Soudan – repaire de génocidaires à la 8ème conférence pour la fondation d’Al Quds (Jérusalem)

Publié le 20 Novembre 2011

3ème partie -  La fameuse conférence, le Jihad en marche


Qutbi Al-Mahdi (le secrétaire des secrétariats du congrès national ‘(parti islamique au pouvoir de Omar El béchir) a dit lors de cette conférence

La vague révolutionnaire et l’éveil des peuples dans la région est un évènement précurseur à la libération de la ville occupée. La conjonction de cette conférence avec les révolutions qui se passent lui donnera encore plus d’importance, parce que la libération des arabes de l’oppression et de l’injustice est un prélude nécessaire à la libération de Jérusalem de l’occupation et l’injustice » Le Soudan affirme que ces régimes ont disparu parce qu’ils opprimaient les mouvements islamistes locaux

 

La 8ème conférence de la fondation internationale al-Qods a été ouverte dans la capitale soudanaise, Khartoum, en présence de 28 personnalités politiques palestiniennes, arabes et internationales. Dans une allocution devant la conférence, le président soudanais, M. Omar al-Bachir, a critiqué le mutisme international vis-à-vis des crimes perpétrés par Israël contre la ville sainte d’al-Qods, tout en affirmant que l’absence de l’unité et de la solidarité arabes ont affaibli l’action arabe commune et limité la capacité de la nation à affronter les défis.

Le président soudanais a appelé la communauté internationale à assumer ses responsabilités morales, juridiques et politiques à l’égard du soutien du droit palestinien et de la défense des lieux saints.

Prenant la parole, M. Khaled Mechaal, chef du bureau politique du mouvement Hamas, a souligné qu’al-Qods traverse actuellement une phase difficile à cause des tentatives israéliennes de porter atteinte à ses monuments et à ses aspects religieux et historiques, d’effacer son identité arabe et islamique et d’expulser ses habitants en vue de changer son statut démographique.

A cet effet, M. Mechaal a estimé que les Palestiniens sont désormais appelés à rejeter les négociations avec l’occupant israélien et toute marchandage touchant les droits et les constantes palestiniennes, tout en affirmant que personne n’a le droit de renoncer à aucun pouce du sol palestinien.

M. Mechaal a aussi réitéré son appel à la mise d’une fin à l’état de division et à la réalisation de la réconciliation interpalestinienne conformément aux constantes nationales.

Affirmant que Hamas ne désistera du droit du peuple palestinien au retour à ses terres d’où il a été expulsé en 1948, M. Machaal a appelé les pays arabes à former une ombrelle protégeant les droits des Palestiniens et capable d’affronter les plans israéliens soutenus des Etats-Unis.

De son côté, le représentant de Hezbollah, M. Ibrahim al-Sayyed, a souligné l’importance de faire tomber l’option de la négociation avec l’occupant et de soutenir celle de la résistance « seul moyen pour se libérer de l’occupation israélienne » a-t-il estimé.

Le vice-président du conseil des administrateurs de la fondation internationale al-Qods, M. Bechara Merhej, a, pour sa part, avertit que l’occupant israélien exploite les développements sur la scène arabe pour faire passer ses plans de judaïsation, tout en mettant en garde contre la gravité de la colonisation israélienne en Cisjordanie, particulièrement dans la vielle ville d’al-Qods et son alentour. source


A première vue, le discours de Youssouf al Qaradawi peut sembler très oecuménique, rassembleur et c’est de là qu’il tire principalement sa force : les mots sont englobants, assimilant l’autre, le Chrétien, par exemple, au frère, en un prosélytisme subtil et fusionnel qui abolit les identités. Ainsi les Chrétiens qu’il dit avoir croisés en chemin l’ont, à la fois, béni et lui ont promis d’appliquer… la Charia (!).

 

Ce qui peut sembler anachronique en Occident ne l’était déjà pas en Egypte des colonels, puisque la Charia, même teintée de prétentions “laïques” y restait la règle commune. Ce grand tout des communautés égyptiennes ne peut se concevoir que par l’Islam, où les Coptes acceptent le joug de la règle islamique et du parler arabe, pour mieux disparaître à leurs propres différences, qui doivent demeurer résiduelles et assujetties. “Fraternité” de la dhimmitude, qui laisse le choix entre la soumission ou l’épée. Il s’agit, pour le prédicateur des Frères Musulmans, de réaffirmer, encore et encore, cette identité et cette “direction” islamique de l’Egypte comme l’horizon de la “révolution” qui vient de se dérouler et dont lui seul définit le sens. Elle devient vite un appel “modéré” (bien sûr!) à la conversion de masse à la parole du Prophète et au chemin d’Allah.

