Assemblée Nationale: spectacle de l'Inquisition parlementaire en France

Publié le 3 Décembre 2012

Audition style KGB à l'Assemblée Nationale : Haine du christianisme, Haine des religions, Haine de la famille, Haine des traditions, Haine, Haine, Haine.....

Observatoire de la Christianophobie : 

Tandis qu’une poignée de zozos manifestait devant l’Assemblée national sa « colère » de la présence du cardinal André Vingt-Trois pour l’audition des responsables religieux convoqués par une commission parlementaire pour un “débat” biaisé sur la loi relative au “mariage” de personnes de même sexe, à l’intérieur, dans une salle feutrée on put en entendre comme des échos… non feutrés.

Prompts à dénoncer l’Inquisition, des parlementaires “inquisiteurs” ont rejoué quelques scènes du Tribunal Révolutionnaire quand il était présidé par le peu regretté Fouquier-Tinville (né Fouquier de Tinville…). La haine antichrétienne est partout dans notre société, y compris au Parlement. Un prêtre du diocèse de Pontoise, chargé de sa communication et curé de l’agglomération de Cergy, le Père Amaury Cariot, a mis en ligne sur la page facebook le 29 novembre au soir de l’événement sous le titre « Vacuité et mensonge », des réflexions et des commentaires saisissants sur ces deux heures d’“audition” ou, pour mieux dire, d’“interrogatoire” kagébiste. C’est un texte de grand intérêt et qui ne manque pas d’humour. Je crois que le Père Cariot s’est épargné des années de purgatoire en s’infligeant de suivre sur LCP cette audition… En tout cas, il m’a épargné deux heures de montée d’adrénaline. Lisez et diffusez ce texte remarquable !

« Qui n’a jamais visionné deux heures de commission d’audition parlementaire à la télévision ne sait ce que le mot vacuité veut dire. Pour les non initiés, il s’agit d’un exercice télévisuel inédit, sorte de mélange de Derrick au niveau de l’action, d’un reportage d’Arte en allemand au niveau des cadrages, et du Tribunal de la Haye au niveau des décors.
Passons outre ce suspens insoutenable et lançons l’émission. Ce jeudi 29 novembre 2012, la salle Lamartine de l’Assemblé Nationale accueillait pour un débat les représentants des cinq cultes majeurs présents en France au sujet du projet de loi sur le mariage homosexuel.

Mise à part la Béatitude représentant les bouddhistes de France, toute d’orange parée (nous apprendrons en fait en essayant de comprendre qu’elle ne représente qu’elle-même, puisque le bouddhisme est à part et n’a pas d’instance représentative. Bref, c’est finalement anecdotique) l’heure est au sérieux, les cravates se mélangent aux tenues cléricales, la croix et la kipa sont alignées sur le même banc.

Très haut tout seul sur une estrade, le rapporteur, Mr Binet. Très sympathique. Charmant même. Tout le monde est très heureux de se retrouver, se dit bonjour, merci, les « M. le grand rabbin, M. le cardinal » fusent au début de chaque phrase : nous entrons dans le sujet, le vrai débat peut enfin commencer.

Chacun des cinq s’exécute, bon élève, on sent que les textes ont été bien préparés. L’exercice est délicat, nous sommes au cœur de la République, à deux pas de la place de la Concorde où bien des curés on perdu la tête sous d’autres régimes, il ne s’agit pas de faire de fausse note. À aucun moment la Bible ou le Coran ne sont cités, M. Moussaoui ne proclame pas de fatwa, le Cardinal n’excommunie pas, et l’anthropologie, l’histoire et la philosophie sont convoquées au banc des cinq élèves (enfin quatre, parce que la dame en orange nous expliquera surtout ce qu’est le bouddhisme, on aura au moins appris quelque chose) comme argumentaire serein et équilibré.

