Seigneur quelle sauvagerie ! par Khodeir Taher

Publié le 17 Septembre 2011

Le matin du 11 septembre 2001 le monde a été secoué par la nouvelle du crime perpétré par les agents de la terreur, ils ont tué les gens au nom d’Allah, ils ont dansé sur leurs dépouilles et se sont réjouis.

Leurs fantasmes barbares leur ont fait croire qu’ils mériteraient d’être reçus par Allah et d’accéder au paradis où ils obtiendraient des houris (les vierges du paradis) comme récompense pour le sang versé.

Des millions de musulmans à l’esprit pollué ont laissé éclater leur joie au spectacle de ce crime et ont remercié Allah pour le meurtre de trois mille être humains innocents. Certains parmi les musulmans ont distribué des gâteaux et des bonbons et leur joie était mêlée de haine. C’était comme si la justice divine avait donné son assentiment et accordé les pleins pouvoirs à une bande de barbares pour assassiner des êtres humains d’une manière aussi sauvage.

Aujourd’hui c’est le jour de la honte. Notre honte à nous musulmans qui avons produit ces idées criminelles et qui avons mis au monde des germes nuisibles. C’est la honte attachée à notre système de coutumes, de traditions et d’idéologie religieuses qui ne voit en Allah le Très Haut que l’image d’un dieu vengeur qui massacre les gens, qui les égorge, les décapite et se délecte du sang répandu.

Nous musulmans avons un énorme problème : nous détachons les valeurs humaines de la religion que nous érigeons comme juge de ces mêmes valeurs. Dans les traités anciens de jurisprudence islamique, les textes (en vigueur et toujours enseignés) s’étendent sur la manière dont doivent être traités les gens du livre (les juifs et les chrétiens). Voilà ce que cette jurisprudence prescrit : le musulman ne doit jamais prendre l’initiative de saluer un juif ou un chrétien. S’il est salué par eux il peut leur rendre le salut mais sans empressement. Dans tout échange verbal avec eux il doit faire preuve de rudesse et de dureté pour leur faire sentir la supériorité de l’islam. Nombreux sont les musulmans qui refusent de manger avec les chrétiens prétendant qu’ils sont impurs.

C’est étrange, quand il s’agit de jolies femmes non-musulmanes, leur rapt n’est pas défendu, de même il est permis d’en faire des esclaves sexuelles ou des concubines. Sont-ce là des valeurs humaines ou bien des enseignements qui inculquent le mépris et la haine ?

Cependant la haine et la terreur se sont transportées et implantées dans les pays islamiques. Malgré cela les musulmans se taisent et ne lèvent pas le petit doigt. Aucun examen de conscience, rien n’a été fait pour mettre fin aux atrocités dont ils sont la source. Depuis des années ils regardent impassibles les Irakiens s’entretuer à force d’engins piégés, certains des musulmans vont jusqu’à soutenir publiquement et financièrement les crimes. Les terroristes ont afflué en Irak pour participer au festival d’égorgements collectifs espérant mériter le paradis et ses houris !

Quelle Honte !! Il m’est difficile d’éloigner de mon esprit l’image de cette hôtesse de l’air poignardée. Je la vois faire face à un de ces barbares qui l’a poignardée au nom d’Allah, la conscience tranquille, avec la certitude qu’égorger et tuer le rapproche d’Allah… Seigneur quelle sauvagerie ! 

Source : إنه يوم العار , par Khodeir Taher, Elaph.com, 11 septembre 2011. Traduction de l'arabe par Hélios d'Alexandrie pour Poste de veille

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

isabelle 18/09/2011 05:55



Le problème c'est que pour un qui exprime ce genre de pensée, il y en a des milliers qui y sont complètement imperméables.


Comment un être humain normalement constitué peut-il rester insensible à la mort et à la souffrance données à un autre alors qu'il sait, pour lui-même, ce qu'est la mort et la douleur ? Comment
peut-on ne pas avoir conscience de ce qu'est un crime ? Tous ne sont quand même pas des psychopathes ?


Finalement, on devrait inventer le mot "coranopathe" tant ce coran les deshumanise.



Gérard Brazon 18/09/2011 17:17



Il y a un peu de ça au fond.