Egypte : Les filles non circoncises “manquent de foi”. Traduction Nancy Verdier

Publié le 9 Septembre 2012

headshotpar Raymond Ibrahim  •  Sep 8, 2012 

Jihad Watch 

 

photo 5281BTraduction Nancy Verdier

 

En début de semaine, le journal égyptien Tahrir News a interviewé le Docteur Amima Kamal (an interview), conseillère auprès du Président Morsi pour la condition féminine, membre du Parti Justice et Liberté d’obédience des Frères Musulmans et membre de l’Assemblée Constituante.

 


231.jpg

La conseillère à la condition féminine auprès du Président Morsi :
les femmes non circoncises « manquent de foi »

Les discussions autour de la circoncision féminine ou mutilation génitale des femmes provoquent une controverse certaine. Quand on lui a demandé quel avis elle donnerait au Président Morsi concernant cette pratique elle a répondu qu’elle lui dirait qu’il ne faudrait intervenir que sur des filles ayant atteint l’âge de la puberté et non sur des fillettes âgées de sept ou huit ans, comme cela se fait parfois, ce qui est dommageable.  

Bien qu’ayant fait preuve d’un certain esprit de neutralité en disant par exemple que la pratique n’était pas strictement islamique, mais toutefois permise,  à un moment donné elle a affirmé que les filles qui ne subissaient pas cette opération “manquaient de foi”.

La critique n’a pas tardé à se faire entendre – y compris au sein du Conseil National des Femmes qui a condamné les remarques de Kamal comme allant “contre la dignité des femmes égyptiennes” – et du coup Kamal a  nié avoir fait ce commentaire.

En fait, que des femmes politiques égyptiennes s’expriment sur les “manques” dont souffrent les femmes est devenu monnaie courante. Quelques temps auparavant, une autre femme politique candidate associée au parti salafiste  avait dit que les femmes manquaient « d’intelligence » (women are lacking in "intelligence.")

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article