Stagiaire, discriminé par son employeur parce que responsable de "Génération Identitaire"

Publié le 1 Décembre 2012

Fdesouche,

Je m’appelle Damien Rieu. J’ai 23 ans et je suis l’un des porte-paroles de Génération Identitaire et des jeunes identitaires lyonnais de Rebeyne!.

Vous m’avez sans doute aperçu ou entendu dans divers reportages ces derniers mois (Envoyé Spécial, Bourdin, etc.).

J’étais, jusqu’à ce matin en contrat de stage dans le cadre de mon alternance, en Master I de communication.

Ce midi, mon patron m’a convoqué pour me notifier mon renvoi, suite à mes interviews pour l’action de Poitiers et la Convention Identitaire.

Je travaillais depuis trois mois dans une maison d’édition lyonnaise, dans laquelle je gérais la communication.

Je paye aujourd’hui le prix fort de mon engagement politique. Mais je ne regrette rien. Ni Poitiers, ni la télévision. Au contraire, j’en suis fier plus que jamais.

Mais je vous écris aujourd’hui pour faire appel à votre solidarité, vous les lecteurs de fdesouche, pour lesquels je me bats au quotidien.

Je dispose d’une expérience dans la communication institutionnelle, le webmarketing, la communication municipale, les relations presses et évidemment tout ce qui concerne la communication politique.

Je suis également graphiste, monteur vidéo et j’ai une bonne connaissance de l’outil internet et des réseaux sociaux.

Je recherche donc un contrat de professionnalisation ou un contrat de stage dans le domaine de la communication, afin de pouvoir poursuivre mes études en alternance ou à défaut, toute proposition d’emploi dans ce domaine ou non, m’autorisant si possible à continuer mon travail de porte-parole.

Vous pouvez me contacter sur damien.rieu.pro@gmail.com

- Le reportage d’Envoyé Spécial
- Le débat avec Bourdin (RMC)
- Dans le magazine L’Express

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Polux 05/12/2012 06:58


N'y a-t-il rien à faire en justice ?

LA GAULOSE 02/12/2012 12:27


Je suis sure que vos allez trouver : tous les patrons français ne sont pas des boeufs .En tous cas, notez bien le nom de cet idiot.

Pouf 01/12/2012 16:24


J'espère qu'il existe quand même un vrai PATRON pour lui proposer quelque chose...Maintenant peut-être son patron a-t-il été l'objet de pression qui ne lui ont pas laissé le choix, ce que
j'espère car sinon, c'est un collabo et je le plains en pensant qu'il lui faudra se regarder dans la glace tous les matins et qu'en plus, quand le vent va tourner, sa décision en plus de la honte
lui coûtera chère ! Au point où nous en sommes, le bouchon ayant été poussé trop loin, il ne peut plus y avoir de pardon mais seulement un tribunal de Nuremberg et surtout remettre à l'ordre du
jour les travaux forcés.

Claude Germain V 01/12/2012 16:11


C'est bien dommage , si on avit eu l'adresse de sa "boite" on aurait pu telephoner a l'employeur , mais gentiment .....