5ème Sommet de Genève : l'esclavage en terre d'Islam.

Publié le 24 Février 2013

 

 Europe-Israel.org
L’esclavage en Mauritanie continue d’exister bien qu’il ait été aboli en 1981 et on estime qu’entre 10 et 20 % de la population totale est réduite en esclavage. L’esclavage est héréditaire et demeure une condition de caste.

Malgré la démocratisation du pays, les moeurs ne changent pas et sont meme confortées par les autorités musulmanes nationales et internationales. 
Vendredi 14 avril 2012. Dans son émission consacrée au Coran, Radio Mauritanie diffuse le sermon d’un célèbre prêcheur saoudien, Saleh Ibn Awwad al-Maghamissi. Depuis Médine, ce spécialiste de l’exégèse du Coran lance un appel «solennel» aux Saoudiens et aux musulmans du Golfe, les exhortant à se rendre en Mauritanie pour y acheter des esclaves, «disponibles en abondance» et, ce faisant, à les affranchir comme œuvre pie. Le prédicateur précise le prix de la tête servile : 10 000 riyals, soit environ 2 000 euros.
Vendredi 27 avril 2012. Des militants de l’organisation antiesclavagiste IRA-Mauritanie (Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste en Mauritanie), descendants d’esclaves (haratines), se réunissent sur une place publique de la commune populaire de Riyad à Nouakchott. Ils affirment que, si l’idéologie esclavagiste se perpétue dans le pays, c’est qu’elle puise sa légitimité et ses fondements juridiques de l’islam. Dans un geste d’une violence symbolique inouïe, le président de l’IRA, Biram Ould Dah Ould Abeid, (voir vidéo ci-dessous) procède à l’incinération d’ouvrages fameux de jurisconsultes musulmans.
Il est alors traité d’hérétique et bons nombres de fidèles tentent alors de le mettre à mort.
Biram et ses compagnons ouvrent véritablement le débat de fond : l’islam prône-t-il l’injustice, l’inégalité et l’esclavage ?
On ne connait pas exactement le nombre des esclaves dans ce pays, mais on estime qu’ils sont des centaines de milliers. Le gouvernement mauritanien nie l’existence de l’esclavage dans le pays.

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article