Lorsqu’ensuite, il s’adresse à l’armée, c’est pour mieux lui demander de se débarrasser des derniers vestiges de ce qui a constitué sa colonne vertébrale depuis 1952. Et de pratiquer, en douceur toujours (!) une chasse aux sorcières, vis-à-vis de ses dirigeants qui resteraient les symboles de l’ancien régime. Il s’agit plus d’une incitation à l’épuration que d’aucune voie “démocratique” vers la transition en tant que telle. Il y a ceux qui marchent avec l’idée qu’il restitue de ce peuple réislamisé, au sens de la confrérie qu’il représente, et les autres, les “corrompus”, désignés comme des infidèles et hypocrites à double-visage.

Ensuite, il assigne à cette armée les tâches qui doivent être les siennes, lorsque, au nom des traditions passées, elle a combattu pour l’Egypte/et aussi pour la libération de la “Palestine”. Si elle est fidèle, elle ne peut “donc” plus respecter les traités passés avec l’ennemi qu’on ne nomme pas, qui ne serait qu’un obstacle avant la reconquête de la “Mosquée al Aqsa. Or, si l’on sait qu’à la Mosquée al Aqsa, les Musulmans ont parfaitement le droit de pratiquer leur culte, la liberté religieuse n’est donc pas le sens de sa revendication. La Mosquée n’est plus que le centre d’un projet politique de reconquête de Jérusalem-al Qods.

Et pour parvenir à cette reconquête, il lui faut, à cette armée, rouvrir la frontière de Rafah et offrir aux combattants du Jihad et du Hamas la profondeur et l’appui stratégique qui leur manquerait pour avancer vers cet objectif.

La boucle est presque bouclée : plus d’obstacle diplomatique ni sécuritaire au basculement, en douceur, toujours (!) dans la guerre à outrance avec l’ennemi de toujours.


C’est ainsi que Qaradawi, cet homme plein de miel, revitalisera le projet commun des Frères Musulmans, à Khartoum, le 6 mars (1), en présence des proches du génocidaire Omar El Béchir, de Khaled Meshaal, dirigeant du Hamas en Syrie, et tant d’autres chefs de guerre, pour la déjudaïsation d’al Qods-Jérusalem et la reconquête contre les Sionistes.

 

C’est ainsi que seront lancés d’autres grands chantiers, au pied des ambassades israéliennes du monde entier, le 15 mai prochain (2), soulevant la question “humanitaire” des réfugiés, pour mieux exiger le retour en Israël de… “9 millions” (enflant un peu plus chaque année!) de descendants supposés apparentés aux 700 000 Palestiniens qui ont quitté leur foyer sur incitation des chefs de guerre de la Légion arabe, en 1948-1949, leur promettant de “jeter les Juifs à la mer” en quelques jours, qui durent déjà depuis 65 ans… et dureront encore, au moins autant que dureront les discours de haine mielleuse des prêcheurs de la veine de Youssouf Qaradawi…

DISCOURS 

Rappel – Depuis ce discours des centaines de milliers de Coptes ont été contraints de fuir, ceux qui restent sont victimes d’humiliations, et d’assassinats

Le Cheikh Yusuf al Qaradawi, le chef spirituel des frères musulmans, rentré triomphalement au Caire le 18 Février, a prononcé ce discours sur la place Tahrir, une semaine seulement après la démission d’Hosni Moubarak.

Qaradawi est rentré de 30 ans d’exil. On estime à 1,2 million d’égyptiens enthousiasmés par le discours, sur cette place, de celui que certains appellent le “Khomeiny de la révolution égyptienne”.

Si l’Egypte a un Khomeiny c’est bien celui-là !

Qaradawi a terminé son discours en appelant à la conquête de la Mosquée Al-Aqsa, lire la conquête de Jérusalem même. Cette partie du discours a été accueillie par des acclamations en forme d’ »Amen ». Il semble certain que cette révolution va inaugurer un nouveau chapitre dans les relations égypto-israéliennes, qui pourrait alimenter un regain de violence.

