Selon Christine Lagarde, le Roi d’Arabie était un Prince charmant ! - Par Gérard Brazon

Publié le 25 Janvier 2015

Madame Christine Lagarde a non seulement eu la chance de naître en Occident mais a eu le grand bonheur de ne pas être née en Arabie Saoudite.

Gérard Brazon interview3 Gérard Brazon Pour Riposte-Laïque

Christine Lagarde

Heureusement pour elle car cela lui aurait valu de goûter aux joies d’un Roi tellement  proche de la femme, qu’il n’a pas hésité à ne pas réformer leur statut. N’est-ce pas en terre d’islam que la femme trouve son paradis sous les pieds de son mari ? Alors quant à les rendre égales en droit :

 « Les femmes saoudiennes mariées à des étrangers ne peuvent pas transmettre leur nationalité saoudienne à leurs enfants, contrairement aux hommes de leur pays. Les femmes sont toujours interdites de prendre le volant en voiture. Les lois concernant le divorce et le mariage sont favorables aux hommes et les violences conjugales faiblement punies. En mai 2013, un homme qui avait battu sa femme au point que celle-ci soit envoyée à l’hôpital a été condamné à apprendre par cœur cinq passages du Coran et 100 propos du prophète Mahomet. (source)« 

Ce qui n’a pas interdit à la féministe bien connue qu’est Madame Christine Lagarde et qui est la représentation suprême de ce que déteste le plus l’idéologie islamique, de se fendre d’un communiqué économico-politique sur les avancées de ce Roi en matière des droits de la femme:

Abdallah « était un grand leader ». « Il a mis en place un certain nombre de réformes en Arabie saoudite et était, de manière discrète, un grand défenseur des femmes »

Souvent, en tant que militant des droits de la femme, je me suis demandé par quelle idiotie, quelle aberration, une femme dans nos contrées pouvait porter le voile, se conformer aux délires masculins islamiques, admettre la prétendue supériorité de l’homme sur la femme, accepter que sa sensibilité, son émotivité en faisait non pas un être sublime mais un suppôt du diable, bref, accepter que son statut soit plus proche de l’animal de compagnie que de l’être humain.

Souvent je me suis posé cette question pour la femme en général ! En terre d’islam également et en particulier. La prise de position de Christine Lagarde, au rang de chefs d’état, puissante Présidente du FMI faisant l’éloge d’un vieux roi décédé, représentant à lui seul, tout ce qu’il y a de plus taré dans l’expression de la misogynie, me sidère totalement.

C’est ce vieux roi qui aime tant les femmes au point de les laisser se faire décapiter sur les Places publiques saoudiennes comme au bon vieux temps de Philippe Auguste qui faisaient cramer ceux qui lui déplaisaient. Femmes y comprises, et au nom de dieu bien sûr.

Christine Lagarde, votre esprit est tellement malade de la politique, vous êtes tellement bouffée par le cancer des adeptes de l’islam nourris au pétrole, au gaz, aux avoirs bancaires, à la finance que vous avez perdu tout ce qui fait votre humanité.

Vous n’êtes plus femme Madame Lagarde, vous n’êtes plus qu’un compte bancaire, une colonne de financement, un dépôt d’approvisionnement, une vision comptable, une projection financière, une représentation bancaire, des avoirs, des pertes, un  mandat, un carnet de chèques, des dollars sur pattes, avec les bourses de tous les pays au milieu, des euros dans les poches, et d’autres placés sous vos yeux.

Vous n’êtes plus une femme Madame Lagarde car vous ne voyez même plus qui vous êtes, lorsque dans votre salle de bain, vos toilettes, vous avez perdu le sens d’un combat mené par toutes les femmes de la terre contre le machisme à minima, mais aussi et surtout contre la haine de la femme, parce que femme,  de la part d’hommes tarés et incapables de comprendre que la femme est l’avenir de l’homme comme le disait Aragon et si joliment chanté par Jean Ferrat.

Vous n’êtes plus femme Madame Lagarde, juste une petite chose qui me fait honte en tant qu’homme amoureux de la femme et heureux qu’elle soit libre en droit, tout comme moi.

Rendre hommage, même un peu, à un homme qui considérait les femmes comme des « vagins sur pattes, sauf ma mère » relève de la haute trahison de toutes les luttes pour les libertés des femmes dans le monde.

Que penseront les femmes dans le monde en vous écoutant ? Celles particulièrement qui subissent le fouet parce que femme, la pendaison parce que femme, la lapidation parce que femme alors qu’un homme qui tue sa femme, un mari tueur d’enfants, un violeur s’en tire à peu près bien. 10 coups de fouets et 100 sourates par cœur. Merci ô mon roi.

J’ai honte pour vous Madame Lagarde. Vous êtes le pur produit de cette décadence de la pensée occidentale vendue aux intérêts des pétrodollars.

Gérard Brazon (Le blog)

Commentaires de Wafa Sultan« vos épouses sont pour vous un champ de labour ; allez à votre champ comme (et quand) vous le voulez (sourate 2 verset 223).  Selon ce même commentaire, ce verset signifie qu’un homme peut semer son sperme en exigeant de la femme qu’elle adopte la position qu’il désire au cours de la « plantation » Par conséquent la femme est assimilée au sol, à la terre tandis que l’homme est le fermier qui laboure ce sol et y sème sa graine. La terre ne peut protester tandis que le fermier la sillonne, ni ne peut décider du moment ou de l’endroit de la plantation »

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Gérard Brazon

Commenter cet article

dichar 25/01/2015 13:39


pour qu'elle soit sur qu'il etait un vrai prince charmant elle doit voir cette video


https://www.youtube.com/watch?v=cf-npDX9rO4


 

marie-plume 25/01/2015 13:11


C'est la "grande duduche" du XXI°siècle, et la copine et complice de celui qui voulait "kacheriser" certains quartiers de banlieues, vous rappelez-vous? Des parias, vous dis-je!

Claude Germain V 25/01/2015 13:03


Houla !!!! houlala !!! heureusement que la Christine n'est pas née là bas , il y a longtemps , tres longtemps qu'elle aurait été vendue comme esclave ..............et ce n'est pas de la mysoginie
,loin de là ..................

Arthur Foxapoildur 25/01/2015 12:46


Comme vous le dites si bien , elle a eu la chance de naitre en occident, sinon elle devenait un champ de labour comme les autres......et j'aurai pas voulu être la charrue