Silence! On tourne et... on pend tranquille en Iran Par Iran-Resist.

Publié le 14 Juillet 2011

La section « un certain regard » du Festival de Cannes (financé par l’Etat français) vient de primer l’iranien Rassoulof pour sa lutte en faveur de la liberté alors que ce cinéaste soutientMoussavi, l’opposant officiel, partisan d’une république islamique pure et dure et que par ailleurs, ce cinéaste vient de réaliser un film où les femmes ne sont pas des victimes comme Sakineh, mais des citoyennes actives et maîtresses de leur destin conformément à l’image officielle donnée de la condition féminine par le régime !

L’année dernière, le même festival avait primé un film qui prétendait que le seul souci des jeunes était de jouer de la musique alors que des millions de jeunes avaient quelques mois plus tôt envahi les rues de toutes les villes du pays pour crier « mort à la république islamique ». L’année d’avant, Cannes avait primé Satrapi qui faisait la tournée des médiaspour défendre le port du voile, pour dégueuler sur la laïcité ou encore pour affirmer que personne en Iran ne voulait un changement de régime !

Décidément, chaque année, ce maudit festival nie la révolte du peuple iranien. On peut angéliquement parler de coïncidences, de l’indépendance des jurys, mais la présomption d’innocence très à la mode en France ne tient pas la route car la France, organisateur du Festival, ne dénonce pas ces mauvais choix et participe à la promotion des ennemis du changement de régime car cela serait synonyme de la fin de ses contrats. Mais la France ne se contente pas de nier la révolte iranienne par la diffusion d’un cinéma négationniste, elle minimise aussi le nombre de pendaisons et leur nature. Voici le second opus de notre récapitulatif des pendaisons en Iran pour ne pas oublier une dure réalité dont ne parle aucun cinéaste iranien, ni aucun Etat occidental partenaire des mollahs.

 

Au début de cette année, nous avons remarqué que Téhéran utilisait les annonces officielles de pendaisons comme des avertissements à chaque fois qu’il était en difficulté face au peuple. Nous avons alors décidé de ne plus rediffuser les annonces au moment de leur sortie, mais de les grouper pour publier un rapport complet en rappelant l’enchaînement des annonces de pendaisons dans le contexte politique qui les avait suscitées.

Le premier décompte s’arrêtait à 28 exécutions le 12 janvier 2011 dans un climat d’agitation généré par le soutien du peuple à Reza Pahlavi après que son frère se soit donné la mort pour protester contre l’omerta des Etats occidentaux sur les violations des droits de l’homme en Iran.

A présent et depuis quelques mois, la source des inquiétudes du régime est la rupture des Pasdaran avec le régime qui a privé ce dernier d’un soutien essentiel pour résister au peuple. Cette rupture a poussé le régime à faire des choix affolants comme celui d’organiser un attentat contre un de ses Boeing pour forcer Washington à lever ses sanctions. La révélation du rôle du régime l’avait poussé à annoncer des pendaisons collectives. D’autres évènements ont aussi poussé le régime à annoncer des pendaisons collectives. Le régime a battu des records. Voici la suite de ce décompte macabre avec à chaque fois, le rappel du contexte politique en italique et en rouge sang.

Campagne d’affichage favorable à Reza Pahlavi (alors que le régime n’a plus le soutien des Pasdaran).

Le 13 janvier 2011, le régime a annoncé la pendaison à Khorram-Abad de 5 personnes accusées de trafic de drogue. (+33)

Le 13 janvier 2011, le régime a confirmé l’exécution de 4 peines d’amputation à Machad.

Le 15 janvier 2011, le régime a annoncé la pendaison du prisonnier politique Hossein Khezri à Rezayieh. (+34)

Le 15 janvier 2011, le régime a annoncé la pendaison d’un homme à Zarand. (+35)

Le 17 janvier 2011, le régime a annoncé la pendaison d’un trafiquant de drogue à Kerman.(+36)

Une grève hostile au régime, puis la chute d’un avion Boeing, la mort de 77 personnes et la révélation qu’il s’agissait d’un coup monté par le régime pour accuser Washington afin d’obtenir la fin des sanctions.

