Société: Ce qu'il faut savoir et comprendre pour vivre notre société

Publié le 20 Janvier 2010

La doctrine de la taqiyya par Raymond Ibrahim
directeur associé du Middle East Forum.


La taqiyya s'utilise essentiellement dans deux cas. Le plus connu est la situation où il s'agit de masquer son identité religieuse quand on craint une persécution. C'est l'usage historique de la taqiyya dans les communautés chiites, partout et chaque fois que leurs rivaux sunnites étaient plus nombreux et par conséquent les menaçaient.(...)
Selon la charia - l'ensemble des règles de droit qui définissent la manière dont le musulman doit se comporter dans toutes les circonstances - le mensonge est non seulement permis dans certaines situations mais il peut être considéré comme obligatoire dans certaines autres. Contrairement à la tradition chrétienne des origines, par exemple, les musulmans qui ont été forcés de choisir entre renier l'islam ou être persécutés avaient le droit de mentir et de feindre l'apostasie.
D'autres juristes ont décrété que les musulmans ont le devoir de mentir pour se protéger [2], cette prescription se fondant sur les versets coraniques qui interdisent aux musulmans d'être les instruments de leur propre mort [3].

Telle est la définition classique de la doctrine de la taqiyya. Fondée sur un mot arabe évoquant la peur, la taqiyya a longtemps été comprise, et en particulier par les universitaires occidentaux, comme une attitude à laquelle recourir dans les temps de persécution religieuse, et c'est pour l'essentiel dans ce sens qu'elle a été utilisée par les groupes chiites minoritaires vivant au sein de majorités sunnites hostiles [4].
La taqiyya permettait aux chiites de masquer constamment aux sunnites leur appartenance religieuse, non seulement par la clandestinité, en cachant leur propre croyance, mais également de manière active en priant et se comportant comme des sunnites.

Cependant, l'un des quelques livres consacrés au sujet, At-Taqiyya fi'l-Islam (La dissimulation dans l'islam), montre très clairement que la taqiyya n'est pas limitée à la dissimulation des chiites menacés de persécution. Écrit par Sami Mukaram, ancien professeur d'études islamiques à l'université américaine de Beyrouth et auteur de quelque vingt-cinq livres sur l'islam, cet ouvrage met clairement en évidence l'ubiquité et le large domaine d'application de la taqiyya :

La taqiyya revêt dans l'islam une importance fondamentale. Pratiquement toutes les sectes islamiques en admettent le principe et la pratiquent.... On peut aller jusqu'à dire que la pratique de la taqiyya est très majoritaire dans l'islam, et que les quelques sectes qui ne la pratiquent pas s'écartent de ce courant majoritaire... La taqiyya est très présente dans la politique islamique, et particulièrement à l'époque moderne [5].

La taqiyya n'est donc pas, comme on le croit souvent, un phénomène limité au chiisme. Bien entendu, en tant que groupe minoritaire dispersé parmi leurs ennemis sunnites, les chiites ont historiquement eu davantage de raisons de se dissimuler. À l'inverse, l'islam sunnite a rapidement dominé de vastes empires qui s'étendaient de l'Espagne à la Chine. De ce fait, ses adeptes n'avaient de compte à rendre à personne, ils n'avaient à s'excuser de rien, et ils n'avaient pas à se cacher des infidèles mécréants (parmi les rares exceptions figurent l'Espagne et le Portugal pendant la Reconquista, époque où les sunnites ont effectivement dissimulé leur identité religieuse [6]).
Pourtant, l'ironie des choses fait que les sunnites vivant en Occident se trouvent aujourd'hui dans la situation du chiisme. Ils sont la minorité entourée de ses ennemis traditionnels - les infidèles chrétiens - même s'il est rare que ceux-ci, contrairement à leurs prédécesseurs de la Reconquista, passent aux actes ou même reconnaissent cette inimitié historique. En bref, les sunnites vivent aujourd'hui la situation générale qui a amené la taqiyya à faire partie intégrante du chiisme, mais sans la menace physique qui avait imposé cette attitude. (...)
Pour en savoir plus.
Poste de veilleBlogue québécois sur l'islamisme, le multiculturalisme, la liberté d'expression et la langue de bois

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article