Il ne s’agit pas de déraper : le sujet est sensible.
Les plans fixes se succèdent, et nos représentants des cultes ont parlé. 10 mn chacun maximum. L’audition est prévue pour durer 2 heures.
Vient le temps des questions des parlementaires présents :

Première surprise : pour poser une deux ou trois questions, certains parleront 19 minutes. Sachant que les questions s’enchaînent, et qu’elles se transforment tantôt en leçons, tantôt en réquisitoires, tantôt en accusations sulfureuses, on comprend peu à peu que la mascarade prend forme : pour toute réponse, les ministres des cultes auront droit chacun à « 3 à 5 minutes », autant dire que le jeu est pipé.

Deuxième surprise : l’ensemble des parlementaires intervenants est pour le mariage homosexuel. Il n’y a donc sur l’ensemble des sénateurs et députés des deux Chambres aucun élu contre ce projet de loi ? Tous sont de gauche, pourtant il y a dans la commission au moins deux députés de droite. Mais ils n’ont pas eu le micro.

Troisième surprise : le niveau des questions et le manque de sérieux de ce débat sont tels que Mme le député Marie France Clergeau appellera le cardinal archevêque de Paris « Jean XXIII ». Elle vient de le faire pape sans même s’en rendre compte. Après quelques murmures, elle se reprendra en pouffant de rire comme une enfant ayant fait une bonne blague. Peut-être était-ce un pari lancé par son mari au petit déjeuner ? « T’es pas cap de l’appeler Jean XXIII ». Si le prix du pari était un restaurant chic près de l’Assemblée, la dame a du fort bien dîner ce soir…

On alignera les poncifs contre les religions dans ces questions, l’un appelant à la rescousse Vatican II et la liberté religieuse pour montrer que les religions doivent s’adapter au monde et suivre l’évolution, l’autre un article d’un ancien moine fustigeant les évêques, et enfin une dame en rouge rappelant benoitement que « les cultes n’ont qu’un regard très particulier qui ne rassemble pas ce que la société veut dire, et que le débat ne doit pas se tenir dans la rue mais ici dans cette salle Lamartine ». « Ce n’est pas bien ce qui se passe en ce moment, ce n’est pas bien pour la démocratie, ce n’est pas bien pour les cultes ». Nous ne saurons jamais ce qui n’est pas bien, mais bon, c’est pas bien. Il manquait un « nananère ».

Quatrième surprise : la très longue intervention de monsieur Alain Tourret, député-maire de Moult. 19 minutes, pour poser 3 questions. Une moyenne de 6mn 20 par question. Ou comment s’écouter parler. Après avoir fait étalage de ses études en droit canonique et s’être auto proclamé spécialiste du IVe concile du Latran. (Une rapide recherche sur google nous apprendra que sa spécialité doit être très ancienne ou n’a pas beaucoup porté de fruits). Ce monsieur, courtois et poli, va s’enliser dans un monologue anti religions largement orienté vers le cardinal archevêque de Paris. Il faudra à Mgr Vingt-Trois toute sa force de caractère pour encaisser, impavide, cette charge à la hussarde.
À cet instant précis, le débat a basculé. Nous pouvions comprendre que tout était joué d’avance, que la salle Lamartine se transformait en tribunal d’une inquisition laïque n’ayant rien à envier aux heures sombres de l’Histoire, ces heures sombres appelées pourtant à la rescousse par M. Tourret pour mieux rappeler que les religions ont fait les mauvais choix de l’Histoire par leur silence voire leur compromission. Exemple parmi d’autres : « Où étiez-vous lors des débats pour l’émancipation de femmes ? ». On a même eu droit au « silence des évêque sous la nazisme » et à d’autres procès trop longs à développer ici. Puis un très gracieux « finalement, les religions, vous êtes des lobbys ».
Le coup de grâce fut donné, l’estocade, la mise à mort dans l’outrecuidance :
« J’ai vu à quel point peut être dans la ligné du pape actuel (…) vous lancez vos troupes, vous lancez vos évêques, vous allez lancer vos catholiques s’il en reste ! Mais jusqu’où allez vous aller ? Allez-vous encourager les manifestations dans la rue comme au moment de l’école libre ? Ne croyez-vous pas que nous devons en rester aux idées et à la philosophie et laisser aux députés que nous sommes décider, puisque nous avons été élus pour ça ? ».
Sommant le cardinal de s’expliquer, de s’autojustifier, ce qu’il ne fera bien évidemment pas, ne répondant à l’absurdité que par une réponse posée et simple.
Les 65 % de catholiques en France apprécieront l’insulte qui leur est faite : « s’il en reste »… Ils apprécieront aussi d’être assimilés aux petits soldats d’une « troupe » envoyée par les évêques.