Le 19 janvier 2011, le régime a annoncé la pendaison collective de 10 personnes à la prison Rajaï-shahr de Karaj. (+46)

Le 21 janvier 2011, le régime a annoncé la pendaison d’un trafiquant de drogue à Bojnourd.(+47)

Le 24 janvier 2011, le régime a annoncé 6 pendaisons : Jafar Kazemi et Mohammad-ali Haj-aghayi ont été pendus pour avoir appartenu à l’OMPI. 4 autres hommes ont été pendus pour viol dont un en publique sur une place de la ville de Karaj. (+53)

Le 25 janvier 2011, le régime a annoncé la pendaison de Mehran et Kamran Khaki pour « guerre contre dieu ». L’intitulé de l’accusation et surtout la publication des noms indiquent qu’il s’agissait d’opposants au régime. (+55)

Manque de mobilisation des partisans du régime lors des manifestations précédant l’anniversaire de la révolution islamique.

Le 27 janvier 2011, le régime a annoncé la pendaison collective de 7 hommes accusés de trafic de drogue à prison Ghezel-Hessar de Karaj. (+62)

Ce même 27 janvier 2011, le régime a aussi annoncé la pendaison collective à la prison de Rezayieh de 4 trafiquants de drogue : Rostam et Esmaïl Rostami (originaires de Rezayieh), Mohammad Tarom (originaire de Rezayieh) et Mohammad Tchenari (originaire de Shiraz). La publication des noms indique qu’il s’agissait d’opposants pendus sous une fausse accusation avilissante. (+66)

Ce même 27 janvier 2011, le régime a également fait état de pendaison à la prison centrale de Reazayieh de Nosrat Soufipour, Saros Shahini, Tchangiz Abedini et Nasser Moradi, tous accusés de trafic de drogue. Encore une fois, la publication des noms indique qu’il s’agissait d’opposants pendus sous une fausse accusation avilissante. Soit 15 pendaisons en une seule journée portant son bilan depuis le 1er janvier 2011 à 70 exécutions !

Le 29 janvier 2011, le régime a continué en annonçant la pendaison de Zahra Bahrami, militante monarchiste, sous la fausse accusation de trafic de drogue. (+71)

Le 31 janvier 2011, le régime a annoncé la pendaison d’Abdol-Reza Gharabat, un commandant des Pasdaran en retraite, afin d’intimider cette milice qui refuse de réprimer le peuple depuis plusieurs mois. (+72)

Le 12 février, boycott de l’anniversaire de la révolution islamique par les Pasdaran.

Le 12 février 2011, l’anniversaire de la révolution islamique, l’opposition officielle a annoncé la pendaison collective de 10 trafiquants de drogue à la prison Vakil-abad de Machad. Ce genre d’annonce est une manière d’intimider le peuple sans alourdir le bilan officiel. (+82)

Le 14 février 2011, le régime a annoncé 4 pendaisons à Khorram-Abad et à Sari. (+86)

Le 20 février 2011, le régime a annoncé la pendaison collective de 4 trafiquants de drogue à Kerman. (+92)

Boycott d’une grande manifestation de l’opposition officielle pro-régime par le peuple et par les miliciens chargés de l’organiser.

Le 2 mars 2011, l’opposition officielle (pour intimider le peuple) a fait état de 10 pendaisons clandestines à la prison Vakil-abad de Machad. (+102)

Le 8 mars 2011, le régime a annoncé la pendaison de 3 violeurs afghans à Evin. (+105)

Echec cuisant de l’opposition officielle pro-régime de mobiliser les partisans du régime !