Certains mots prononcés dans la vidéo étant inaudibles au vu de l’agitation qui régnait, nous inscrivons sur cette partie de texte (inaudible). Cette transcription n’est pas complète mais transmet l’essentiel de ce discours qui a été prononcé. Le […] représente les phrases de bénédictions à Allah.

Qaradawi se réfère a des sourates du Coran,, dans ce cas nous vous donnons la référence de la sourate.

“ Louange à Allah […] Je témoigne qu’il n’y a pas d’autre divinité qu’Allah. Je témoigne qu’il n’a point d’associé. Je témoigne qu’il n’y a pas d’autres divinité à part TOI […] Tu es capable de toutes choses. Je témoigne que notre prophète et Imam, notre exemple Muhammad est l’esclave et le prophète d’Allah. Que la paix soit sur lui et sur ses frères les prophètes et les messagers. Gloire aux prophètes Noé, Abraham, Moise et Jésus, la paix soit sur eux tous et sur tous ceux qui les suivent dans la justice jusqu’au jour du Jugement.

Cette révolution menée par ses enfants fidèles devait l’emporter sur ce tyran de Pharaon (Moubarak) […]Coran 20.71 et 72.

Regardez la différence entre un homme qui croit et celui qui ne croit pas, ceux qui étaient unis derrière Pharaon ont été chassés de tous les coins d’Egypte.

Mais voici l’Egypte quand elle croit  : nous avons vu des gens de tous les coins de l’Egypte, de toutes les classes, riches et pauvres, instruits et analphabètes, ouvriers et intellectuels, leurs différences se sont envolées, ils se sont fondus comme dans un même « moule », les musulmans, les chrétiens, les radicaux, les conservateurs, ceux de droite et de gauche, les hommes et les femmes, les jeunes et les vieux, tous étaient unis.

 Tous travaillent pour le compte de l’Egypte, sa libération de l’oppression et de la tyrannie. L’Egypte a été libérée parce que les jeunes l’ont voulu, leur volonté émane de la volonté d’Allah, il y a longtemps que nous avons mémorisé le poème d’Abu-Al Qasim Al Shabi. « Si un jour, la vie est le désir des gens, le destin répondra à leur appel ».

Certaines personnes demanderont, est-ce que le destin est soumis à l’homme ? Allah répond Coran 13.11.

Changez ce qu’il y a dans vos cœurs et Allah changera votre destin, si les gens changent, Allah changera leur situation. Le peuple et le pays ont été patients et ils se sont sacrifiés, mais ils ont persisté et leurs craintes ont été effacées.

Au temps de Pharaon, la peur était instillée parmi le peuple pour mieux le conquérir par la terreur, mais le peuple n’a pas prêté attention à Pharaon, ou Coré, ou Haman,  la sécurité de l’Etat, la répression, la torture, les chevaux, les chameaux, ou les tireurs d’élite, ou tout autre chose.

Les jeunes ont persisté ils ont continué la révolution et Allah leur a permis de réaliser leurs espoirs et leurs objectifs.

 Je tiens à féliciter ces jeunes, la jeunesse révolutionnaire, je voudrais pouvoir leur baiser la main, un par un.

Ils ont relevé la tête par ce qu’ils ont accompli, ces jeunes ont crée cette révolution et ils ont déraciné les personnes au pouvoir, je les considère comme l’Ansar décrit par Allah dans son livre Coran 58.9 […]

Ce sont les jeunes de l’Egypte, je conseille à ces jeunes de maintenir cet esprit, la révolution n’est pas terminée, elle est en cours

Pour nous (inaudible) participez au pays, participez à la nouvelle Egypte, qui a beaucoup appris de cette révolution, maintenez cette révolution. Méfiez-vous de ce que personne ne vole cette révolution, Je vous mets en garde contre les hypocrites, qui sont prêts à changer de visage et utiliser de nouveaux propos chaque jour, et qui, lorsqu’ils rencontrent ceux qui ont cru, disent « nous croyons » et qui lorsqu’ils sont seuls avec leurs diables disent ‘Nous sommes avec vous » Coran 2.14..

Hier ils étaient contre la révolution, et maintenant ils sont pour la révolution, je mets en garde les jeunes contre ces derniers, […] gardez votre révolution (inaudible) et cette révolution continuera à se maintenir, je vous le demande mes enfants. Continuez la révolution et préservez votre unité. Méfiez-vous que personne ne vienne chez vous vous corrompre et détruise ce qui vous a réuni sur cette place c’est ma parole à la jeunesse de la révolution.

