Strasbourg : j’appelle la police pour dénoncer une invasion de niqabées… et suis éconduite !

Publié le 21 Août 2013

"Faire une loi pour ne pas l'appliquer, revient à autoriser ce que l'on veut interdire".

Cardinal Richelieu

 

Par Valérie Louvet Pour Riposte-Laïque

Samedi 17 août, séance de shopping en centre ville de Strasbourg. Précisions en préambule : il y a 30 ans, à Strasbourg, on parlait le français et l’alsacien. Aujourd’hui, on y parle le français et l’arabe… Strasbourg est dotée de la plus grande mosquée de France, financée pour le quart de son budget de construction par nos impôts (et inaugurée dans de grandes envolées lyriques, y compris de la part de Philippe Richert, UMP !). Car notre bon maire Roland Ries, islamophile éperdu, s’est arrogé le droit, sans consultation aucune de la population, d’élargir le régime concordataire à l’islam.

Les mosquées champignonnent donc dans les quartiers et dans les petites villes environnantes (saluons au passage la résistance d’Erstein). Et  Roland Ries s’enorgueillit d’avoir créé le premier cimetière musulman de France. (Ségrégation allant jusque dans la mort. ndlr Gérard Brazon)

Strasbourg est également le siège de plusieurs organisations salafistes très actives, et de nombreux projets d’attentat ont été déjoués dans notre ville.

burkaCeci pour contextualiser.

Donc, journée de shopping en ville. En temps normal, les voiles islamiques couvrent environ une tête sur dix ou onze dans le centre commerçant. Mais ce samedi, j’assiste, à ma grande consternation, à une déferlante sans précédent d’atours moyen-orientaux de tous types – voiles, hidjabs, abayas ainsi qu’un nombre non négligeable de niqabs, normalement interdits de séjour sur notre territoire.

Où que se posaient mes yeux, ils se heurtaient à des grappes de femmes voilées, pullulant de droite et de gauche, accompagnées d’un mâle adulte ou d’un ou deux adolescents. Loi sur le voile intégral bafouée partout, police absente, l’islamisme avait envahi les rues et places de Strasbourg. Des groupes de touristes, m’a-t-on dit, du Koweit et du Qatar (en vertu de quels démarchages opérés et marchés conclus par la Mairie ?).

Mon sang ne fait qu’un tour, la colère est trop forte, je décide d’agir. Et je vais interpeller un à un tous les groupes où se trouvent des femmes en niqab, leur rappelant la loi de mon pays,  leur enjoignant à se découvrir. Je les apostrophe publiquement, les suivant de magasin en magasin, j’exhorte les commerçantes à prendre position, à refuser à ces femmes hors-la-loi l’entrée de leurs magasins (comme elles le feraient pour toute personne en état d’ébriété, ou déambulant torse nu par exemple). Réaction : zéro.

Je menace d’appeler la police, vais finir par l’appeler.

Une première niqabée quitte la place Kléber pour se perdre dans les ruelles. Une autre daigne baisser son voile jusque sous le nez. Une troisième se précipite dans une pharmacie, ressortant le visage couvert d’un masque chirurgical…

Au cours de l’épisode, mue par une ardeur « résistante » démultipliée, je questionne quelques personnes assises au soleil devant les fantômes noirs :

« Etes-vous dérangées par ces femmes qui enfreignent la loi sous vos yeux ? ». « Non, elles ne font rien de mal »… » (!).

« Ne voyez-vous pas dans cette tenue une atteinte à la liberté des femmes ? ». « Non, elles doivent être libres puisqu’elles marchent dans la rue. » (!) etc, etc.

Quant à la police, la Municipale, elle n’est pas autorisée à verbaliser et me renvoie vers le 17. Au 17, on me répond qu’il  y a des problèmes plus graves – et on me raccroche au nez ! Croisant un peu plus tard une fourgonnette de la Police Nationale, je réexplique la situation. Réponse ironique et un brin méprisante : « Et alors, vous voulez qu’on leur mette les menottes, peut-être ? ».

Voilà donc où nous en sommes. Des élites islamophiles et islamisatrices, une population amorphe, sinon consentante, et une police qui choisit d’autoriser ou non, arbitrairement, les atteintes aux lois de notre pays, alors qu’elles sont payées par nos impôts pour les faire respecter.

