Strasbourg, nouveau faubourg d’Istanbul ?

Publié le 7 Février 2014

Par José Meidenger pour Bd Voltaire

« Une faculté de théologie islamique, un lycée en prévision, de nouvelles mosquées… les projets de la communauté d’origine turque à Strasbourg, forte de 15 à 20.000 personnes, sont nombreux », apprend-on ces jours-ci sur le site Rue 89 de Strasbourg. Véritable mine d’informations sur la Turquie,Rue 89 salue entre autres, béat d’admiration, « le projet de construire une nouvelle mosquée, plus grande, plus belle et digne d’accueillir la plus importante communauté d’origine turque de France ». Une demande de permis de construire a même été déposée en ce sens en décembre dernier par une association qui dépend du mouvement Millî Görüş (« Voie nationale religieuse »).

Débouté à MulhouseMillî Görüş remet le couvert à Strasbourg où l’on semble ignorer ses attaches extrémistes que l’on connaît pourtant bien outre-Rhin. Surveillé de près en Allemagne, le mouvement Millî Görüş – que le journal Die Zeit appelle la pieuvre de l’islamisme allemand – est même considéré par nos voisins comme une organisation extrémiste et contraire à la Constitution. L’équivalent allemand de notre DST note que « bien que Millî Görüş, dans toutes ses déclarations publiques, prétende adhérer aux principes de base des démocraties occidentales, l’abolition de la laïcité et l’établissement d’un système social et d’un État islamique sont, comme par le passé, toujours l’un de ses objectifs ».

Malgré cela, on ne s’inquiète pas outre mesure de ce côté-ci du Rhin : le dossier de la nouvelle mosquée de Millî Görüş poursuit tranquillement son cours et, contrairement au maire de Mulhouse, celui de Strasbourg ne semble pas vouloir y mettre son veto. « On a déjà rencontré le maire de Strasbourg plusieurs fois », jubile même Eyüp Şahin, responsable régional du Millî Görüşpour l’est de la France et président du Conseil régional du culte musulman en Alsace. Sur le blog de Rue 89, le représentant de Millî Görüş pose fièrement avec le ministre turc des Affaires religieuses, Bekir Bozdağ, venu consulter le projet de la nouvelle mosquée de Strasbourg.

L’adjoint au maire écologiste, en charge de l’urbanisme strasbourgeois, rêve quant à lui d’une mosquée à colombages avec, sur le toit, un nid de cigognes que ne renierait pas Hansi : « Il ne faudrait pas, réagit-il, que la nouvelle mosquée envoie un mauvais message. La communauté turque musulmane participe à la cité de Strasbourg, ce serait bien que le lieu de culte emblématique de cette communauté le traduise, plutôt que d’évoquer Istanbul. »

Qu’à cela ne tienne : à Strasbourg, toujours selon Rue 89, la communauté d’origine turque a plus d’un derviche tourneur dans son sac, en citant pêle-mêle : « L’association Semerkand (qui pratique un islam soufi) aimerait construire un nouveau bâtiment de 4.000 m², le mouvement Fethullah Gülen veut construire un lycée privé après le collège Selman […] Quant à l’État turc, il finance un nouveau consulat […], la nouvelle faculté de théologie […] dont le campus comprendra lui aussi une mosquée. » Depuis 2012, précise encore Rue 89, Strasbourg a en effet l’ineffable privilège d’accueillir la première « faculté de théologie musulmane », dans des « locaux qu’elle a acquis avec le soutien de la municipalité socialiste […]. La faculté servira de laboratoire à l’organisation de la diaspora turque en Europe. »

Enfin, kirsch (cerise) sur le loukoum : un sémillant quadra d’origine turque, Tuncer Sagmaler, passé par le PS et l’UMP, conduira une liste aux municipales, soutenu par le COJEP (Conseil de la jeunesse pour l’égalité et la paix), l’une des plus importantes associations de la communauté turque en France. Il avait raison, notre adjoint écolo : au train où va l’Orient-Express, Strasbourg sera bientôt un faubourg d’Istanbul… Strasbourg, alias Islam-bol (« là où l’islam abonde ») !

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

DURADUPIF 08/02/2014 22:47


Ils auront l'Alsace et la Loraine. Ca on va pas aimer. Le temps qu'on finisse Maginot et on sera à vous.

Marie-claire Muller 07/02/2014 18:08


J'ai moi même habité Mulhouse avant "d'émigrer" en Gironde car la politique du léche babouche nommé BOCKEL encourageait les turcs à "s'emparer des immeubles" des pauvres alsaciens qui n'avait
plus qu'à se casser pour ne pas subir de représailles de la part des envahisseurs!!A L UMPS ET A L UE TOUS DES TRAITRES!!!


SUR BOULEVARD VOLTAIRE 2 COMMENTAIRES:


Lionel Viallet · Meilleur commentateur



"Tous ces turcs "alsaciens" nous viennent d'Allemagne d'où ils ont été virés à la fin de leur contrat de travail, il y a une trentaine d'années (Mitterrand et l'accueil des étrangers, ça vous
dit)"

Pas tout à fait d'accord sur le timing. Les Turcs, s'ils sont venus d'Allemagne où il y a quand même une communauté turque bien plus importante qu'en France, n'ont pu le faire que bien après la
réunification de l'Allemagne ... les Allemands de l'est les ayant plus ou moins remplacés dans les basses classes de la société allemande. Je vivais en RFA, à l'époque, il y a trente ans et il
n'y avait pas beaucoup de Turcs. A noter que les logements destinés aux militaires français servant au titre des FFA ont été redonnés aux Turcs quand la France a quitté ce pays soit quelques
années après l'éclatement du mur de Berlin, vers le milieu des années 90.
Pour ceux qui vont à Strasbourg, traversez le pont de l'Europe et quand vous arrivez à Kehl vous serez accueilli par une mosquée à double minaret.



Répondre · J’aime · Modifié · il y a 6 heures




Manon
Heitz · Meilleur commentateur · Webmaster/Webdesigner à Informaticienne


Lionel Viallet => merci ,je confirme je vivais à strasbourg et j'avais vu ............Mme trautmann etait maire à cette époque et l'on m'avait ri au nez quand j'en parlais autour de moi et
l'on me traitais de raciste à cette époque,époque ou l'on a commencé à brûler les voitures à nouvel an , époque ou Bichwiller est devenue Turcwiller...........et j'ai vu petit à petit cette
ethnie racheter toutes les maisons (je travaillais à bichwiller) et habitais Weitbruch et mes enfants allaient au collège à haguenau! j'ai déménagée peu de temps apres (1995) car mes enfants
n'etaient plus en sureté au collège(mon fils a subi des remontrance à la batte de baseball en sortie d'école car il etait bon élève) que du vécu de mon coté qui m'a fait fuir mon département!