu votre nom. Et nul ne vous reconnaît.

Ombre sur un trottoir. Honte de la société.

La parole engluait déjà, vous vacillez.

Incompréhensible monologue abreuvé.

 

Quel avenir? Vous la voulez la vérité?

S.D.F. Sans domicile fixe. Tu vas crever!

Un soir d'hiver. Au soleil, un beau jour d'été.

Une froide nuit d'hiver. La "Une" de la Télé.

Discours habituels et regards apitoyés.

Le grand classique d'hiver et de nos soirées.

Pitoyable, minable écoeurant à gerber.

 

Tu vas crever. Tout le monde t'auras ignorer.

Salut à toi mon frère. Mon ami, l'étranger.

 

Gérard Brazon

 

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Bertrand Ligua 06/12/2010 10:33



ben moi je vous dirais comme on dit aux bien pensants qui défendent les Roms et les clandestins...si tu les aimes, prends en un chez toi !



roy 02/12/2010 14:46



Excuse moi Gérard mais j'ai visité le sîte de Résistance Républicaine et j'ai lu dans un commentaire d'un artcle signé Bance sur les retraites. Ala fin de son commentairela personne disait Vive
l'Algérie Vive la France !!!. Je suis étonné qu'un webmaster ait pu laisser paraître cela Que vient faire vive l'algérie l a dedans ?. Quand on sait combien les algériens sont patie prenante dans
l'islamisation de notre pays cela laisse perplexe



ROY 29/11/2010 20:12



Superbe Monsieur. J'aime ces poemes Bien à vous



Jean Valette ou "Johanny" 28/11/2010 16:03



C'était une manière de vous dire combien j'appréciais ... J'ai eu à exprimer de cette même façon que nous avons tous "besoin" les uns des autres. Je l'ai sous forme de "scan - photocopie" mais ne
sais pas vous le joindre ici, je vous l'envoie par mail ou par facebook .


 


Bien amicalement...



Jean Valette ou "Johanny" 27/11/2010 20:45



♥ ♥ ♥



Gérard Brazon 28/11/2010 15:25



Merci. Un poème difficile à placer dans un blog orienté mais... le coeur n'est pas à gauche! (sourire)