Sur toutes les radios, la mort de Mandela... jusqu'à plus soif. Pas de télé ce soir...

Publié le 6 Décembre 2013

Otez-moi d'un doute. Plus cela va plus j'ai l'impression que dans ce pays, le mien, la France, la bonté, le courage, la force, la détermination, ont une couleur. Le noir. A contrario, tout ce qui tueur, méchant, lâche, autoritaire, colonialiste, est blanc.

Depuis Barak Hussein Obama, le premier Président des USA noir, musulman d'éducation qui n'a pas, loin de là, fait de son pays quelque chose de différent et qui surtout a permis que ses services secret espionnent y compris et quasiment dans les toilettes de la Reine d'Angleterre ou d'Angela Merkel est forcément pour la bien pensance un homme bien. Normal il est noir. 

Là c'est Mandela. Il est mort et l'on va nous en faire baver toute la journée. D'abord les infos sur chaque radio, puis ce soir à la télé, demain sur des retransmissions et puis viendront les séries télévisées, les films, puis les commémorations. Vous en voulez, vous en avez. Vous n'en voulez pas, vous en aurez quand même. 

Cette autoflagellation du blanc parce que blanc, cette admiration totale du noir parce que noir devient véritablement un probème relevant quasiment de la psychiatrie. 

Au secours comment on soigne un pays

Gérard Brazon

**************

Mort du criminel Nelson Mandela : un terroriste marxiste antiblanc

La mort de Nelson Mandela déclenche une prévisible hystérie médiatico-politique.
Pour les prochains jours : déluge d’émotion feinte, concert unanime de louanges chez tous les politiciens et slogans idiots en vue.

Il faut rappeler, à propos de Mandela, qu’il fut des années durant un chef terroriste d’extrême-gauche (chef du UmKhonto we Sizwe, l’aile terroriste de l’ANC et du Parti communiste sud-africain).

Rappelons que le 1er janvier 1985, le président sud-africain Botha s’exprimant au parlement, a proposé à Mandela d’être libéré (il était emprisonné pour terrorisme), s’il rejetait « inconditionnellement le recours à la violence comme arme politique ». Mandela rejeta cette offre, refusant d’abandonner les meurtres.

Il a contribué à faire de la prospère Afrique du Sud un enfer pour les Blancs, et pour beaucoup de Noirs.

Depuis 1994, plus de 4000 fermiers blancs ont été assassinés par les émules racistes de Mandela, leur famille violée, parfois dépecée vivante, etc.

Depuis cette date ce sont plus généralement quelque 75 000 Blancs qui ont été tués par des Noirs, dans un génocide initié par le président Mandela et son parti l’ANC, toujours au pouvoir.

Des dizaines de milliers de Blancs se sont vu voler leurs biens par des hordes noires armées de machettes, après la victoire de Mandela, et vivent maintenant dans des conditions de grande misère, dans des bidonvilles, souffrant de la faim.

Sur quatre millions de Blancs, un quart a déjà fui le pays.

Ci-dessous une video de David Duke sur le génocide des Blancs, en particulier des Boers, en Afrique du Sud :

Et l’africaniste Bernard Lugan (auteur d’une Histoire de l’Afrique du Sud) rappelle quelques vérités sur ce pays et sa situation :
 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

dorothee 07/12/2013 09:09


MANDELA EN OVERDOSE, j'ai basculé sur 13ème rue, pas de politique de m.....

LA GAULOISE 07/12/2013 08:56


ME VOILA RASSUREE JE CROYAIS NE PAS ETRE TOUT A FAIT NORMALE D EPROUVER AUTANT DE RAS LE BOL .....

Roban 06/12/2013 21:49


Merci Gérard B. de nous avoir donné un aperçu (bien documenté) de "l'oeuvre" de N. Mandela avant son arrestation car il ne faut pas compter sur la presse bien-pensante ni sur les radios ou la
télé pour le faire.


Heureusement que ses 27 années de prison lui ont fait comprendre que ce n'est pas par la guerre et les massacres des blancs qu'il pourrait conduire son pays vers la paix.


Si l'Afrique du Sud, comme tous les autres pays africains, n'avaient pas été colonisés ils vivraient encore dans leurs huttes ou gourbis et s'entretueraient entre tribus rivales car ils étaient
incapables d'exploiter les richesses naturelles de leur sol et même de le cultiver pour se nourrir.

Walker 06/12/2013 19:24


Pfffffff entre Mandela et le téléthon ils m' ont pompé ce soir à la télé.
Je ne donne plus rien sauf aux éboueurs et aux pompiers qui passent chez moi. Les dons on sait depuis pas mal de temps qu' ils ne vont pas dans les bonnes poches !

marie-plume 06/12/2013 19:21


Ouf! Je pensais être la seule à avoir la nausée devant cette incontinence verbale, cette logorrhée qui se veut vertueuse, et tenterait à donner des complexes à qui n'aurait pas connu, ou
rencontré ce personnage, masquant perfidement ou par une volonté manifeste, ou par une amnésie soudaine? le passé de ce même homme que l'on compare à "un saint"!..Avez-vous entendu la voix
chevrotante d'émotion d'un certain monsieur qui vante l'écologie à outrance pour en avoir fait son cheval de bataille et son gros bas de laine!, et qui témoignait de ses "deux rencontres" avec
l'homme disparu ? Paix à son âme, mais tout de même! C'est un matraquage intellectuel,  c'est d'une indécence absolue! C'est une aubaine pour nos bobos qui peuvent se donner ainsi quelques
heures de répit dans la gestion des politiques misérables qu'ils pratiquent de façon indigeste...Souhaitons-nous des jours meilleurs, vite, très vite!

mika 06/12/2013 19:02


Tous les politiques qui font l'éloge de Mandela peuvent s'empresser de lui ressembler, sans le moindre effort, en un point tout à fait
remarquable: Il ne s'est jamais représenté après son premier et unique mandat...

Aaron 06/12/2013 18:51


Il fallait s'en douter....Les chroniqueurs et autres journalistes de bas étage vont nous  gaver de commentaires et de propos élogieux envers un vulgaire criminel.


Je ne serais pas étonné d'apprendre que Hollandouille se rende à ses obsèques...