Septembre? Palestine à l'ONU en septembre- Septembre noir! Des clés pour comprendre!

Publié le 21 Septembre 2011

 islam1

 

SEPTEMBRE NOIR

Cela a commencé le 12 septembre 1970, lorsque le chef des terroristes palestiniens, Yasser Arafat, qui avait créé un « état dans l’état » en Jordanie, a voulu renverser le roi Hussein avec l’aide des syriens.

Plusieurs milliers de morts étaient dénombrés après ces combats qui s’achevèrent en 1971, date à laquelle le roi de Jordanie expulsa de son royaume, manu-militari, les palestiniens de l’OLP,  qui trouvèrent refuge au Liban.

En renversant la monarchie et 75% des habitants de Jordanie étant palestiniens, Arafat devenait le chef d’Etat incontesté de cette Jordanie qui guerroyait contre Israël.

Arafat, c’est le Fatah.

A l’issue de cette guerre déclenchée en septembre contre leurs frères en religion, le groupe armé qui fut créé, dont les membres étaient du… Fatah, se baptisa « Septembre noir » !

De crimes en assassinats, de guerres en attentats, septembre noir sema la terreur dans le monde arabe et occidental.

C’était pour la petite histoire.

Mahmoud Abbas, c’est le Fatah.

Ce mois de septembre 2011, remettra en scène le Fatah.

Toujours aidé par les syriens, les libanais, les jordaniens (presqu’exclusivement palestiniens), auxquels sont venus se joindre tous les autres pays de la Ligue arabe et … l’Occident.

Nous ne nous étonnerons donc pas que « l’autorité » palestinienne ait choisi le 19 septembre pour demander la reconnaissance de son Etat, par l’ONU.

Quand on n’a pas d’histoire, il faut s’en créer une.

Et non. Les palestiniens n’ont pas d’histoire parce que les palestiniens n’ont jamais existé. Ce sont des habitants des contrées arabes environnantes venus s’installer dans cette partie du monde arabe, tout près de l’Etat juif.

Donc, nous sommes en septembre 2011.

Et il y a tout lieu d’envisager une répétition de cette « petite histoire » dans les jours et les mois qui viennent.

Pour cela, il n’y a qu’à constater les attitudes agressives des pays frontaliers avec Israël, l’Egypte, le Liban, la Syrie, la Jordanie et leurs alliés inconditionnels tels que la Turquie et l’Iran pour se faire une idée de la guerre qui nous pend au nez.

Certes, beaucoup d’occidentaux pensent que si l’Etat palestinien voyait le jour, ils auraient la paix. Et tant pis pour les juifs. Qu’ils se débrouillent chez eux.

C’est très mal connaître le monde arabe.

Cette guerre - et guerre il y aura – nous concernera tous.

Parce qu’un « Etat » palestinien ne règlera aucun problème dans cette partie du monde.

1° - Parce que le soi-disant futur état est incapable de subvenir à ses propres besoins. Il vit au crochet d’Israël (oui) et des pays occidentaux (la France, aussi) qui le financent.

2° - Parce que, si les pays arabes ne sont pas très généreux, financièrement, envers leurs « frères » de Palestine, par contre, ils se battront pour s’imposer dans ce « nouvel Etat », qu’ils revendiqueront comme leur. Donc, la Palestine sera, demain, iranienne ou syrienne ou égyptienne ou Tartanpionienne mais, assurément, arabo-musulmane.

Par conséquent, jamais, au grand jamais, elle ne sera une république démocratique. Elle sera une république islamique.

Et, c’est là que nous rentrons, nous les occidentaux, dans la danse du scalp.

Car le but premier de ces républiques islamiques est de soumettre l’Occident à l’islam.

En reconnaissant un Etat palestinien, l’ONU se fera complice des pays du Monde arabe en signant la première destruction d’une nation occidentale, Israël.

Les autres suivront. N’en doutez pas, notre tour viendra.

D’ailleurs, essayons de raisonner comme le font, aujourd’hui, la majorité des occidentaux vis-à-vis d’Israël et ne pensons qu’à la France et à la France, seulement.

Que se passe-t-il chez nous, aujourd’hui, qui nous puisse faire prendre conscience qu’Israël n’est pas le but final recherché par les arabo-musulmans mais, seulement, la première étape d’une guerre programmée contre l’Occident  - et contre la France, pour ne penser qu’à nous ?

Les mosquées et leurs minarets de plus en plus nombreux ?

Les prêches anti occidentaux dans les mosquées ?

Le refus catégorique de l’intégration à notre culture ?

Oui, tout cela et bien d’autres choses, encore.

Mais la politique arabe de la France est bien plus révélatrice. Parce que cette politique ne s’applique pas, seulement, aux pays du monde arabe. Elle concerne, au premier chef, les arabo-musulmans vivant en France.

Et de la liberté qui leur est donnée de dire haut et fort par la voix et par l’image, l’intention qui est la leur de faire de la France une république islamique.

Certes, vous vous dites que seuls 10% de la population est concernée.

Vous vous trompez.

Ajoutez à ces 10%, les près de 40% de français de toutes confessions et de toute obédience qui ne reconnaissent plus, en la France, la fille aînée de l’Eglise et ses origines judéo-chrétiennes.