Le 18 mars 2011, le régime a annoncé qu’il avait dû abattre 10 condamnés à mort de la prison de Ghezl-Hessar lors de leur tentative d’évasion. (+126)

Le 18 mars 2011, le régime a également annoncé 11 pendaisons : 1 agitateur politique à Ahwaz, 7 trafiquants de drogue à Bam et 3 trafiquant de drogue à Shiraz : soit 21 exécutions en un seul jour ! (+116)

Mobilisation populaire nationale à la double occasion de la Fête du Feu et l’anniversaire de Reza Shah, champion de la laïcité iranienne, sans aucune intervention des Pasdaran ! Cela avait paniqué les hommes d’affaires du régime qui se sont mis à vendre leurs biens pouracheter de l’or pour préparer leur fuite ou leur rupture avec le régime qui semblait condamné par l’unité entre le peuple et les forces armées. La crise de l’or avait accentué la démobilisation des alliés du régime.

Le 31 mars 2011, le régime a annoncé la pendaison dans les environs de Qom de (+5 personnes accusées d’espionnage pour le compte d’Israël : Hojjat Nahavandi (38 ans), Zahra Esmaïli (30 ans), Adiva Mirza-Soleyaman (55 ans), Varia Ahmadi (25 ans) et Varujan Petrossian (60 ans). Ces 5 personnes dont nous venons de découvrir le meurtre étaient très probablement de confession juive et ont été enterrées sur les lieux de leur exécution collective. (+131)

La ruée vers l’or encouragée par la mobilisation nationale à l’occasion de la Fête non islamique de Sizdeh Beh Dar sans aucune intervention des Pasdaran !

Le 2 avril 2011, le régime a annoncé la pendaison à Rezayieh de 3 trafiquants de drogue.(+134)

Le 7 avril 2011, le régime a annoncé la pendaison à Ahwaz d’un trafiquant de drogue. (+135)

Le 9 avril 2011, le régime a annoncé la pendaison à Arak de deux trafiquants de drogue.(+137)

Le 15 avril 2011, le régime a annoncé la pendaison à Machad d’un trafiquant de drogue.(+138)

Pour calmer les achats de l’or (indice du manque de confiance de ses partisans en son avenir), le régime a menacé de pendre les acheteurs !

Le 16 avril 2011, le régime a annoncé la pendaison publique à Chiraz de 3 « meurtriers d’un haut responsable ». L’exécution a eu lieu sous la protection de gardes armés prêts à faire feu sur le peuple.(+141)

Le 16 avril 2011, le régime a également annoncé la pendaison collective et publique de 4 prisonniers (dont 2 mineurs) à Bandar-Abbas. (+145)

Pour calmer la crise, le régime a menacé les Pasdaran de prendre leurs familles en otages ! Ces derniers ont boycotté plusieurs manifestations officielles.

Le 18 avril 2011, le régime a annoncé la pendaison à Kermanshah d’A Gol-mohammadi, trafiquant de drogue. La publication du nom indique qu’il s’agissait d’un opposant au régime.(+146)

Pour calmer la crise, le régime a menacé de pendre les Pasdaran dissidents ! Ces derniers ont boycotté la manifestation de la création de leur milice.

Le 25 avril 2011, le régime a annoncé la pendaison d’un homme dans les environs d’Achtian.(+147)

Le 28 avril 2011, le régime a annoncé la pendaison publique d’un homme à Mahshahr.(+148)

Incapable de maîtriser les Pasdaran et casser leur unité avec le peuple, le régime a prétendu les miliciens dissidents n’étaient pas favorables au peuple, mais qu’ils encourageaient l’agitation pour prendre le pouvoir et instaurer un régime islamique encore plus dur. Les Pasdaran ont démenti cette rumeur en boycottant une manifestation en mémoire d’un des pères de la révolution islamique.

