Sur l’islamisme et sur la menace iranienne de Michel Gurfinkiel.

Publié le 8 Décembre 2010

Michel Gurfinkiel publie ce matin sur son blog un article intitulé « de Rubenstein à Bat Ye'Or , Quand un éditeur catholique français publie des livres exceptionnels sur l’islamisme et sur la menace iranienne… » Je reproduis ici l'article :

 

C’est à vingt ans, en 1944, que Richard Rubenstein découvrit l’Holocauste. Il était étudiant au Hebrew Union College de Cincinnati, le séminaire rabbinique du judaïsme réformé américain. Dans cet établissement huppé, la règle voulait que les élèves prissent leur petit déjeuner en blazer et cravate. Des serviteurs noirs, gantés de blanc, versaient le café, le thé et le chocolat dans des tasses de porcelaine. En temps de paix, le silence eût été de rigueur. Mais c’était la guerre : on écoutait donc la radio. Un matin, il fut question, sur les ondes, de l’assassinat des Juifs en Europe. Jusque là, sur ordre de la Maison Blanche, peu d’informations avaient circulé à ce sujet. Mais quelques journalistes juifs avaient décidé de passer outre, et révélaient soudain à l’opinion, pour la première fois, les dimensions véritables de ce crime, et surtout qu’il se poursuivait, alors même que la victoire des Alliés ne faisait plus de doute. Rubenstein écoutait, médusé. Entre les rituels de table de l’Hebrew Union College et ces nouvelles, le contraste était trop abrupt.

 

Le sentiment d’irréalité qu’il éprouva ce jour-là, Rubenstein n’a jamais cessé de l’éprouver. Devenu rabbin réformé, il écrivit dans un essai publié une vingtaine d’années plus tard, en 1966, que« Dieu était mort à Auschwitz ». Le thème nietzschéen de la « mort de Dieu » était alors à la mode chez les théologiens chrétiens. En général, cet événement était présenté de façon positive : une certaine image de Dieu, reflet des angoisses humaines, s’effaçait, ce qui allait permettre l’émergence d’une religiosité nouvelle, « libérée », en particulier, des « archaïsmes bibliques » en matière de moeurs. Mais Rubenstein, en théologien juif, affirmait le contraire : un monde où le Dieu traditionnel, celui de la Bible, avait été « tué » à travers son peuple, ne pouvait que retourner au chaos et au néant. Ce n’était pas un hasard, selon lui, si l’arme atomique était apparue au lendemain de l’Holocauste.

 

Du judaïsme réformé, Rubenstein est passé par la suite à un judaïsme plus traditionnel, et d’une certaine forme de rabbinat à l’université. Mais il a poursuivi, à travers une œuvre considérable d’historien et de philosophe, la même réflexion sur l’Holocauste. L’un de ses derniers livres, Jihad et Génocide nucléaire, vient d’être publié en français par un éditeur d’inspiration catholique, Les Provinciales. C’est probablement, sur l’acquisition de l’arme nucléaire par l’Iran, l’analyse la plus profonde publiée à ce jour. Rubenstein rappelle que le jihad, le commandement d’une« guerre sainte » islamique, a souvent tourné au génocide (du massacre général des Juifs d’Arabie, au VIIe siècle, à celui des Arméniens de l’Empire ottoman, au XXe). Il souligne que l’effort nucléaire actuel de l’Iran repose, en dernier ressort, sur le projet d’un second Holocauste, la destruction instantanée du pays et du peuple d’Israël. Enfin, il note que détruire Israël et les Juifs revient, dans l’islam extrémiste comme autrefois dans une certaine chrétienté ou la paganité, à rejeter le Dieu de la Bible. Il aborde aussi, de façon plus périphérique, l’étrange attitude d’une partie de l’Occident, qui refuse de regarder en face la menace islamiste actuelle, tant sous ses formes sunnite que chiite. On souhaiterait que chaque ministre et chaque député, en Europe et en France, prenne le temps de consulter cet ouvrage.

 

Les éditions des Provinciales publient au même moment un autre ouvrage capital, L’Europe et le Spectre du Califat, par la chercheuse britannique Bat Yeor. Dans la ligne d’un ouvrage plus ancien, Eurabia, l’auteur y retrace les conditions dans lesquelles un islam souvent extrémiste a été autorisé, sinon encouragé, à s’installer dans les pays occidentaux. Et relève à cet égard le rôle de l’Organisation de la Conférence islamique (OCI), une sorte d’Onu bis réservée aux pays musulmans, qui se présente comme un « califat collectif » : c’est à dire le coordinateur d’unjihad à la fois spirituel et temporel.

 

L’Europe et le Spectre du Califat a été l’objet d’une étrange affaire. Le 18 novembre, Bat Yeor devait présenter son livre à Paris, dans le cadre du Cape, un centre de discussion sur les affaires internationales réservé aux journalistes. Mais cette conférence a été annulée, ce qui n’arrive presque jamais dans cette institution : sur intervention directe de l’autorité de tutelle, le Quai d’Orsay. Les hauts fonctionnaires à l’origine d’une telle décision n’ont apparemment pas compris qu’en censurant Bat Yeor, ils validaient son argumentation, et confirmaient que l’islamisme dispose désormais de connivences au plus haut niveau dans les pays occidentaux. Notre consœur Véronique Chemla donne tous les détails dans son blog (www.veroniquechemla.info).


