Sud-Ouest: un an après, regrettez-vous d’avoir voté pour Hollande ?

Publié le 3 Mai 2013

J’ai toujours voté à gauche, mais aujourd’hui je voterais blanc. Je me doutais bien que François Hollande n’était pas quelqu’un d’énergique, mais j’ai cru à son projet de changement autant qu’à sa promesse d’aider un peu plus les travailleurs, et moins les riches. Sauf que depuis il n’a rien fait. Le smic, par exemple, n’a pas été augmenté. Pire, il a supprimé les heures supplémentaires défiscalisées, l’une des seules bonnes idées de Sarko. Du coup, c’est travailler plus pour gagner moins… Pour les gens comme moi, une heure ou deux par semaine, cela permettait de compenser l’augmentation que nous n’obtenons pas. Ça motivait aussi un peu plus au boulot : je travaille auprès des personnes âgées, et là aussi les moyens sont à la baisse.

Parfois, avec mon compagnon - qui vient juste d’obtenir un statut d’auto-entrepreneur -, on se dit que la vie ne serait pas plus dure si nous étions tous les deux au chômage. Notamment pour payer notre loyer de 740 euros, puisque nous n’avons droit à aucune aide. Je n’attendais pas de miracles de François Hollande, mais j’espérais que son gouvernement ferait bouger les choses à sa place. Au lieu de ça, il nous a détournés des vrais problèmes économiques avec sa loi sur le mariage gay. Une bonne mesure, c’est vrai, mais un détail par rapport à tout ce que nous espérions. Sans parler de l’affaire Cahuzac, qui me laisse imaginer qu’ils sont peut-être tous corrompus. Si c’était à refaire, je ne revoterais donc pas pour François Hollande, mais certainement pas non plus pour Sarkozy.

Et puis il y en a qui ne comprendront jamais rien! toutefois je m'étonne que l'on donne la parole à égalité. Hollande n'a plus que 25% de français qui lui font confiance! Pourquoi faire du 50/50? 

  • NON
    Abdelhalim, 36 ans. Professeur en lycée technique à Agen

Je ne sais pas si je suis une espèce en voie de disparition, mais je n’aurais aucun état d’âme à voter à nouveau pour François Hollande aujourd’hui. D’abord parce que je me sens toujours fier d’avoir contribué à nous débarrasser de Nicolas Sarkozy, et que, vu les difficultés de la conjoncture actuelle, je trouve que les critiques dont il fait l’objet sont très prématurées. Attendons de voir concrètement ce qu’il fait plutôt que de le bousculer par notre impatience.

En revanche, je ne suis pas surpris par sa faible cote de popularité, car je comprends que les électeurs sont déçus de voir que le changement ne va pas aussi vite que prévu, que leur quotidien ne s’est pas amélioré, voire qu’il s’est aggravé. Pourtant, je continue d’espérer qu’il fera tout ce qui m’a poussé à voter pour lui : travailler sur l’emploi, sauver notre pouvoir d’achat et l’Éducation nationale, et puis aussi moderniser un peu la vie politique en faisant appliquer le non-cumul des mandats. Mais n’oublions pas qu’il a été élu pour cinq ans, pas pour douze mois. Sans doute a-t-il été trop ambitieux en sous-estimant les difficultés du pays, alors peut-être qu’un petit remaniement ferait du bien. Déjà parce qu’il y a beaucoup trop de ministres. Hélas pour lui, je crois que Jean-Marc Ayrault ne va pas tarder à servir de fusible, comme tout bon Premier ministre de la Ve République. Pour le reste, je me moque de tous les couacs que l’on stigmatise. Seuls ceux qui ne font rien sont à l’abri de ce genre de problèmes.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Pivoine 03/05/2013 14:53


C'est à cause de tels hurluberlus que nous en sommes là aujourd'hui !

marco 03/05/2013 14:15


De toute ma vie je n'ai jamais voté a gauche et ce n'est pas demain que je commencerais.