En conclusion, les représentants des cultes n’ont eu chacun que deux à trois minutes pour répondre. À ces 35 minutes de feu nourri, de mensonges et de charge univoque contre les religions, surtout contre la religion chrétienne.

L’émission s’arrête. On hésite entre aller se coucher, regarder Arte pour enfin avoir de l’action, ou pleurer devant tant de malhonnêteté intellectuelle. Les heures sombres; appelées en grand renfort par des parlementaires acquis à la supercherie pour culpabiliser les religions; sont en train de revivre, frétillantes, sous les coups de projecteurs des plans fixes de cet exercice télévisuel. Une page que l’on voudrait tourner vite. Très vite. Et mesdames et messieurs les parlementaires, qui redoutez tant que les opposants à votre loi se fassent entendre dans la rue, vous qui avez pourtant arpentés joyeusement les pavés pour des combats qui vous semblaient justes, vous risquez de nous y envoyer tout droit, dans la rue. Quand le « débat » est à ce point falsifié, malmené, quand la démocratie devient simulacre de procès, le seul instrument démocratique justement qui nous reste est cette rue dont vous voudriez tant nous extraire. N’ayez crainte. Tout cela restera pacifique, parce qu’au mépris et à la haine nous répondrons par le respect et par l’Amour. Et surtout pas au nom de notre religion. Mais parce que nous sommes des citoyens debout, que ni l’insulte ni le mensonge n’intimident.
Rendez-vous le 13 janvier à Paris. »

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Claude Germain V 03/12/2012 17:53


Le PITOYABLE COMMUNAU-STALINIEN TOURRET ,ANTICLERICAL DE SURCROIT ,communiste dans les genes ,adepte de staline .Ce grand monsieur en apparence ,mais petit interieurement a bien la tete de
l'emploie de grand inquisiteur .


Remplie et bardé de gros diplomes, de titre multifonctions et multiemploies politiques , prouvant en definitive qu'il ne peut en assumer presque aucun correctement , a un ego explosif , ce qui
fait que le jour ou il disparaitra il explosera tellement bien que quelques jours apres ,il sera completement oublié comme si il n'avait jamais existé . On donnera son nom a une rue ou une
impasse et tout sera dit . Dix ans apres qui saura si il n'a jamais existé ......

philo 03/12/2012 17:40


Tout dans ce pays est faussé, injuste et dévoyé !


Nous marchons sur la tête, toutes les vraies valeurs ont été foulées au pied. De la part des socialo et de leurs copains rien d'étonnant; mais cette situation est également voulue par la droite
et le centre.


Pauvre France, tu vis tes derniers jours

DURADUPIF 03/12/2012 16:43


Au bord du gouffre; nous allons encore faire un pas en avant.

Pouf 03/12/2012 16:02


Excellent, le père Cariot !!!!


Un seul ennui, il nous a bien fait rire...sur un sujet doublement triste ! Le mariage homosexuel et son corollaire, l'adoption et la débandade de la démocratie.


Comme pour F.Hollande, les députés élus au premier tour et avec plus de 50% des inscrits ou même seulement des votants, devraient être les seuls à pouvoir dire qu'ils représentent le Peuple ( et
encore, avec les découpages et le nombre d'électeurs par circonscription, ce n'est pas vrai ). Tous les autres sont des élus "par défaut".


Nous avons les marques essentielles d'une dictature. Les Français sont-ils anesthésiés par leur fauteuil et leur télé ?


 

mfh 03/12/2012 15:59


pas de pb:le 13 janvier:J y serai..;mf