Sur la fidélité des "soldats musulmans" à la Nation Française - Par Alain Rubin

Publié le 4 Juillet 2011

Par Alain Rubin. (extrait d'un article de Riposte Laïque).

(...) Les Juifs s’imposent partout la loyauté vis-à-vis des peuples qui les accueillent, y compris pour participer à leurs actions militaires. C’est ainsi, que lors du premier conflit mondial, les Juifs devenus des citoyens français ou des sujets du Kaiser, défendront leur patrie d’adoption, la France ou l’Allemagne, à la pointe des baillonnettes et des mitrailleuses, même si pour cela il leur fallait considérer comme ennemi le fils d’Israël portant l’uniforme de l’armée d’en face.
En 1939, ceux des Juifs, -parmi ceux qui n’avaient pas obtenus la nationalité française-, furent nombreux à s’engager dans la Légion étrangère, pour combattre les armes à la main afin de défendre inconditionnellement la patrie française et la république. Ils le firent avec enthousiasme, même si, à l’époque, étaient nombreuses les publications françaises injuriant les Juifs et celles préconisant de les écarter de la politique, de l’université, de l’industrie et des professions libérales, des professions artistiques.
Les Druzes ont une même approche que les Juifs en diaspora. Ils développent une doctrine de la loyauté envers l’Etat et les populations qui les accueillent. Ils sont loyaux vis-à-vis des Syriens, s’ils vivent en Syrie. Ils sont loyaux vis-à vis des libanais, s’ils vivent au Liban. Sont loyaux vis-à vis des Juifs et de l’Etat d’Israël, ceux vivant en Israël.