Je prononce cet autre mot au peuple égyptien, et à l’ensemble de la population égyptienne, le grand peuple qu’Allah a mentionné dans le Coran. Le Coran ne mentionne que deux pays par son nom : Babylone et l’Egypte, ils sont inscrits cinq fois dans le Saint-Coran. 12.99

Note : Qaradawi mentionne la façon dont le peuple a été démuni par les trompeurs (dirigeants), qui ont dirigé le peuple, il précise qu’au fil des ans 3 milliards de dollars ont été volés en Egypte, et précise qu’avec seulement la moitié ou même un quart de cette somme, cet argent aurait pu servir a couvrir les dettes et bâtir des infrastructures comme des grands axes routiers. Il mentionne aussi les coptes d’Egypte comme étant des croisés –NDLR : donc des “conquérants de l’Egypte”, lorsque les Coptes sont parmi les derniers descendants des Egyptiens de l’Antiquité!)

L’Egypte a été la Qibla (direction) de la culture islamique, de l’enseignement islamique  et de la langue à travers l’historie. L’Egypte, mes frères, a été victorieuse dans cette révolution,  Elle a été victorieuse contre le sectarisme, sur cette place, dans ce carré des martyrs le 25 Janvier, chrétiens et musulmans se tenaient côte à côte.

Qaradawi parle ensuite de la façon dont les chrétiens l’ont salué durant son voyage vers l’Egypte en provenance du Qatar, ils lui ont souhaité bonne chance et lui ont dit qu’ils suivraient son programme de la charia[NDLR : et non les Evangiles, cela va de soi... puisque, même avec un gouvernement militaire, la Charia est la règle qui s’imprime dans la constitution de la République d’Egypte et s’applique à tout citoyen, certains entrant alors dans une catégorie de “seconde zone”]

Sur la place Tahrir, nos frères coptes étaient debout, je les invite aujourd’hui à adorer, avec leurs frères musulmans et rendre grâce au Tout Puissant, chrétiens et musulmans doivent prier ensemble, ce maudit sectarisme a été éliminé de cette place Tahrir. L’auteur critique Ahmad Rajab a dit qu’il avait été sur la place et avait vu une jeune fille chrétienne verser à un musulman de l’eau pour ses ablutions, il pense que la révolution a réussi.

Note –  Ils parlent de jeunes chrétiens comme de musulmans  qui se sont mobilisés pour nettoyer la place ensemble.

C’est dans cet esprit égyptien, cet esprit qui cherche le bien pour tout le monde, que je demande au peuple égyptien de tenir et de s’accrocher, cet esprit d’unité. Nous sommes tous des croyants, nous devons tous croire en Allah et devons tous approfondir notre foi, Nous sommes tous des Egyptiens, nous sommes tous des révolutionnaires contre le mal. Nous sommes tous en colère et pour la vérité. Nous devons nous débarrasser du sectarisme, frères et sœurs, O fils et filles.

Un mot pour l’armée égyptienne. Je salue les militaires égyptiens, je salue cette armée, Elle est le bouclier, le soutien de la fierté du peuple. Certains ont dit de ne pas me précipiter dans les louanges adressées à l’armée, car je serai déçu, je leur ai dit : par Allah, je ne serai pas déçu. Quand j’ai prononcé le prêche de vendredi, j’ai dit que l’armée égyptienne ne serait pas moins patriote que l’armée tunisienne. L’armée tunisienne a soutenu la révolution tunisienne.

L’armée égyptienne qui est entré en guerre au nom de l’Egypte et de la Palestine, ne peut pas trahir son pays et ne peut pas trahir le pays pour une personne. Un militaire est trop sage et trop noble pour le faire. J’ai juré que les militaires s’uniraient avec le peuple et l’armée sera unie avec le peuple. Ces décisions nous les avons expliquées et publiées, maintenant, aujourd’hui, je déclare que le droit à la liberté d’expression est une obligation pour la population  (…)

L’armée n’a jamais, jamais levé le petit doigt pour utiliser la force contre les révolutionnaires pacifiques et les manifestants, l’armée a annoncé qu’elle n’était pas un substitut à la légitimité qui vient du peuple et qui est sanctionnée par les jeunes dans ce carré, elle a aussi déclaré qu’elle s’en tient à la liberté et à la démocratie.

