Soudan du sud: une indépendance à risques! Curieuse question...

Publié le 29 Août 2011

J'édite cet article dont je ne partage aucunement les inquiètudes et les angoisses de l'auteur, au sujet des frontières africaines qui furent, rappelons le, imposées par les Anglais et les Français le plus souvent. Frontières validées par l'ONU et devenues intangibles on ne sait pour quelles raisons.

A ce petit jeu de l'exigence des frontières intangibles, l'Europe serait bien en peine de donner des leçons, tout comme les Etats-Unis avec sa guerre à l'Espagne, celle avec le Mexique et celle avec le Canada pour s'offrir des élargissements de frontières. Que dire de la Russie, de la Chine à commencer par le Tibet.

Bref, aucun continent ne devrait être en exigence face à des modifications de frontières en Afrique. Cela dit, il serait plus simple, comme l'a fait le Soudan, de faire des référendums. Mais le Soudan islamique a préféré faire une guerre meurtrière contre les chrétiens noirs et les animistes plutôt que de commencer par faire un référendum. Il est vrai que l'esclavage pratiqué par le Soudan musulman vis à vis des chrétiens du sud rapportait beaucoup. Ainsi va l'appât du gain.

Chacun vit avec sa propre horloge et celle de l'Afrique à quelques 200 ans de retard avec l'Europe si ce n'est plus. Les nations de l'Europe d'il y a 200 ans, ne posaient pas la question à une institution internationale pour modifier ou tenter de modifier les frontières! Elles le faisaient et le plus souvent, par la force.

Alors, donner des leçons est mal venu et les Africains devraient ne pas en tenir compte. Non pas pour déclencher des guerres d'indépendances mais pour simplement trouver les vraies frontières qui correspondent aux peuples.

Dans cet article, l'auteur dit que c'est la première fois que les frontières bougent hormis le sahara marocain. Il oublie un pays qui a payé cher son indépendance: l'Erytrée par rapport à l'Ethiopie en Avril 1993. Ce n'est pas si vieux mais l'auteur, lancé dans son discours, l'a oublié ce qui augure mal de son explication. Une explication où il met en avant une sorte de complot Américano-Anglo-israèlien un peu tiré par les cheveux. 

Il est contre le changement de frontières, il a des doutes. Pour ma part, je pense que les frontières auraient dûe êtres négociées avec les peuples en fonction des ethnies, des religions, des envies de vivre dans une commune société. Les frontières sont figées par la volonté d'étrangers à l'Afrique!  Un peu comme si les Etats-Unis avait figées les frontières européennes en 1900 avec l'Alsace-Lorraine en Allemagne. Ou si l'Europe avait figé les frontières des Etats-Unis en 1800 avant même que les USA de l'époque se soient étendus vers le pacifique. Pas de Californie, de Texas, de Floride, de Colorado et j'en passe. Qu'auraient-ils fait en 1800? Qu'aurions nous fait en 1900? Devinez... 

C'est mon point de vue, mais je pense que l'Afrique gagnerait du temps a créer à travers l'Union Africaine, des états fédéraux de type américains dont le pouvoir central serait souple Ou des régions autonomes dans état fort. Dans un monde de bisounours, si l'Union Africaine posait la question aux différents peuples, il y a fort à parier que les frontières bougeraient et que les tensions disparaîtraient. 

Bref, je ne me risquerai pas sur un terrain comme l'Afrique qui est loin d'être un continent humainement unifié et d'égales valeurs  en terme de richesses sans y mettre des pincettes et surtout en affirmant rien, comme le fait Roland Hureaux.

Gérard Brazon

************************************ 

Soudan du sud: une indépendance à risques

Le 9 juillet dernier, le Soudan du Sud proclamait son indépendance, au prix de révoltes ayant donné lieu à deux guerres. Roland Hureaux analyse cette accession à l'indépendance et émet deux réserves: la première concerne les résultats contestables de la stratégie géopolitique mise en œuvre, la deuxième concerne le précédent que constitue la modification des frontières héritées de la colonisation.

