Serait-ce la catastrophe annoncée si la France sortait de la Zone Euro ? - Philippe Murer

Publié le 30 Novembre 2011

Marianne qui n'est pas, loin de là, un journal souverainiste voire FN, nous explique dans l'un de ses articles (ci-dessous) que la sortie de l'Euro est possible et même "quelque part" souhaitable ou pour tous le moins indolore pour la France et aurait le mérite de donner de l'air à notre pays! Il est curieux de lire ces arguments donnés par Philippe Murer, professeur de finance, passés sous silence ou niés par des politiques européistes! Qu'au moins le débat s'installe, et que l'on cesse de faire des faux procés à Marine Le Pen, Eric Zemmour et bien d'autres qui sont dans le même fil d'idées. Pour ma part, ce n'est pas la mort de l'Europe que je souhaite , c'est la mort de cette Europe actuelle ou les peuples ne sont jamais consultés et encore moins écoutés! C'est cette europe de la dictature des technocrates, au parlement inutile, qu'il faut absolument rebâtir. Il est vrai que les perdants seraient les financiers et les banques!

Gerard Brazon

 ********** 

 

Par Philippe Murer ,

professeur vacataire de Finance à la Sorbonne,

président de l’association Manifeste pour un débat sur le libre-échange

drapeau-Europe.gifImaginons que la France souhaite sortir de la Zone Euro et décide d’en sortir unilatéralement. Elle recrée donc des Francs. Pour la simplicité, la France retient la règle suivante : 1 nouveau Franc vaut 1 Euro. Examinons s’il y aura une catastrophe ou si le scénario est maîtrisable ?

 

 

Les décisions

 

 

(Cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Les conséquences

Monnaie

L’Allemagne est le seul grand pays AAA à pouvoir soutenir la Zone Euro. Le risque d’éclatement de l’Euro est immense puisque l’Allemagne ne peut continuer à soutenir seule les pays en difficultés. D’autre part, la sortie de la France donne des idées à d’autres pays de la Zone Euro, notamment les pays du Sud de l’Europe. Aussi, l’Euro ne s’apprécie pas contre le Franc. Nous examinerons tout de même tous les cas.

Financement de l’État

Le Financement de l’État français se faisant maintenant à 0,25% auprès de la Banque de France, il n’y a plus de problèmes d’émission de dettes pour le Trésor Français. La règle d’or sur le déficit budgétaire permet aussi de rassurer les citoyens français et les investisseurs étrangers sur la volonté de la France de ne pas s’engager dans un cycle sans fin de « planche à billet ».

Banques

Pendant les vacances bancaires, on teste les banques. A cause notamment de ce changement de Monnaie, des banques sont en faillite virtuelle car elles ont perdu tous leurs fonds propres. L’État les nationalise à 0 Euros et les renfloue, prenant le contrôle d’une partie du système bancaire du pays. Comme l’État peut se financer à 0.25% auprès de la Banque de France, ceci est très facile. En échange de ce renflouement, l’État est riche de la valeur future de ces établissements bancaires repris pour presque rien.

Cas 1 : La Zone Euro éclate

L’Euro éclate car de nombreux pays du Sud imitent la France plutôt que de continuer dans le cercle dépressif d’austérité budgétaire…

  • Le Deutsche Mark, la Lire, la Peseta, etc. sont réintroduites.
  • Le Deutsche Mark se réévalue de 25% par rapport au Franc à priori.
  • La Lire et la Peseta se dévaluent de 25% par rapport au Franc à priori.

 

(Cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Cas 2 : La Zone Euro n’éclate pas

Cela paraît très improbable car l’Allemagne ne peut soutenir à elle seule les pays du Sud. Examinons quand même ce cas.

L’Italie, l’Espagne continuent dans leurs très durs plans d’austérité budgétaires et les récessions s’installent dans ces pays. La Zone Euro rentre en récession profonde.

Il est probable que le Franc reste stable par rapport à un Euro alors très fragile mais examinons deux possibilités réalistes.

 

(Cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Conclusion

De nombreuses personnes considèrent que la sortie d’un pays de la Zone Euro est impossible car :

  • il faudrait négocier la sortie de l’euro avec tous les autres États.
  • ce serait un désastre pour les banques puis cela entraînerait des restrictions de crédits.
  • il y aurait beaucoup d’inflation.
  • les monnaies faibles entraîneraient une désagrégation du tissu social.

—> «  il faudrait négocier la sortie de l’euro » ? Il est toujours possible de rompre un traité international de manière unilatérale. Pour ne pas se mettre en porte-à-faux vis-à-vis de l’ensemble de la Zone Euro, le gouvernement français peut proposer à d’autres pays de la Zone Euro de sortir de l’Euro avec la France et surtout, expliquer sa sortie par le refus de faire payer aux populations des plans d’austérités budgétaires qui étouffent les plus faibles.

—> « Ce serait un désastre pour certaines banques » ? Le choix de les fermer une semaine permettra à l’État de recapitaliser le système bancaire à un niveau normal. Il n’y aura pas de restrictions de crédits. L’État devenant propriétaire de certaines banques aura une certaine influence sur le système du crédit.

—> « Il y aurait beaucoup d’inflation ». Il y aura de l’inflation pour des pays comme l’Espagne et l’Italie du fait de la forte dévaluation de leurs monnaies s’ils sortaient de l’euro. Cependant, l’Italie avait vu sa monnaie dévaluée de 30% en 1992 par rapport au Deutsche Mark sans qu’un pic d’inflation important ne se déclenche. Pour la France, cette dévaluation serait certainement très raisonnable comme nous l’avons montré plus haut. L’inflation serait donc elle aussi raisonnable et l’adoption d’une règle d’or sur le budget ancrerait les anticipations d’inflations et de dévaluations sur des niveaux assez faibles.

—> « La désagrégation du tissu social qu’entraînerait des monnaies faibles » ? On est dans le pur fantasme. La Grèce voit son tissu social se désagréger avec les plans d’austérité adoptés, dans le but de tenir sa dette et de rester dans l’Euro. Dans une moindre mesure, il y a aussi une grande souffrance sociale au Portugal, en Irlande, en Espagne et en Italie. La désagrégation du tissu social que l’on voit actuellement vient de la nécessité de plans d’austérité pour rester dans l’euro, pas d’une sortie de l’Euro telle qu’on l’a envisagée.

Nous l’avons montré dans ce document, la France si elle le souhaite pourrait techniquement, assez facilement réussir à revenir au Franc. Est-ce la solution que le pays souhaite prendre, nous ne nous permettons pas de juger de la pertinence politique de cette décision.

Mais il n’y aurait pas de catastrophe et l’Europe pourrait continuer d’exister. L’expérience de l’Euro aurait été un échec mais cela ne condamnerait pas l’Europe. En revanche, si « l’Europe » continuait pour sauver l’Euro à demander pendant une longue période de temps des plans d’austérité très dures aux populations, le risque de rejet de l’Europe par les citoyens est sans conteste un danger majeur pour sa survie à terme.

Marianne

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article

Marie-Claire Muller 30/11/2011 19:53


L'Europe actuelle ne s'est jamais préoccupé des peuples mais seulement d'étendre son pouvoir  et sa dictature! Marine avait raison nous pouvons et devons sortir de l'euro et de l'Europe