Supplique au Président de la République. Sans grand espoir...

Publié le 23 Mars 2010

                Une élection qui continue à faire des vagues. Il faut que le Président Nicolas Sarkozy se rende compte que les Français veulent le candidat Nicolas Sarkozy de 2007.
Celui du Karcher, de la parole vraie. Celui qui a libéré le texte et la parole et qui n'a pas hésité à parler d'identité nationale, de drapeau et de fierté d'être français. Il est où ce Nicolas Sarkozy?
           C'est le sens profond de l'abstention et de la montée du Front National. Au jour d'aujourd'hui ou les biens pensants ne cherchent plus qu'à faire taire les rares éditorialistes qui l'ouvrent encore comme Eric Zemmour qui dit ce qu'il pense avec beaucoup de talents. Stéphane Guillon avec humour parfois grinçant, en attendant Yvan Rioufol.
            Presque 3 ans après son élection, ce n'est pas la liberté d'expression qui a le vent en poupe c'est un vent moralisateur, un vent puritain, un vent qui sent mauvais, qui sent l'autoritarisme au nom de la bien pensance, au nom du politiquement correct et des associations qui proposent la dictature de la pensée prémâchée et formalisée. 
             Aux femmes et aux hommes de liberté qui parfois voire, souvent appuient  ces demandes d'interdiction tous azimuts, je leur dis, paraphrasant Hemingway: "Ne te demande pas pour qui sonne le glas, c'est pour toi..." 
            Ce n'est pas pour ça que j'ai voté en 2007. Ce n'est pas pour ça que les français de droite ont voté en 2007. Ce n'est pas pour voir le drapeau français brûlé par des jeunes français qui l'ont remplacé par un autre, celui d'un pays étranger sans que cela n'ait eu de conséquences pour ceux qui ont autorisé cette forfaiture. 
            Retournez aux fondamentaux Monsieur le Président. Cessez ces nominations de socialistes qui troublent l'opinion de la droite et concrétisent l'idée que la droite est idiote. Cessez de faire la cour à des écologistes qui se moquent bien de vos avances. Des ouvertures pour des gens qui, dans leur énorme majorité, voteront contre vous.  Ils se gaussent de vous, ricanent en coin, vous assassinent dans les médias, crient victoire sur les vecteurs d'opinions comme les blogs et le Net. Dites-vous bien que jamais un gouvernement de gauche ne tentera de s'ouvrir sauf s'il est contraint comme François Mitterrand l'a été en 1988 à des personnalités du centre droit.
           Les français vous ont élus pour appliquer une politique de droite humaniste ertes mais ferme sur les principes dont et surtout la laïcité, sur des idées pour sortir de la spirale infernale du chômage,  sortir de l’assistanat, sur la sécurité dans les cités, les villes et non seulement sur la route et surtout sur le respect de la Nation et de ses valeurs.

Gérard Brazon 


 Voivi un extrait de l'édito de Riposte-Laïque:

Pourquoi cette débâcle de l’UMP ? Certainement pas, malgré ce que racontent les caciques du PS, grâce au charisme de Martine Aubry ! Tout simplement parce que les Français ne sont pas idiots, et constatent, chaque jour, le décalage abyssal entre les propos de campagne de Nicolas Sarkozy, et notamment les discours d’Henri Guaino, dans lesquels beaucoup se sont reconnus, et la réalité de sa politique.

Ce qu’ils reprochent au président de la République, et par ricochet à l’UMP, ce n’est pas l’utilisation du mot "karcher" (repris depuis par Fadela Amara), mais de ne pas l’avoir passé, depuis près de 3 ans de pouvoir, et de constater que le gouvernement est de plus en plus incapable de faire respecter l’ordre dans les Territoires perdus de la République.

Ce qu’ils reprochent à Nicolas Sarkozy, c’est de tolérer qu’en France des voyous se permettent de tenir tête à la police, et le plus souvent de bénéficier d’une impunité insupportable, quand les automobilistes se font racketter pour le moindre excès de vitesse.

Ce qu’ils reprochent à Nicolas Sarkozy, au-delà des effets d’annonce de 30.000 expulsions par an, c’est qu’en période de chômage de masse, l’immigration continue à progresser, même si la majorité des démographes en cachent la réalité. Comment ce gouvernement peut-il expliquer aux Français que la population a pu progresser, en 8 ans, de 5 millions d’habitants, alors que la différence entre les naissances et les décès ne représente que 2 millions d’habitants ? Comment peut-il ne pas voir que cette nouvelle immigration, issue essentiellement de pays musulmans, empêche l’intégration des derniers arrivés, souvent les plus frappés par le chômage ? Comment peut-il ne pas voir qu’elle renforce l’offensive de l’islam en France ?

Ce qu’ils reprochent à Nicolas Sarkozy, qui avait parlé des Français qui se lèvent tôt, et de la feuille de paie, lors de sa campagne, c’est que, dans une période où les caisses sont vides, où le déficit s’accroît, la solidarité nationale profite beaucoup plus à une politique de l’assistanat qu’aux travailleurs, qui, notamment dans le privé, subissent la menace des délocalisations, la pression du chômage de masse, et, dans certains secteurs, la concurrence de travailleurs immigrés qui contribuent à tirer les salaires vers le bas.

L’historien britannique Théodore Zeldin disait, dans son "Histoire des passions françaises", "Aucune nation, aucune démocratie, ne peut écrire sa propre histoire sans reconnaître à la France une dette ou une influence directe. L’histoire de France aura toujours un sens pour l’histoire universelle".

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Coups de gueule

Commenter cet article

grignan 24/03/2010 22:38


Il y a une erreur de débutant sur le lien "l'édito de Riposte-Laïque:"
Le lien ouvre la page
http://www.ripostelaique.com/spip.php?page=sommaire
qui contient effectivement l'article dont vous citez l'extrait.
SAUF QUE...
Sauf que dans une semaine cet éditorial va changer, et donc votre lien ouvrira un nouvel article, qui n'aura rien à voir avec l'extrait cité.
Le lien permanent pour l'éditorial que vous citez se trouve de la manière suivante :
Archives > (Sélectionner N°136) > Edito 22 mars : clic droit sur "7 Français sur 10 ne veulent plus de Sarkozy-Aubry" > Copier l'adresse du lien
puis coller, et on obtient le lien permanent (à reporter dans votre article) :
http://www.ripostelaique.com/7-Francais-sur-10-ne-veulent-plus.html