Alors, si vous n’êtes pas aussi désespérés que je le suis, continuez, je vous en conjure, continuez à vous battre. Moi, mon énergie s’épuise et j’ai peur de lâcher…

Valérie Louvet

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Francais lambda 02/09/2013 22:03


Ce n'est pas l'islamisation qui m'inquiète, mais ce que vous êcrivez. Vous vous prétendez revolutionnaires alors qu'au fond combien d'entre vous font bouger les choses? vous êtes extremistes
votant extreme droite, surement Jean-Marie Le Pen quand il était en tête du FN pour certain d'entre vous. Votre facon de parler de la France, de Marine Le Pen, voire de hitler m'insupporte, et il
y a des choses qui moralement ne se disent pas dans la presse, et que vous êcrivez dans vos articles. J'étais un proche de Marine Le Pen quand elle à commencé en politique, au début elle était
contre les idées de son père, qui avouait en privé être proche du fascisme et en riait, elle a suivi les mêmes idées rascistes aux finales, et je suis parti de son cercles d'amis. Vous en avez
marre de votre France comme elle est, d'accord, mais ne polluez pas les autres avez vos idées noséabondes d'êxtrèmes droite, sur ceux je n'ai plus rien à vous dire à part que je me ferais un
plaisir de montrer ce site à qui de droit.


P.S.: révisez vos lois sur l'expression sur internet, c'est un conseil. 

Guy Loebl 24/08/2013 01:27


Le fond du problème soulevé par Mme Louvet peut et doit être ramené à son caractère purement juridique, sans la moindre connotation communautariste, religieuse, sociétale, islamophobe ou
islamophile ou quoi que ce soit :


- le laxisme des "forces de l'ordre" face à une infraction caractérisée aux lois de la République (comment peut-on d'ailleurs encore les appeler "forces de l'ordre" ? "Farce du désordre" serait
bien plus adapté)


- le laxisme d'individus forts en gueule mais qui ne bougeront pas le petit doigt dès qu'il s'agit d'agir


- la cupidité de certains commerçants qui préfèrent fermer leur gueule et mettre un couvercle de plomb sur leur dignité et leurs valeurs pour gagner quelques euros de plus


Être témoin d'une atteinte à la Loi et ne rien faire, c'est se rendre complice.


Oui, il y a des crimes plus graves, personne ne le conteste, tout comme il y a des "infractions" beaucoup moins graves, pour lesquelles les forces de l'ordre n'hésitent cependant pas à user d'une
répression aussi disproportionnée que scandaleuse, voire illégale.


C'est l'application arbitraire et discrétionnaire des lois qui est en cause, tout comme le seul fait d'attirer l'attention sur ces "anomalies" qui peut valoir des ennuis à celles et ceux qui en
ont le courage.


Les couards, eux, ne risquent rien, mais seront les premiers à se plaindre lorsqu'il sera trop tard.


Nous respectons l'Islam : nous retirons nos chaussures pour entrer dans une mosquée (même si ce n'est pas une Loi au sens juridique). Alors nous ne demandons rien d'autre que la réciprocité : le
respect des Lois de la République par toutes les personnes se trouvant sur le sol Français. Ni plus, ni moins.


Cela n'a rien d'islamophobe. Cela s'appelle tout simplement la Justice et le Respect.

francais lambda 22/08/2013 10:26


Mme Valérie Louvet,


Je suis un francais habitant à Strasbourg, et je vais vous parler sans mépris.