On devrait  au premier abord  se réjouir de l’accession à l’indépendance, le 9 juillet dernier,  du  Soudan du Sud, qui regroupe les provinces non musulmanes du Soudan, chrétiennes ou animistes, longtemps opprimées  par le pouvoir central de Khartoum,  lequel prétendait  leur  imposer la charia.

La révolte de ces  provinces a donné lieu à deux guerres atroces, l’une entre 1956 et 1972, l’autre entre  1983 et 2005 qui ont fait chacune plusieurs  millions de victimes.

Il nous faut pourtant émettre au moins deux réserves  sur cet événement.

Une stratégie géopolitique aux résultats contestables


La première est que cette accession à l’indépendance  s’inscrit dans une stratégie géopolitique de remodelage de l’Afrique centrale, conduite par les Etats-Unis, le Royaume-Uni et  Israël  (avec l’aide ponctuelle de la Belgique et de  l’Afrique du Sud), inspirée par la théorie de la « guerre des civilisations »,   et qui s’est avérée une des opérations les plus désastreuses des années  récentes.

 Le premier but de cette stratégie était d’affaiblir un grand pays  musulman, le Soudan, suspect de complaisances pour le  terrorisme,  et de  constituer, en arrière du monde islamique,  dans la région des Grands  Lacs,  un glacis chrétien, susceptible de servir à Israël d’allié de revers. Jusque là,  rien à dire. 

Mais le second but était d’éliminer  l’influence française de l’Afrique ex-belge  (Rwanda, Burundi, Congo-Kinshasa), ce qui fut fait  entre 1990 et 1995, le passage du Rwanda de la francophonie à l’anglophonie et son adhésion au   Commonwealth  en 2008 étant le symbole le plus voyant de cette élimination. 

 Peut-être pourrait-on  passer par pertes  et profits  ce recul français dans la mesure où les territoires en cause se trouvaient  hors du pré carré traditionnel constitué par les anciennes colonies françaises  et ne représentaient  qu’une avancée  récente, datant de la période  Giscard-Mitterrand. 

Mais il y a plus grave :  l’opération conduite par  les Anglo-Saxons  dans la région des Grands Lacs a été aussi la cause directe ou indirecte des  deux génocides  les plus atroces de la fin du XXe siècle,  principalement  au Rwanda et au Kivu ( province nord-est du Congo –Kinshasa)  lesquels ont fait ensemble  plusieurs millions de victimes.

En résumant, on dira que le premier de ces génocides, commis au  printemps  1994 est le fait de Hutus et a d’abord visé  des Tutsis, le second, qui  s’étale de 1994 à 2005 est le fait de Tutsis et a d’abord  visé  des Hutus. Le premier  a fait des centaines de milliers de victimes, le second des millions(1) .
Pour comprendre ces événements complexes (2), rappelons  qu’au Rwanda (comme au Burundi), les Tutsis représentaient 10 % de la population, les Hutus 90 %. Moins que deux tribus, il s’agissait de deux castes : une  minorité guerrière et pastorale qui dominait depuis le Moyen âge, une  majorité cultivatrice, laquelle  a pris le pouvoir à l’indépendance en 1962.  
Le président Habyarimana, qui n’était  ni meilleur ni pire que le reste des dirigeants africains, soutenu par la France,  s’appuyait  sur la majorité hutu. Un groupe d’exilés tutsi, dirigé par Paul Kagame, ayant entrepris  àpartir de l’Ouganda, de reconquérir le pouvoir au bénéfice de la minorité, entre dans le pays à partir de 1990, et s’approche de la capitale, Kigali,  en 1994, affolant la majorité hutue par des massacres.

L’avion du président Habyarimana, où se trouve aussi le président du Burundi,  également   hutu,  est abattu le  6 avril 1994. Les milices hutues massacrent alors les Tutsis de l’intérieur et aussi beaucoup de Hutus jugés trop tièdes. Dans cette confusion, Kagame prend le pouvoir, exerce des représailles terribles à l’intérieur du pays et envahit bientôt la province du Kivu où se sont réfugiés des centaines de milliers de Hutus. En 1995-1996, il  massacre presque tous les réfugiés et, dans la foulée, ses troupes envahissent le Congo-Kinshasa, provoquant, de pair avec l’armée congolaise (passée sous le contrôle des Rwandais) ou différentes milices, la mort de   Congolais encore plus nombreux. Ce second épisode fait plusieurs millions de victimes.