A l’inverse, l’islam développe une idéologie faisant prévaloir une solidarité transnationale des « croyants », ne souffrant pas d’exception. Ce n’est pas de l’internationalisme, au sens que le mouvement ouvrier donnera à ce terme. C’est une solidarité purement idéologique, vis-à vis du musulman exclusivement ; même si ce dernier à tord dans un litige l’opposant à un non-musulman, même s’il est certain que c’est le non-musulman qui a raison, on doit soutenir le musulman, si l’on est soi-même musulman. C’est une solidarité exclusivement « religieuse ». Elle interdit à un musulman de témoigner contre un autre musulman qui aurait porté tord à un non-musulman. Elle lui interdit aussi de porter les armes contre des musulmans, dans un conflit les opposant à des non-musulmans.
Résultats de cette « solidarité » transnationale, pour ce qui concerne l’armée française : à plusieurs reprises, de jeunes militaires français, d’origine nord-africaine et se considérant d’abord musulmans –notamment des marins- ont mené des sortes de grèves militaires, parce qu’on leur demandait de participer à des actions de l’armée française dirigées contre des adversaires de religion musulmane. La loyauté de ces jeunes français les portera plus vers les talibans et vers leurs satellites et associés que vers la république et la nation française et que vers leurs compagnons d’arme. C’est un fait. Il aurait été intéressant de connaître le point de vue de mademoiselle Fourest sur cet aspect des choses.
Faits accidentels et sans signification ? Faits non dignes d’être connus et discutés sérieusement ?
Je sais que de l’autre côté de la barre, -du côté du « journaliste » de « libération » et de celui de la chroniqueuse à « France culture »- on nous dira que ces deux ou trois grèves militaires sur des navires de guerre, cela n’a pas de signification, en tout cas cela n’en a pas assez pour en déduire qu’il faudrait peut-être voir à voir, en matière de recrutement militaire, qu’on en est pas du tout arrivé à la situation américaine, à savoir : celle qui verra en 2008 un médecin militaire US, un officier supérieur d’origine palestinienne, préparer méthodiquement l’assassinat, à l’arme de guerre, d’une dizaine de patients et d’un civil travaillant sur la base militaire où l’assassin était sensé soigner ses victimes et vivre pacifiquement avec les civils de la base. Certes, on en est pas là, enfin espérons-le. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas s’interroger. Pour nos deux examinateurs de l’émission de monsieur Pujadas, prendre connaissance de ces faits et s’interroger, c’est déjà un délit, c’est déjà de la « xénophobie », c’est déjà du « racisme » et de la « stigmatisation ».
J’apprends ce matin, qu’à Lyon, une élue « verte », une amie d’idée et de combat de Madame Duflot, se fait attaquer par un site islamiste. En effet, ce Maire adjoint, française originaire d’Afrique du nord et se disant musulmane, Fatiha Enhamed, est mise en cause par le CCIF. Son crime ? Elle a demandé à une jeune femme, venant se marier, de retirer son hijab. Halte-là ! Pas touche à mon Islam ! C’est une offense à l’islam !
Et quand madame le Maire adjoint a voulu serrer la main de l’époux, celui-ci lui a rétorqué, « ma religion, qui est la tienne, me l’interdit »…
On nous opposera qu’il s’agit d’un fait isolé, anecdotique. Peut-être. Alors donnons un autre fait isolé, un autre fait anecdotique : cette semaine encore, un jeune couple franco-marocain a reçu la visite des trois frères de l’épouse. Les trois frères sont eux aussi trois franco-marocains. Après être entrés dans le logement de leur sœur et de leur beau frère ils ont annoncé la couleur : « on vient te juger ! ». Quoi que quelqu’un vous ait fait, la loi, en France, c’est, et c’est basique : on ne se fait pas justice soi-même. C’est la loi, que cela plaise ou que cela déplaise.
Qu’est-ce que nous trois frères, trois tout jeunes hommes, reprochaient à leur sœur et à son époux ? L’inconscient, un quasi « apostat », il laissait leur sœur, son épouse, aller et venir sans être voilée, « à la française ». L’affaire s’est terminée avec un nez cassé et quelques hématomes pour le beau frère, ce laxiste mauvais musulman, un quasi apostat, laissant son épouse vivre à la française.
Le couple a pu s’enfuir de son propre domicile et aller à la police, parce que ses agresseurs et geôliers s’étaient assoupis. Après que la police soit intervenue, nos trois veilleurs pro charia, pro hijab, pro infériorité de la femme musulmane qu’on ne doit pas laisser aller et venir « à la française », ont expliqué à la police en guise de circonstances atténuantes : que le réfrigérateur du couple était vide, alors ça les a mis en colère…
L’ainé de ces trois héroïques vigilants défenseurs de la « charia à la française » avait été condamné à dix ans de prison, son cadet, âgé de 18 ans, venait d’être condamné à 6 mois de prison avec sursis et le benjamin n’est que soupçonné de vol.
Il est manifeste, on le voit avec cette autre anecdote, ce nouveau « fait isolé », que Zemmour n’est qu’un odieux calomniateur. On voit, une nouvelle fois, que la religion mahométane est une religion absolument comme les autres, tout à fait compatible avec le mode de vie « à la française » et les lois qui en forment la substance légale.
Réforme de l’islam ?
C’était l’ambition de ces Indiens du nord de l’ancien empire des Indes. Au 19ème siècle, ils seront nombreux, des centaines de milliers, à suivre ce prédicateur qui prétendait « rouvrir l’hijtiad ». Comme cet homme préconisait que l’islam remplace le concept de « petit djihad » (de « guerre sainte ») par celui de dialogue et la conviction, comme exclusif moyen, son action sera contrariée, par la violence, par toutes les autres écoles musulmanes. Et un des premiers actes de la conférence des Etats islamiques (OCI) sera de décréter : que les « Hammadides sont des hérétiques », qu’ils n’ont rien à voir avec l’islam et n’ont pas le droit d’appeler mosquées leurs lieux de culte.
Pacifique et ouverte au dialogue, l’OCI ; elle le montrera ainsi, pour ne se limiter qu’à ce fait accidentel et isolé, nous dirons peut-être mademoiselle Fourest et monsieur Joffrin… si je me trompais, je me ferai un plaisir de corriger et de vous dire que ma question n’était pas fondée.
Pourtant, c’est un fait : L’islam n’a pas fait encore fait, en France et ailleurs, ce que firent les rabbins et notables réunis par les autorités de la Première République, à savoir : accepter que la loi commune, la loi républicaine, prévale sur la loi particulière, sur la loi « religieuse » (la Halakha traduisant la Loi donnée par Moïse).( Emporté par son élan républicain, je précise à Alain   que c'est l'Empereur Napoléon 1er avec le grand Sanhedrin et non la première république qui donna aux juifs tous les droits fondamentaux des nationaux français en 1807. Rendons à César ce qui appartient à César. Là c'est Jésus! Note de Gérard Brazon Lire l'article ICI
Le fera-t-il ? Je laisse Monsieur le Président du FCM répondre lui-même à la question.

Alain Rubin

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

isabelle 05/07/2011 07:18



D'où les propos de Mme Le Pen qui ont soulevé un tollé général des bien-pensants...



Claude Germain V 04/07/2011 15:36



Les voyous qui dirigent ce Pays ,nous ont meme caché qu'ils y avait eu des minis-mutineries sur le Charles De Gaulle en direction de l'Afghanistan et autres pays du magreb .Egalement sur d'autres
navires de la marine nationale ,toujours lors d'implications avec des pays musulmans , et dans certaines casernes en France lors d'expeditions de troupes et de materiels en direction également de
pays musulmans ,ou de conflits touchant des musulmans .


Rien a voir avec les harkis ,que d'ailleurs la France à trahis honteusement .


Ce qui devrait nous faire dire que l'armée française en décrépitude est bel et bien minée et rongée de l'interieur avec la complicité d'un certain Etat-major et de nos dirigeants .Un véritable
sabotage de la République France .



Robert le Miro 04/07/2011 15:11



Je confirme ; d'ailleurs, avant la guerre de Cent-Ans, c'est un Juif qui a inventé le pont-levy !



Gérard Brazon 04/07/2011 15:39



http://fr.wikipedia.org/wiki/Pont-levis