Suisse : Des kits porno pour les écoliers de maternelle et de primaire.

Publié le 16 Avril 2014

C'est bien connu, il faut que nos enfants ne fassent plus de différences entre leurs sexes qui ne sont au fond qu'une idée, un réflexe bourgeois, une sacralisation judéo-chrétienne de vieux restes de moralistes. Dans peu de temps, les enfants se baladeront "à poil" si j'ose dire dans les cours de récréation histoire de leur faire comprendre que le "zizi" et la "mounette" ne sont pas des marqueurs importants et que le sexe au fond est dans la tête. Ce que ma grand-mère disait d'ailleurs en parlant des garçons, "ils ont une bite à la place du cerveau."

On se demande ce qu'il y a à la place du cerveau de nos sociologues et autres "scientifiques" de la culture.

Gérard Brazon

 

 

 

 

Il y a deux ans déjà, la pétition contre « la sexualisation de l'école publique » recueillait près de 92 000 signatures en Suisse alémanique. C'est notamment l'utilisation de pénis en bois et de vagins en peluche qui a été durement mise en cause par de nombreux parents, pédagogues ou simples citoyens. Le fameux Plan d'enseignement 21, devant entrer en vigueur dès 2014 outre-Sarine, s'est attiré les foudres d'une large partie de la population, à commencer per les jeunes UDC lucernois (qui sont du reste à l'origine de la pétition).


L’initiative conjointe du Office fédéral de la Santé Publique et du Ministère de l’instruction publique vise ainsi à instaurer des cours obligatoires d’éducation sexuelle, et ce dès le jardin d’enfants. Pour ce faire, une livraison de « kits de formation » très spéciaux devrait être effectuée auprès des enseignants de l’école maternelle et de primaire : ce n’est rien de moins que des «Basler Sexboxen» («SexBox») qui doivent être distribuées.

Ces ‘boîtes magiques’ contiennent entre autres des pénis en bois et des vagins en peluche, sans oublier des manuels encourageant les enfants à se toucher et découvrir leur propre corps et celui des autres. Et c’est notamment le livre de bandes dessinées et de vignettes Lisa und Jan qui servira de base pédagogique : parmi la multitude d’images, on retrouve une petite fille en train de se masturber pendant qu’une autre l’observe, un petit garçon en train de se toucher sous les draps et qui éclaire ses parties intimes avec une lampe torche, une femme en train d’enfiler un préservatif à un homme, un enfant en train d’espionner ses parents en plein acte sexuel par la fenêtre … 

Plus d'infos » 
Source: "Suisse : Des kits porno pour les écoliers de maternelle et de primaire"  (Rorschach) Jan 27, 2014 07:20 am)

Information reprise par prorussiaTV

(...)L'imposition du Gender n'est pas un fait français. C'est une volonté imposée aux nations. Comme c'est le cas en Suisse, où dans le canton de Bâle, des «Sexbox» contenant du matériel pornographique ont été préparées à l'intention des écoles maternelles et primaires ! Où encore en Allemagne, où des parents on été mis en prison 40 jours pour avoir refusé que leurs enfants suivent ces cours. C'est bien la famille, en tant que cellule de base de notre civilisation européenne, qui est visée. Le droit à la scolarité à la maison est donc un des actes de résistance possibles contre l'utilisation de nos enfants comme cobayes sexuels.

Source: "La théorie du "Gender" sera imposée à tous… quitte à interdire l'école à la maison" (ProRussiaTv Jan 27, 2014 03:00 pm) Le journal de VDLRUssie par chapitre 

Nos enfants sont en danger: la théorie du genre tue

 En 1966, une circoncision ratée laissa Bruce Reimer, alors âgé de 8 mois, sans pénis. Sur la recommandation de Money, 14 mois plus tard, on décida de faire du bébé une fille : on procéda à une ablation des testicules et on rebaptisa Bruce Brenda. Money recommanda également un traitement hormonal lourd à base d'œstrogènes (ce qui fut fait) ainsi qu'une vaginoplastie à la puberté (ce qui ne fut pas fait).

Suite de l'article » 
Source: "Nos enfants sont en danger: la théorie du genre tue" (noreply@blogger.com (Guy Fawkes) Jan 26, 2014 06:18 pm)

Depuis la loi sur le Mariage pour tous, les mots « Théorie du Genre » (ou Gender en anglais) refait surface. Né dans le milieu des années 40 et ayant pour « père » John Money, un sexologue et psychologue néo-zélandais, la théorie cherche à démontrer qu'il n'y a pas de genre établi d'avance et que l'on a le choix d'être « fille » ou « garçon », en dépit du sexe que mère Nature attribue. Si jusqu’alors, la Théorie du Genre n'était que peu abordée, elle revient, doucement mais sûrement, bousculer des acquis fondamentaux, au point de semer le trouble dans l'esprit des enfants et la peur dans celui des parents.

Comment cette théorie s'introduit-elle dans les écoles ?

Plusieurs moyens sont mis en œuvre et parfois de façon insoupçonnée. Dès la maternelle par exemple, les enfants sont amenés à jouer avec la mixité. Les petits garçons peuvent jouer à la dînette et à la poupée, tandis que les petites filles, elles, peuvent jouer aux voitures ou au ballon.

Les toilettes sont mixtes et ne sont pas individuelles, ce qui pousse la curiosité de certains à regarder et s'interroger sur les différences entre filles et garçons. Jusque-là, rien de réellement alarmant, après tout, cela se retrouve également au sein d'un même foyer, composé de deux enfants de sexes différents.

Mais parfois, cela va bien plus loin. En Suisse, par exemple, a été introduit dans le système éducatif une « sexbox » dédiée aux enfants, de la maternelle au primaire. Cette box contient du matériel pornographique (pénis en bois, vagins en « peluche », des manuels encourageant les enfants à se « toucher » et découvrir leur corps), L'innocence des enfants prend un virage à 180° d'un coup, sans que les parents ne puissent donner leur accord ou exprimer le moindre avis. L'État endosse donc de nouvelles responsabilités en se substituant aux parents, afin de leur ôter leur propre rôle quant à l'éducation sexuelle de leurs enfants.

Source: "Théorie du Genre – Réalité ou Conspiration ?" (Drol2Dam Jan 27, 2014 02:30 pm) Revue de presse, Vidéos, Education, Education sexuelle, Famille, Gender, John Money, Sexualité infantile, théorie du genre

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Coups de gueule

Commenter cet article

Pivoine 18/04/2014 15:34


Il y a à n'en pas douter des intentions cachées derrière cette fameuse théorie. Plus tôt on initie les enfants à la sexualité, plus vulnérables ils sont aux actes pédophiles !