© Michel Gurfinkiel 2010

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

muller marie-claire 08/12/2010 17:25



Bonjour Gérard!! alors le jour approche??dommage que j'habite Bordeaux!peut être pourrons nous venir!!!


Je trouve que les événements se précipitent car l'envahisseur prends le mors aux dents et  se rend compte que ses ruses sont éventées!!!grâce à INTERNET et aux gens vigilants(comme vous)qui
nous mettent en garde


Un message de Nina que j'apprécie beaucoup:



Le temps des valises - par Nina






 


Frits Bolkestein, ex-commissaire Européen vient de déclarer : "Les juifs conscients
doivent réaliser qu'il n'y a plus d'avenir aux Pays-Bas". Il leur conseille d'émigrer vers les USA ou Israel car leur avenir est compromis à cause des nouvaux Néerlandais
marocains."


 

Décidément, nos futurs Maîtres en Europe vont vite en besogne. Les opprimés arabo-musulmans qui haissent la France et les
pays européens colonisateurs, n'auront rien trouvé de mieux que de nous coloniser à leur tour sans pour cela faire usage de forces armées.

 


Non ! Nous leur avons simplement ouvert les portes, construit leurs HLM, regroupé leurs familles et mieux encore construit
des mosquées, ces centres de culture islamique et tout un tas de petits arrangements avec leur cher islam pour qu'ils se sentent "comme à la maison".

 


Le problème est que c'est devenu LEUR maison et que nous n'avons plus
aucun recours pour les dégager du territoire national.



Les nouveaux Maîtres ont des exigences de plus en plus pointues en matière d'installation de dhimitude. Ils veulent faire
virer les juifs pourtant français ou belges ou néerlandais, etc...



Ils disent que leurs frères palestiniens doivent être vengés mais je pense qu'ils sont tout d'abord respectueux de leur
coran qui lui, sans ambiguïté, appelle à tuer les juifs jusqu'au dernier pour hâter le jugement dernier.



Partout en Europe, les juifs sont chassés par l'arrivée des nouveaux Maîtres. 

 


Bolkenstein fait pourtant une distinction croit-il. Il parle de "juifs conscients"; il faut entendre par là, des juifs
portant kippa et costumes noirs. Les autres, en se planquant bien peuvent résister en arborant aucun signe juif jusqu'à ce que nos nouveaux Maîtres décident ce qu'il conviendra de coudre sur nos
vêtements.



Si nos concitoyens encore aveuglés par l'islamisation ne prennent pas la mesure du danger, alors oui, chers amis juifs,
cassons-nous !



En France déjà, nous ne pouvons envoyer nos enfants dans les écoles républicaines sous peine de les voir se faire molester,
invectiver et complètement lâchés par leurs profs qui eux sont si soucieux de la "diversité".



En France toujours, nous devons nous organiser pour notre sécurité autour de nos lieux de culte, de nos évènements
culturels, de nos écoles bien remplies pour cause de défaillance du système républicain, de nos quartiers.



On revient petit à petit au ghetto afin de nous protéger. Est ce cela que la République Française, dans laquelle nous
sommes pour une très large majorité de bons citoyens, réserve aux juifs de France ?



On nous vend à nouveau pour avoir la paix avec la majorité des primo-arrivants qui n'ont que haine, violence, rancœur
injustifiées pour notre pays ? 



En Angleterre, les écoles juives sont entourées de plus de 8 mètres de hauteurs de barbelés et constamment surveillées par
les bobies. 



En Suède, les juifs de Malmoe sont obligés de fuir devant les actes antisémites devenus ingérables. Même le Maire de cette
ville pense que c'est "normal". Il faudrait selon lui que les juifs pourtant présents depuis des générations, soient plus critique vis à vis d'Israël et le disent clairement aux nouveaux
Maîtres.



En Espagne, 57 % de la population se déclare hostile aux juifs et en juin dernier, la parade des gays espagnols refusaient
de défiler en compagnie de gays israéliens ! Tant mieux cela dit...A croire que les espingouins ne sont jamais sortis de l'inquisition les pauvres !



En Allemagne, des dégradations sur des monuments juifs ont plus que doublé. Entre les néo-nazis et les communautés Turques,
il y a du boulot ! Et puis, ils le disent les Allemands, "ils ne vont pas porter la culpabilité de l'holocauste indéfiniment !"



Mais il y a pire encore ! 



Dans son délire de politique de main tendue à l'islam, l'administration très démocrate voire gauchiste d'Obama, vient jeter
de l'huile sur le feu jusque sur nos territoires français.



J'avais déjà dénoncé cette chasse aux "futures élites" par l'ambassade américaine à Paris dans nos républiques islamiques
de banlieues. (2009)



Les sbires du parti démocrate américain traînent leurs santiags dans les banlieues et font ni plus ni
moins que du recrutement. 
Sûrs que demain, les manettes du pouvoir seront entre les mains des français arabes-africano-musulmans,
ils vont recruter leurs marionnettes sans que quiconque n'élève la voix.