Succès manifeste des opposants au mariage gay

Publié le 14 Janvier 2013

 

 

“Mariage gay”. Les organisateurs de la “Manif pour tous” ont revendiqué 1 000 000 de manifestants au Champs-de-Mars, ce 13 janvier, contre le projet de loi sur l’ouverture du mariage et de l’adoption aux homosexuels. La police, elle, en a dénombré 340 000. Suffisamment pour que l’Élysée reconnaisse le succès d’une manifestation “consistante”.

 

Partis à 13 heures en trois cortèges différents, de la porte Maillot, de la place d’Italie, de la place Denfert-Rochereau, les manifestants sont arrivés en milieu d’après-midi au Champ-de-Mars. A 17 h 15, les écrans géants déployés par les organisateurs ont affiché le chiffre des manifestants, selon les organisateurs : 800 000 manifestants – 340 000 selon la police (les chiffres étaient respectivement de 200 000 et de 70 000 pour la précédente manifestation, le 17 novembre). Tous les manifestants n'étant pas encore à ce moment au point d'arrivée, le chiffre des organisateurs montera ensuite à un million. Des manifestations ont également eu lieu à l’étranger – plusieurs centaines de ressortissants français ont ainsi manifesté à Rome contre le projet de loi Taubira – ou outre-mer : entre 1800 et 5000 manifestants à la Réunion. Plusieurs milliers de personnes ont également défilé à Paris à l’appel de l’institut Civitas.

Dans les rangs de la “Manif pour tous”, parmi des centaines de milliers de citoyens anonymes venus en famille de toute la France, on reconnaissait des hommes politiques – Bruno Gollnisch, Marion Maréchal ou Gilbert Collard pour le FN, Jean-François Copé, Laurent Wauquiez, Claude Guéant ou Brice Hortefeux pour l’UMP, mais aussi Christine Boutin ou Philippe de Villiers, sans oublier quelques élus de gauche. Mais aussi nombre d’ecclésiastiques, parmi lesquels Mgr Barbarin ou Mgr Aillet, évêque de Bayonne ; Mgr Vingt-Trois, lui, est venu encourager les manifestants au départ de la place Denfert-Rochereau.

Mais seuls les porte-paroles de la “Manif pour tous” et les représentants des associations organisatrices ont pris la parole sur le podium du Champ-de-Mars. Après les discours, un texte a été lu interpellant François Hollande : « Vous, Président de la République, serez-vous celui qui décrètera que l'on peut naître sans homme ou sans femme ? » et lui demandant de suspendre le projet de loi, de convoquer des états-généraux de la famille et de recevoir les représentants de la manifestation. L’Elysée a répondu par un communiqué reconnaissant qu’il s’agissait là d’une manifestation « consistante » qui « exprime une sensibilité qui doit être respectée » mais qui « ne modifie pas la volonté du gouvernement d'avoir un débat au Parlement pour permettre le vote de la loi ».

Valeurs Actuelles

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Du côté des médias

Commenter cet article

Pouf 14/01/2013 14:58


Bien sûr qu'il ne veut pas convoquer les ÉTATS GÉNÉRAUX...CAR après...souvenez-vous....