 
Non seulement Kagame est l’auteur direct du plus grand des deux  massacres, le second,  mais il est aujourd’hui établi qu’il a organisé l’attentat  contre les deux présidents qui a déclenché le premier de ces massacres. De toutes les façons, s’il n’avait pas tenté de reprendre le pouvoir au nom de la  minorité tutsi, rien ne serait arrivé.
  
Mais on n’aura pas une vue complète de ces   épisodes horribles si l’on ne  considère pas la manipulation extraordinaire  de l’opinion  à laquelle ils ont donné lieu. Si l’opinion internationale a   été immédiatement informée du premier génocide, au point qu’elle  ne connaît toujours  que celui-là, elle a dû attendre la fuite d’un rapport du haut commissariat aux réfugiés de 2010, dit rapport Mapping , pour commencer à soupçonner le   second, encore plus grave. Un premier rapport de 1995, produit par   le même commissariat  aux réfugiés,  avait  été détruit au point de devenir introuvable.  L’appel du commissaire européen Emma Bonino en 1997 était passé inaperçu.  Kagame put ainsi, aux yeux de tous ceux qui ne connaissent que le premier épisode,  se faire passer pour un justicier. Sa stratégie de communication lui a même permis de faire porter à la France la responsabilité de ces massacres alors que l’intervention militaire de celle-ci à l’été 1994 , dite opération Turquoise, sur mandat de l’ONU,  n’avait pour but que d’en limiter l’ampleur, sans considération de partis. Malgré la fausseté évidente de ces allégations,   les organes de presse les plus sérieux ont relayé en France cette version (3), déshonorante pour l’armée française et  le gouvernement n’a pas daigné répondre.
   
Autre point capital :   le fait que la sinistre équipée de Kagame, au Rwanda d’abord, au Congo ensuite,  n’aurait pas été possible sans l’appui indirect et parfois direct des Etats-Unis et de leurs alliés : fourniture d’armes, de conseillers (en particulier de conseillers en communication !), renseignement. Des témoins crédibles ont  même vu des militaires  américains apporter un soutien logistique au second génocide, le plus important (4). Dans la mesure où  les Etats-Unis demeurent une démocratie,  on peut  présager qu’une grave crise morale  surviendra  le  jour, désormais plus si lointain ,  où l’opinion de ce pays prendra pleinement conscience de la responsabilité de l’Amérique, en premier lieu  du président Clinton,  dans les massacres d’Afrique centrale.

 

 Dernier point important :   l’entrée  des forces rwandaises tutsi   ( et aussi  ougandaises) au Congo n’a pas seulement abouti à des massacres effrayants mais aussi à une mise en coupe réglée des immenses richesses, principalement minières, du Kivu et du reste du  Congo où ont accouru des aigrefins de tout acabit ,  sous l’égide du gouvernement  de Kagame , en liaison avec plusieurs multinationales . L’actuel président du Congo-Kinshasa,  Kabila le jeune, trop faible et  qui semble  entièrement inféodé à Kagame (5), n’a d’autre choix que de laisser faire. Ce pillage, sur fond de travail forcé des indigènes,  dont le pays n’a aucune retombée,  laisse loin derrière lui  les pires horreurs de la période coloniale.

Quand on sait que le organisateurs  anglo-saxons et israéliens  de  l’opération Sud-Soudan,  agents de tout statut , public ou privé,  civil ou militaire, diplomatique ou spécial, généralement  sous couverture humanitaire,  sont les mêmes que ceux de l’opération Rwanda-Kivu , on comprendra  qu’il n’y ait pas lieu de s’enthousiasmer pour l’indépendance du nouvel Etat. On comprendra aussi  qu’on puisse craindre le pire pour ce qui est de l’exploitation des ressources de cet  Etat, riche, lui, non point en minerais  mais en pétrole.