L’armée a créé le comité pour modifier la constitution en 10 jours, elle se met au travail de toute urgence pour faire une transition vers la représentation de la vie civile. Ce comité est présidé par un homme honorable Tariq al Bishri, conseiller en droit, historien, intellectuel, modéré et juste. Nous demandons a ce comité de mener à bien ses travaux aussi rapidement que possible.

Nous appelons l’armée égyptienne à nous libérer du gouvernement nommé par Moubarak lors de son règne. Nous voulons un nouveau gouvernement sans un seul de ces visages que nous ne supportons plus, chaque fois que les gens les voient, ils leur rappellent l’oppression, le meurtre, le mal, cela leur rappelle les raids a dos de chameaux, de mulets et de chevaux dans les rues, les tueurs d’élite postés pour tuer des gens, et les voitures roulant dans toutes les directions et roulant sur des gens. 20 personnes ont été tuées par ces voitures. Les gens ne veulent plus voir ces visages. Les militaires et leurs chefs doivent nous libérer de ce gouvernement et mettre en place le premier gouvernement civil pour les enfants d’Egypte (…)

 Nous exigeons que l’armée libère immédiatement les prisonniers politiques, qui ont été emprisonnés pendant de longues années en raison de la jurisprudence des tribunaux militaires d’urgence, ces tribunaux ne sont pas dépositaires de la vérité. L’influence de ces tribunaux doit cesser, je ne veux pas que nos militaires valeureux et nobles soient porteurs d’iniquité. Chaque jour qui passe,  ils sont encore en prison (…)

L’oppression doit cesser.

Avant de terminer mon propos, je souhaite m’adresser au peuple d’Egypte, je sais que les enfants d’Egypte ont été trop souvent opprimés, des gens de classes différentes comme les travailleurs, les paysans, les employés… Mais Allah n’a pas créé le monde en un jour ou en une heure, il l’a crée en six jours. La création nos enseigne que nous devons être patients pendant un petit moment …Je demande à tous ceux qui travaillent et qui savent travailler de soutenir cette révolution. L’Egypte a besoin de travailler.

De jour en jour, l’économie égyptienne est à la traine. Il n’est pas permis pour nous qui avons soutenu cette révolution, d’ignorer la reconstruction de l’Egypte et de son économie. Nous devons convaincre tous nos frères, qui sont frappés économiquement, d’attendre un peu. Je demande à l’armée égyptienne de rentrer en contact avec eux et de les soutenir en paroles comme en actes. L’Egypte doit se préparer a une période de reconstruction.

Tous les enfants de l’Egypte sont prêts à commencer cette reconstruction. C’est ce que nous voulons, toute  personne est prête à s’organiser (inaudible), à construire quelque chose pour ce pays. Nous sommes à un tournant, une étape dans laquelle la vérité est confirmée et le mensonge invalidé, et la possibilité pour tous les égyptiens d’obtenir leurs droits, et recevoir ce qu’ils méritent, mais c’est aussi notre devoir d’être patients avec nos frères de l’armée jusqu’à ce qu’ils accomplissent leur travail. (…)

 Louange a Allah, je témoigne qu’il n’a point d’associé, A lui la souveraineté et la louange. Il est capable de toutes choses. Je témoigne que notre prophète et Imam, notre exemplaire prophète Muhammad est l’esclave et l’apôtre d’Allah et le messager qui alerte, la lumière qui éclaire. La paix et la bénédiction soit sur lui  ainsi que sur sa famille et ses compagnons, qui ont cru en lui et l’ont soutenu et suivi la lumière qu’il a fait descendre sur ceux qui ont raison de se réjouir.

 Qu’Allah soit satisfait de celui qui proclame sa mission et est converti à sa Sunna, et qui lutte jusqu’au jour du jugement. Au nom d’Allah le tout miséricordieux Coran 10.58

Note – Les Egyptiens répondent Amen à chaque phrase.

Nous demandons à Allah le Tout puissant de faire d’aujourd’hui, un meilleur jour qu’hier pour la Oumma. Amen

Bénissons-nous plutôt que de nous mépriser.

