IRAN: les pages du Coran déchirées ou brûlées dans les rues iraniennes.

Publié le 24 Novembre 2010

            Un universitaire américain d’origine iranienne rapporte dans une émission de télévision de la chaîne PARS-TV que,  pour protester contre le régime dictatorial des mollahs, des Iraniens déchirent des pages du coran et les jettent à la rue durant la nuit.

Il y a plus de 35 ans, avant la révolution islamique, Bahram Moshiri a quitté son Iran natal pour émigrer aux États-Unis. Il s’est diplômé en Science des matériaux et en Génie chimique à l’Université Catholique d’Amérique de Washington D.C. tout en poursuivant des études approfondies sur l’Histoire et la Culture iranienne. Les vastes connaissances qu’il a accumulées dans tous ces domaines et le don d’une mémoire phénoménale lui ont permis d’animer avec succès plusieurs émissions de radio et de télévision mais aussi de donner de nombreuses conférences dans les universités américaines.

C’est ainsi que dans son émission du 15 octobre 2010 sur la chaine PARS-TV, qui diffuse en farsi pour les Iraniens vivant en exil, il raconte, entre autre choses, que des Iraniens protestent contre le régime des mollahs en déchirant des pages du coran pour ensuite les jeter à la rue.
 

Traduction de la vidéo:

0-1:00

Un seyyed (*) m’a raconté quelques petites choses : il m’a dit qu’on avait secrètement demandé aux mollahs de ne plus trop aller dans les lieux publics avec leurs habits de mollah …… c’est exactement ce que nous voulions, car les mollahs vont dans les écoles coraniques pour profiter, pour raconter des mensonges ou pour dire des insanités. Ils ne font que ça, dire des mensonges ou des cochonneries. On ne les a jamais entendu dire le moindre début de vérité.

1:00 - 2:00
Ils se pavanent avec leurs habits en affirmant qu’ils sont les représentants d’Allah. Les religieux sunnites, eux, arrivent et déclarent qu’ils sont les représentants de l’islam : «ça» c’est le coran et «ça» c’est Mahomet et encore certains ne l’acceptent pas parce qu’en fait Mahomet n’était qu’un facteur et ils disent qu’on n’honore pas un facteur. Alors que le mollah chiite iranien, lui, déclare qu’il est le représentant d’Allah, de Mahomet, d’Hassan, d’Ali, de Fatima, d’Husseyn etc … et : «puisque je suis le représentant de ceux-là vous, si vous voulez accéder à la vie éternelle, vous devrez me remplir la panse.»  Et à dire vrai n’est-ce pas comme ça ? Hormis profiter, se faire entretenir, faire travailler les autres et en retirer tous les avantages …. savent-ils faire autre chose ?

2:00 - 2:45
Avez-vous déjà vu un mollah travailler ? Porter une pelle sur l’épaule ? Ou encore être maître forgeron ? N’a-t-on jamais dit : «Voici un maître-forgeron , regardez, en plus, il est capable de prier …. ils ont de toutes petites mains, toutes petites pour ne pas travailler…. mais une grosse tête ! On leur a suggéré de ne pas être trop visibles car les gens en Iran ont pour eux une telle haine que  maintenant leurs vies sont en danger, leur intégrité physique est menacée.

2:45 - 4:00
Il m’a aussi  raconté qu’il y avait des bassidjis, dont le seul travail consistait à ramasser les corans déchirés dans les rues et à les faire disparaître. Des inconnus les déchirent et les jettent dans les rues et eux doivent les ramasser avant qu’il n’y ait trop de monde dans les rues pour s’apercevoir de ça. Quand j’ai entendu cela je me suis dit que ce n’est pas une chose à faire, que ce n’est pas convenable de déchirer un livre mais, bien entendu, il faut comprendre la haine des gens. Nos compatriotes sont tellement à bout, que leur dire de ne pas déchirer ce livre ne les atteint plus. Ils ont tellement été battus, ils ont tellement reçu de coups de fouets, perdu  leurs pères, vu leurs mères sacrifiées à l’islam, certains ont laissé un pied, une main ou un oeil dans les combats, d’autres sont devenus impotents suite aux guerres de ces messieurs, qu’ils méprisent maintenant ce régime et qu’ils en ont ras-le-bol de ce sujet [le livre].

4:00 - fin
Un nombre important de bassidjis font le nettoyage dans les villes vers 3 heures du matin. Il m’a parlé d’au moins deux villes en particulier, Téhéran et Ispahan …. les gens prennent les corans, les déchirent et les jettent au milieu de la chaussée et eux, les bassidjis nettoient les rues. On est arrivé au point que le régime islamique a tellement réussi son coup que les représentants de l’islam doivent se cacher et que le livre saint des musulmans est déchiré en petits morceaux et jeté dans les rues par les gens du peuple…..

 (*)  Seyyed ou sayyid : titre honorifique traditionnellement utilisé pour se référer à ceux qui disent être descendants du prophète de l’islam

Traduction Bivouac-ID.

Iran : Des Iraniens déchirent des pages du coran et les jettent à la rue

Cette information a été postée par Irani Aval sur Bivouac-ID, avec une mise en garde concernant l'extrait de l'émission dont il est question dans le billet (vidéo de gauche, en version originale farsi avec sous-titres allemands, traduction française par Bivoauc-Id ci-dessous) : "Nous ne savons pas à quel degré les informations qu’il donne sont fiables , mais nous avons choisi de vous les faire connaître et de vous laisser juger par vous-même." 

Il existe par ailleurs un groupe iranien, Fire on Quran, qui appelle à brûler des corans jusqu'à ce que la dictature islamique respecte la Déclaration universelle des droits de l'homme.

Voir les vidéos ICI

 


Lire aussi :

Aautodafé du coran, l’arrière plan historique et la vraie signification du geste, par Hélios d'Alexandrie

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article