Un fâcheux précédent

La seconde réserve qu’inspire la toute  nouvelle indépendance du  Soudan du Sud, c’est qu’elle constitue un fâcheux précédent : pour la première fois depuis le temps des  indépendances,  est  ouvertement violée la règle posée alors : le caractère intangible des frontières héritées de la colonisation (6) . On a critiqué ces frontières tenues pour artificielles ;  mais quelle frontière ne l’est pas,  peu ou prou ? Les pires  tragédies du continent ont eu lieu au Rwanda (ou autour), un des rares  pays  dont  les frontières,  loin d’être artificielles, sont bien antérieures à  la colonisation. Mais désormais,  la boîte de Pandore est ouverte. Toute sécession pourra revendiquer ce précédent. Les plans américains prévoyaient aussi la partition  du Congo ex-belge, notamment pour pouvoir placer  de  jure le Kivu sous l’autorité de Kagame. Mais comme tout finit par se savoir, les révélations sur la responsabilité indirecte ou directe de plus en plus évidente du personnage dans les tragédies  d’Afrique centrale, qui le rendent de moins en moins fréquentable,  risquent de remettre en cause ces plans.  On peut craindre néanmoins que si l’indépendance du Soudan du Sud doit améliorer la situation des chrétiens de ce pays, elle ne serve pas nécessairement à moyen terme la paix du  continent.

(1) C’est le propre des massacres de masse du XXe siècle que le nombre des  victimes n’est jamais connu exactement. On doit se contenter le plus souvent du nombre de zéros…Pour le premier génocide, le chiffre le plus  vraisemblable est de 600 000, dont environ une moitié de Tutsis. Le régime de Kagame, peu crédible,  parle de un million, tous tutsis. Pour le second, on parle de 4 millions, dont plusieurs centaines de milliers de  Hutus et des Congolais de différentes ethnies. Dans la mesure où, stricto sensu, un génocide vise à éliminer un génos (race, ethnie etc.), une partie des victimes seulement se rattache à ce concept. D’autre part beaucoup de victimes, surtout parmi les Congolais,  sont mortes de faim ou de maladies du fait de la guerre et non d’assassinat direct.  Mais  l’aboutissement est   le même, quel  que soit le concept utilisé…

> (2) Cf. les ouvrages de Pierre Péan, Noires fureurs, blancs mensonges (2005) et Carnages  (2010).   Ceux qui défendent une thèse différente , telle Colette Braeckmann, Histoire d’un génocide, 1996,  ont pour la plupart révisé leur position. 
> (3) En Afrique, où tout le monde sait ce qui s’est vraiment passé, ces allégations ont eu beaucoup moins de crédit que dans l’establishment français. Le prestige de la France a néanmoins été atteint du fait de sa maladresse à répondre à  ces attaques et des bassesses du gouvernement français à l’égard de Kagame.  
> (4) Les nombreux militaires français qui ont  participé à  des opérations dans la région connaissent cette implication américaine. « La France est en guerre,  mais elle ne le sait pas », disait  le président Mitterrand en 1995, sans préciser contre qui
> (5) En 1997, après la chute de Mobutu,  les Rwandais imposèrent  la tête du Congo Laurent Kabila. Celui-ci s’émancipe de ses tuteurs et  est assassiné en 2001 ; il est remplacé par son fils présumé, Joseph Kabila qui est probablement tutsi.  
> (6) Seule  exception antérieure : le rattachement du Sahara occidental au Maroc.  Mais, en l’espèce, le Maroc  peut  invoquer  des frontières précoloniales.  La Somalie qui regroupait une ancienne colonie italienne et une ancienne colonie britannique connait aujourd’hui une partition de fait.

Roland Hureaux - Tribune

Source : http://www.marianne2.fr

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article

francis Claude 29/08/2011 15:34



tiens ce Mr Hureaux, il semble bien connaitre l'afrique qu'il lit dan les livres vois sur les actu Françaises et depuis les salons climatisés des palaces qui regorgent en Afrique un peu partout



Gérard Brazon 29/08/2011 20:00



Surement un type de ce genre...