Le danger réside dans l’opinion de ces quelque 50% de la population française prêts pour la grande mutation de la France.

Tous ces signes, ce sont les élus de France, à quelques exceptions près, qui nous les montrent.

Et ce ne sont pas les municipalités de Marseille, de Lyon ou de Paris, de Roubaix, de Lille ou de Nice qui les contrediront. Ils nous en ont donné les preuves ces derniers mois.

Ainsi, après les interdictions faites aux français de souche de célébrer des fêtes comme ils l’entendent - plus de crèches dans les écoles ni dans les rues, plus de croix dans les écoles catholiques, plus de cochon dans leurs assiettes – on nous impose le halal, le ramdam et les grandes fêtes musulmanes organisées en grande pompe.

Mais ce n’est pas tout.

Cette guerre insidieuse qui a déjà commencé sur notre sol prend des accents de guerre déclarée dans la prochaine manifestation qui se tiendra au Bourget à l’occasion du Salon du Monde arabe.

Ce salon se tiendra les 23, 24 et 25 DECEMBRE 2011.

Ne dites pas que cette date n’est que pure coïncidence !

Bien sûr, vous aurez quelques couillons dans les 50% cités plus haut qui objecteront que ce sont les trois derniers jours de la semaine.

Mais le week-end n’existe pas chez les mahométans. Le vendredi est jour de prière et, chez eux, le samedi et le dimanche ne sont pas des jours chômés.

Alors, pourquoi avoir choisi ces jours symboliques des chrétiens pour fêter leur monde arabe ?

Pour faire plus de clarté dans leur intention, examinons ensemble, leur affiche-annonce publicitaire, déjà programmée et diffusée partout en France et en Europe, pour l’occasion.

 

Bien sûr, c’est en toute innocence que sont accolés à la Tour Eiffel, un minaret, à droite et un croissant, à gauche. C’est l’œuvre d’un poète certainement.

islam1

 

Et la lune, bien pleine, qui éclaire le 25 décembre, c’est juste pour faire croire à un conte des mille et une nuits avec tous les minarets qui pointent vers le ciel de 2011 ?

Cette publicité ne gêne personne en France ?

Elle est pourtant plus parlante que l’affiche électorale de Le Pen qui présentait la France truffée de minarets et qui a été jugée xénophobe par les bienpensants et la magistrature française.

Après toutes ces preuves, croyez-vous, encore, que la guerre s’arrêtera à Israël ?

Que faut-il de plus aux Français pour qu’ils ouvrent les yeux et les  oreilles ?

Et les juifs français de gauche qui restent sourds et aveugles face à  cette double menace (Israël et la France), croient-ils que les arabes d’après Israël seront plus cléments avec eux parce qu’ils auront été complices de la défaite de l’Occident ?

Quand ce jour viendra – et il est là ; c’est demain ; c’est dans six jours –  mettront-ils un film opaque sur le miroir de leur salle de bains pour se voir « en flouté » ou sortiront-ils avec un voile sur le visage pour qu’on ne les reconnaisse pas ?

Nous en avons connu des français comme eux qui ont agi pareillement lorsque nous défendions notre terre. Ils étaient dans le camp de l’ennemi !

Notre Histoire est en tout point semblable à celle d’Israël. Et avec les mêmes acteurs.

Tout comme le peuple d’Israël  peut être fier de se battre, depuis plus de soixante ans, pour défendre sa terre, nous pouvons être fiers, nous, les Français pro Algérie Française, d’avoir combattu - jusqu’à la mort pour des milliers d’entre nous - sur cette terre que nous voulions défendre.

Nous sommes fiers de nos pères, de nos frères, de nos ancêtres. Nous n’aurons jamais besoin de nous voiler la face.

Aujourd’hui, Israël, qui a ouvert ses portes à ceux des nôtres qui fuyaient la justice française et son maître à penser, a besoin de nous.

Son ennemi est le nôtre.

La France trahit les israéliens, comme elle nous a trahis, hier.

Elle a fait son choix. Le choix du plus grand nombre.

C’était De Gaulle ; c’est Sarkozy.

Si nous nous taisons, si nous cachons ce qu’il adviendra - parce que nous savons ce qu’il adviendra - nous nous rendons complices d’un crime contre l’humanité.

C’est demain. C’est lundi, 19 septembre, que se dessinera le nouveau monde dans lequel nous vivrons.

Le P'tit Echo d'Oran

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Epicure 21/09/2011 14:14



Ce qu'il faut aux Français, c'est justement un 10 Mai 1940 réactualisé. Car depuis le 1er septembre 1939, ils ont mis exactement HUIT MOIS ET DIX JOURS pour ne RIEN FAIRE et attendre l'attaque
des Stukas....


Désolé de vous dire que je ne les crois toujours pas capable de mieux, aujourd'hui. Et a fortiori  toute leur Administration fonctionnaire qui mangera Halal plutôt que de démissionner!


Les juifs eux-mêmes, encore en bien trop grand nombres, qui font partie de cette même structure française, ne valent guère mieux: des Politiques aux "bien gentiment polis" de l'Establishment, que
l'on n'entend pas....