Le 30 avril 2011, le régime a annoncé la pendaison publique de 7 personnes. Un homme reconnu coupable de « vols à main armée » a été pendu publiquement dans la province Markazi. Deux trafiquants de drogue ont été pendus à Arak. Un homme reconnu coupable de 8 meurtres et trois autres reconnus coupables de « vols et enlèvements à main armée » et du meurtre de deux policiers ont été pendus à Chiraz. (+155)

Le 3 mai 2011, le régime a annoncé la pendaison de 2 prisonniers mineurs à Sari dans le nord du pays. (+157)

Le 4 mai 2011, le régime a annoncé la pendaison d’un homme reconnu coupable de plusieurs meurtres à Kenar-Takhteh. (+158)

Le 8 mai 2011, le régime a annoncé la pendaison de 9 hommes (dont 3 frères) originaires d’Ahwaz arrêtés lors de manifestations hostiles au régime. (+167)

Le 9 mai 2011, Reza Pahlavi a suggéré le recours à des grèves générales pour renverser les mollahs.

Le 10 mai 2011, le régime a annoncé 14 pendaisons : 3 hommes à Yazd, 3 hommes à Myan-doab et de 8 autres à Rezayieh dont trois opposants : Aref Rashidpour, Esfandiar Mandahki et Timour Ayoubian. (+181)

Le 12 mai 2011, le régime a annoncé la pendaison de 4 hommes à Yazd. (+185)

Le 13 mai 2011, le régime a annoncé la pendaison de 4 hommes à Kerman. (+189)

Le 14 mai 2011, le régime a annoncé la pendaison de 7 hommes à Qazvine, à Tonokabon et Yazd. (+196)

Le 15 mai 2011, l’opposition officielle a appelé à une mini grève pour prendre la direction des actions à venir. Le peuple a boycotté cette manifestation. Le régime a tenté de mobiliser ses commandos, mais il n’y est pas parvenu !

Le 16 mai 2011, le régime a annoncé la pendaison de Mohammad et Abdollah Fathi, âgés de 27 et 28 ans, pour « guerre contre Dieu ». L’intitulé de l’accusation et surtout la publication des noms indiquent qu’il s’agissait d’opposants au régime. (+198)

Le 16 mai 2011, le régime a également annoncé la pendaison d’un trafiquant de drogue à Bandar-Abbas. (+199)

Le 17 mai 2011, le régime a annoncé la pendaison d’un homme à Myan-doab. (+200)

Le 19 mai 2011, le régime a annoncé la pendaison de 5 trafiquants de drogue à Ispahan.(+205)

Le 20 mai 2011, le régime a annoncé la pendaison d’un trafiquant de drogue à Ahwaz. (+206)

Le 21 mai 2011, le régime a annoncé la pendaison à Rezayieh de 3 trafiquants de drogue. Il a donc exécuté 13 personnes en 5 jours après avoir constaté que ses commandos avaient rejoint le peuple avant d’engager des mercenaires étrangers ! (+209)

Le 22 mai 2011, le procureur de Qazwin est allé plus loin en annonçant la pendaison prochaine de 40 trafiquants de drogue... Il a également rappelé que la république islamique avait condamné et exécuté 4259 trafiquants en 2010 et qu’à présent, ses collègues avaient sous la main près de 9000 dossiers d’exécution de trafiquants. Ce qui nous permet de rappeler que le régime exécute quotidiennement des dizaines d’Iraniens sans informer ses propres médias.

conclusions | Nous ne connaîtrons jamais le nombre exact et les identités des hommes et des femmes exécutés par le régime.

Cependant avec plus de 10 pendaisons après chaque coup dur, en 5 mois, le régime a dépassé son propre bilan officiel de 179 pendaisons en 2010 !

Ce record étant trop horrible et surtout incompatible avec le discours mou des opposants officiels, l’AFP a oublié un grand nombre de pendaisons afin que les Français ne ressentent aucune urgence à aider les Iraniens et que rien ne change jamais dans ce pays.

Il était de notre devoir de dénoncer ce manège ignoble comme le prix accordé à Rassoulof qui a oublié cette hécatombe. C’est à vous de faire pression sur vos éluspour cesser cette politique désespérée pour sauver un régime réduit à frapper les siens et engager des mercenaires pour survivre.

© Iran-RsWWW.IRAN-RESIST.ORG 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article