Six mois fermes(qui ne seront pas faits) contre l'agresseur de Marie Neige Sardin.

Publié le 24 Novembre 2012

Par Marie Neige Sardin

Tout au long du procès de "mon égorgeur", j' ai songé à Mohamed, mon confrère de Marseille assassiné derrière son comptoir pour quelques jeux et quelques euros.

 

6898633049_5101d368b9.jpg

 

Nous avions un point commun celui d'aimer les belles lettres, les mots et les livres. Ancien prof de philo, il avait éprouvé le besoin d'un virage à cent-quatre-vingt degrés pour diffuser la culture d'une autre manière. C'était un érudit délicat, passionné d'actualités, curieux de connaissances mais ne connaissant pas les risques du métier. Il partageait avec ses clients, son amour des livres et de la littérature; il jouait pleinement son rôle de commerçant de proximité.

 

2899189524_52e9d07e18.jpg

 

Il a suffi d'un individu plus armé, plus déterminé que les autres pour qu'il perde la vie, lui qui ne demandait qu'à exercer son nouveau métier, sans jamais imaginer le pire. 

Ce soir, ma souffrance est immense et toutes mes blessures se sont réouvertes; le procès de mon agresseur m'a fait revivre seconde après seconde ces six longues minutes de lutte sans merci pour ne pas me faire trancher la gorge, pour ne pas prendre un coup de couteau dans le dos ou dans le ventre. J'ai songé à toi Mohamed, comme ton agonie a dû être terrible toi qui n'aurait jamais cru celle-ci  possible en ton magasin.

Des diffuseurs m'écrivent pour partager leurs situations :

"Diffuseur de presse devient un métier très dangereux, surtout dans certains quartiers. Les commerçants les plus victimes de la délinquance sont les tabacs presse FDJ, et les pharmacies. Pour l'anecdote, un jour, l'employé de la fdj qui me livre les paquets de loterie, arrive à 9h00 dans ma boutique . Il me raconte que lors de sa tournée ce jour là, parmi ses clients, il y' a eu 4 braquages à main armées. Toutes les victimes vendaient du tabac. Un autre jour, j'ai mon livreur de presse qui arrive avec 2 heures de retard pour me livrer. Ce dernier m'explique qu'il a été pris en otage, avec couteau sous la gorge, et pistolet sur la tempe. Il avait eu la malchance incroyable de tomber sur un braquage à main armée au moment même où il livrait le commerce tabac presse Fdj avec des cartons de quotidiens et de publications. Il avait été donc pris en otage par les voyous à ce moment là. Autant dire que lorsque le livreur est venu chez moi, il tremblait comme une feuille. En tout cas, les braquages à mains armées, les cambriolages de bureaux de tabacs, les agressions physiques contre les personnes âgées et les commerçants, ce n'est pas ça ce qui manque dans mon secteur"

"C'est le lot de beaucoup de commerçants d'être victimes d'agressions physique de nos jours. Hélas, parfois, cela se termine en drame. Comme exemple dans mon secteur, il y' a quelques années , un diffuseur de presse de mon dépôt avait reçu 2 balles dans le corps de la part d'un adolescent de 15 ans. Le diffuseur avait survécu à ses blessures, mais, très fortement traumatisé, il avait renoncé à continuer son activité de commerçant. Je me rappelle qu'à l'époque , une collecte en faveur du collègue blessé avait été organisé par mon dépositaire. Solidaire de cette action, j'avais donné de l'argent, comme la grande majorité des diffuseurs de presse de mon dépôt d'ailleurs. Dans mon secteur, il y' a énormément d'agressions physiques contre des commerçants : je connais personnellement le cas de plusieurs commerçants qui ont été tabassés par des individus appartenant à des bandes. De toute façon, en France, il y' a de plus en plus de zones de non droit, où les bandes font la loi, et où la police n'intervient presque jamais pour protéger les commerçants. On se sent complètement abandonné par les pouvoirs publics. C'est la France d'aujourd'hui."

 

Que faire pour nous protéger, que faire pour survivre encore malgrè TOUT?

 

DSCN3232.JPG

 

 

Mon agresseur a été condamné à six mois de prison alors que la peine plancher est de trois ans;  il a été jugé comme un individu extrêmement dangereux et pourtant je sais qu'un jour prochain, je vais le retrouver sur ma route parce que c'est un prédateur confirmé et qu'il n'y a AUCUNE réponse pénale me permettant de vivre et d'exercer mon métier en toute sérénité.

 

 

 

DSCN3266.JPG

 

 

Comme Mohamed et tous mes confrères, j'ai un rêve, voire une envie démesurée de partager juste des mots et des idées, sans haine et sans violence comme un bonheur simple,  une vie normale en somme.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Banro 26/11/2012 00:48


Marie- Neige, il faut vous protéger en vous armant et ne pas attendre d'être tuée pour riposter ! Et si vous êtes inculpée, je pense que je ne serais pas le seul à manifester pour votre
libération.


Courage

Yves IMBERT 25/11/2012 08:17


la solution légale est donnée par l'article 35 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1793 qui permet au peuple trahi par ses dirigeants de les remplacer

Marie-claire Muller 24/11/2012 17:42


Honte à "la justice" qui ne remplit plus son rôle!et aux autorités de cette ville qui font l'autruche pour ne pas devoir sortir de leur état léthargique tout en étant payé grassement!!

DURADUPIF 24/11/2012 17:27


Honte à nous.