Je suis Catholique et apolitique, et en lisant votre texte, ce n'est pas tant l'islamophobi qui m'a fait peur (même si il fait peur à certaines personnes), mais c'est surtout votre façon d'écrire
qui m'a glacé le sang. Strasbourg n'est pas une exception, il faut arrêter de croire, parce que Strasbourg est assez rasciste (surtout dans les villages) qu'il vous venir dans vos maisons vous
envahir si cela continu. Votre site dit liberté? Cela entend liberté d'expresssion et bien comme tout les Francais, je donne le mien. Vos propos sont audacieux, mais de la à traiter le maire de
"islamophile éperdu", il n'y a plus d'audace, il y a de la colère certes, mais du mépris envers un être humain. Et pour votre information: En France, selon l'article 29 de la loi du 29
juillet 1881 sur la liberté de la presse1,
« toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme
l'imputation d'aucun fait est une injure. » (wikipédia - Légifrance.Gouv.fr)
Cela veut dire que vous risquez une contravention voire peine de prison. Par exemple: j'ai appris que le mots "pullulant" est un terme outrageant, car étant déstiné aux animaux et moucherons
ainsi qu'aux insectes de peites tailles. Nous voyons aussi que vous êtes très engagé, vous dites même "résistante", contre leur méthode donc de là nous n'avons aucun mal à faire le lien avec des
pensées radicaux. Encore un exemple, vous menacez de les faire arrêter en appelant la police, mais finissé par le faire vous même. Quelqu'un auraient porter plainte, c'est vous que l'on serait
venu embarquer. Car vous ne pouvait pas faire respecter la loi vous même devant le laisser aux autorités competentes ou passer votre chemin. Il y a en effet des crimes plus graves (meurtres,
prises otages, VRAI cas d'islamophobie,etc...) que simplement voire des femmes d'une autre religion. Mais vous avez tout de même raison pour le port de niqabs, interdits sur le territoire. En
publiant cette article donc, vous respectez la liberté d'expression, mais à vos risques et périls, car votre façon d'écrire et de faire justice vous-même ainsi que la mainière de parler du maire,
sont non respectable, et à cause de ces 2 ou 3 choses la, vous enfreignez également la loi. Notez que je n'ai mis evidemment que 1 article que je connais, il y en a beaucoup d'autres à se sujet,
qui pourrait vous concerner.


Cordialement,



Francis NERI 21/08/2013 22:30


Les avocats à STRABOURG Nous dit Lombard ! Il en est un qui vient d'êttre tête de liste RBM aux municipales. La plupart de ses collègues semblent vouloir l'ignorer . Ils pensent d'abord à leur
clientèle et surtout PAS DE VAGUES. Faut connaitre Strasbourg ils sont légitimistes celui qui tient le pouvoir tient la ville et personne ne bouge !

mika 21/08/2013 18:45


Bonjour à vous tous,


Que chacun fasse suivre ce genre de billet, sans commentaires, juste pour info, à nos députés et Sénateurs


http://www.assemblee-nationale.fr/qui/#suivant


http://www.senat.fr/senateurs/sencir.html


Peut-être n'en feront-ils rien, peut-être même continueront- ils de dire "je ne savais pas" mais avec le risque que les traces indélébiles, accumulées sur
leur messagerie, ne les rattrapent un jour..


 


 

lombard 21/08/2013 18:39


bonjour


pourquoi personne n'a contesté le dossier de cette grande mosquée ?? la plupart des dossier constitué par les communes sont attaquables ainsi que les élus au tribunal administratif.vous ne me
ferez pas croire qu il n'y as pas un seul juriste ou avocat sur la place de strasbourg (en lien ou non d'ailleurs avec les avocats de marine) pour contester chaque projet de mosquée !!


ou bien alors vous etes foutus!! dhimmis ou musulmans il vous reste comme choix!!

Epicure 21/08/2013 18:25


valise ou cercueil?


La guerre....d'abord.....


La "fuite des juifs" actuellement, semble un "Symptôme" léger que nous ne devrions pas négliger.....


Sauf à se prétendre surpris ensuite, comme le Pasteur Niemöller, que "ça retombe sur nous aussi"...!

Francis NERI 21/08/2013 18:17


Ce n'est pas le moment de lacher à Strasbourg comme ailleurs Valérie. les municipales approchent, c'est vrai que les Strasbourgeois sont endormis par la clique UMPS qui se passe le pouvoir
alternativement, mais si nous nous rassemblons pas vite, ce sera terminé pour nous, Strasbourg sera une ville Islamiste.
Et alors nous serons VRAIMENT ce que c'est que la guerre civile et nous aurons également à choisir entre la valise ou le cerceuil
Francis NERI


http://semanticien.blogspirit.com

Epicure 21/08/2013 17:45


1942: La Police de Vichy n'intervient pas contre les Résistants mais contre les dangereuses familles de juifs pauvres restés à Paris...


Où allez se planquer quand vous n'avez qu'une "Singer" et pas  de tissu pour travailler; et encore moins de fourrure qu'on vous a confisquée...?


Hé bien, cette belle police et l'Administration de notre Beau Pays... comme rêvait De Gaulle...n'ont pas changé.


C'est vous qui le faites, ce Pays. De quoi vous plaignez vous donc?