Donnons-nous plutôt que de nous ignorer

Grandissons-nous nous plutôt que de nous diminuer

Nous te demandons pardon pour la santé de notre religion dans le monde

Et pour notre peuple et pour notre argent

Allah pardonne nos imperfections

Protège notre foi, nos vertus et notre voix

 Nous cherchons refuge dans ta grandeur pour ne pas être tués à nos dépends

Allah conquiert ce pays par une conquête décisive

Qu’Allah nous guide sur le droit chemin

Qu’Allah réalise pour nous une grande victoire

Qu’Allah nous accorde la grâce, qu’il fasse descendre la quiétude dans nos cœurs, qu’il répande sa faveur et sa miséricorde

 Qu’il protège nos actes de la futilité, notre âme de la faiblesse, notre langue du mensonge, nos yeux de la honte, notre culte de l’hypocrisie, nos vies de la contradiction.

Protèges nous de ce monde et des tourments du monde a venir

Il n’y a de D. qu’Allah, nous cherchons ton aide et ta miséricorde

Avant de terminer mon propos, je m’adresse aux dirigeants des pays arabes, Je leur dis de ne pas résister obstinément, de ne pas rentrer en collision avec Mars, personne ne peut lutter contre le destin, ou retarder le moment ou le soleil se lève. Le monde a changé, le monde arabe a changé de l’intérieur, entendez-vous avec le peuple sans le dominer, ne parlez pas avec des mots vides, ayez un vrai dialogue avec le peuple, non pour tromper mais pour construire et remettre les choses à leur place et respecter l’esprit du peuple. Ceci est mon message aux dirigeants arabes.

Un message à nos frères en Palestine, j’ai l’espoir que D’ tout puissant, comme j’ai été heureux de voir la victoire en Egypte, je verrai et vous, avec moi, la conquête de la Mosquée Al-Aqsa pour préparer le chemin et prêcher dans la Mosquée Al-Aqsa.

Qu’Allah prépare la voix pour nous de prêcher dans la Mosquée Al Aqsa en toute sécurité, non dans la crainte, non dans la hâte, qu’Allah réalise cette conquête claire pour nous. Amen

 O fils de la Palestine, je suis convaincu que vous serez victorieux. Le poste-frontière de Rafah sera ouvert pour vous. Je demande à l’armée égyptienne et au Conseil suprême des Forces armées d’ouvrir le poste-frontière de Rafah. D’ouvrir ce qui, entre nous et nos frères, divise Gaza de l’Egypte. L’Egypte de la Bande de Gaza. L’Egypte doit être bonne et miséricordieuse et humble. L’Egypte qui a combattu quatre guerres au nom de l’Egypte et de la Palestine, ne doit pas  briser cette voie mais ouvrir la frontière qui est entre nos mains, le poste-frontière de Rafah. Nous allons l’ouvrir aux convois qui ont été interdits à nos frères et leur distribuer de l’aide

C’et ce que je demande à notre grande armée, vaillante et noble. Je demande a Allah le Tout puissant de préparercette voie pour nous, et qu’il nous guide, nous, nos frères et tous ceux qui nous ont précédé dans la foi.

O Seigneur tu es compatissant et miséricordieux, D’ des Deux mondes. Que la bénédiction et la paix d’Allah soit sur ton esclave et ton messager Muhammad ainsi que sur sa famille, ses compagnons et tous ceux qui le suivent dans la justice jusqu’au jour du jugement. source

Le Jihad contre Israël, ciment de l’unité palestinienne

Selon Khaled Meshaal, les révolutions en Egypte et Tunisie ont « redonné vie au Hamas », l’organisation islamiste qu’il dirige, selon une déclaration faite à lAFP, ajoutant qu’aujourd’hui,…

ce qui devait unir le Hamas au Fatah était le « Jihad contre Israël ».

Maintenant qu’Hosni Moubarak, considéré par Meshaal comme un allié objectif d’Israël a été chassé, « la première étape pour conquérir Jérusalem est de refuser de négocier avec Israël, de réconcilier Hamas et Autorité palestinienne, le Jihad contre Israël étant le ciment de ce rapprochement ».

Meshal a fait ces déclaration alors que le Hamas a, sans en donner les détails, déclaré qu’il « prendrait bientôt une initiative pour réconcilier les factions palestiniennes, avec des propositions qu’aucune ne pourra refuser ».

Sami Abu Zuhri, le porte parole du Hamas, a précise que « le rapprochement et la fin des rivalités entre palestiniens étaient imposés par l’évolution de la situation dans les pays arabes ».source



Lire la suite: http://www.israel-flash.com/2011/11/tunisieennahda-6eme-califat-liberation-de-la-palestine-djihad-en-marche-depuis-le-06-mars-la-france-felicite-video/#ixzz1eFtSk91E

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article