Syndicat de la magistrature: le mur des salauds! par Marc le Stahler

Publié le 27 Avril 2013

Ah... qu'elle est belle, notre justice de classe !

par Marc le Stahler pour Minurne

Tout a commencé dans les années 70. Avec le petit juge Pascal, célèbre pour avoir embastillé le notaire de Bruay en Artois (la commune fut rebaptisée plus tard Bruay la Bussière comme pour laver la honte de cette magistrale ignominie), tout simplement parce que c'était un "bourgeois". 

Le brave notaire n'avait finalement rien à voir avec l'odieux assassinat de la petite Brigitte Dewevre, mais il fallait voir et entendre le petit juge un temps célèbre, heureux de faire la "une" du 20 heures (déjà), et toute la France "de Gôche" saliver avec lui, prête à guillotiner le ci-devant bourgeois présumé coupable. Oui : coupable. Forcément coupable, parce que notable ! C'était 4 ans après Mai 68, et c'étaient aussi les débuts du sinistre Syndicat de la Magistrature, dont le petit Juge Pascal fut l'un des valeureux pionniers.

 

 

Depuis 40 ans, le Syndicat de la Magistrature a bien grandi. Les juges rouges (un bon tiers de la magistrature) tiennent désormais le haut du pavé, et il vaut mieux ne pas passer entre leurs pattes quand on est de droite, ou chef d'entreprise, ou riche, ou les 3 à la fois.

 

Le site Atlantico vient de lancer un pavé dans la mare médiatique en dénonçant ce "Mur des Cons", sur lequel sont affichés, telles des cibles, les noms de ceux qui ne plaisent pas à ces petits fonctionnaires ratés, jaloux et envieux. Dans les locaux du Syndicat de la Magistrature, eux-mêmes situés au sein d'un bâtiment du Ministère, excusez du peu. C'est un magistrat honnête (donc non affilié à ce syndicat subversif), qui, outré, a eu l'heureux réflexe, lors d'une visite au syndicat, de filmer sur son portable ce Mur de la Honte, qu'ils appellent le Mur des Cons, et que nous appelleront le Mur des Salauds.

 

On y trouve - entre autres - Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux, Eric Woerth, Édouard Balladur, Nadine Morano, François Baroin, Luc Chatel, Michèle Alliot-Marie, Luc Ferry, Eric Besson, Christian Jacob, ou encore Patrick Balkany. Des journalistes et des patrons de presse aussi - Éric Zemmour, Étienne Mougeotte, Patrick Le Lay, Yves Thréard, Béatrice Schoenberg, David Pujadas - et des intellectuels - Jacques Attali, Alain Minc, Guy Sorman, Alexandre Adler...

 

"Quand on veut monter aux arbres, il faut avoir le slip propre", dit un proverbe africain. 
Quand on combat pour "l'indépendance de la Justice", "l'irresponsabilité et l'inamovibilité des juges", "le droit à l'erreur" et toutes ces sornettes dont on nous rebat les oreilles à la moindre occasion, on se doit AU MOINS de respecter tous les citoyens, fussent-ils de droite ou anciens collaborateurs de Sarkozy. Ils "suent la haine", ces petits fonctionnaires, comme l'affirma un jour le fils Mitterrand, passé lui aussi entre leurs fourches caudines.

 

La remarque d'Etienne Mougeotte est pertinente : imaginez qu'on ait trouvé dans un local syndical de la magistrature un "mur des cons de gauche" ? Que n'aurait-t-on glosé sur le fascisme rampant dudit syndicat, sur la partialité des magistrats, etc...

Eh bien là non, la garde des Sceaux s'est bornée (le pèse mes mots) à annoncer que les intéressés figurant sur la liste noire pourraient porter plainte...
Beau dommage !

 

ET CAHUZAC ? NON INSCRIT AU MUR DES CONS !

 

On ne s'étonnera pas de ne pas voir figurer, sur ce "mur des cons", le sieur Jérôme Cahuzac, que les médias s'efforcent d'oublier avec une belle unanimité et dans un silence assourdissant. Rappelons donc un peu ici quand même les derniers rebondissements qui nous ont laissé sur notre faim... Il ne s'agirait plus de 600 000, mais de 15 millions d'euros, ce qui a quand même une autre allure ! Surtout quand on sait que l'intéressé fut... Consultant pour les laboratoires pharmaceutiques après avoir été Conseiller Technique au cabinet de Claude Evin, Ministre de la Santé (entre 1988 et 1991). 

On comprend aisément qu'il lui était alors bien difficile de facturer officiellement ses prestations, des versements occultes sur des comptes à l'étranger s'imposaient avec évidence. Le motif de la mise en examen de l'ex traqueur des exilés fiscaux est d'ailleurs assez explicite : 
«blanchiment de fonds provenant d'avantages procurés par une entreprise dont les services ou produits sont pris en charge par la Sécurité sociale».
On ne saurait mieux dire...

 

Afin de ne pas laisser s'étouffer cette intéressante affaire, regardez ce qu'en disait Le Journal du Siècle il y a quelques jours...

 

 

15 millions d'euros, mes chers compatriotes, à raison des 1500 € mensuels que seraient bien heureux de percevoir la grande majorité des 3,2 millions de demandeurs d'emploi recensés ce jour, ça représente... 10 000 mois de salaire ! 
Oui, oui ! 10 000 mois ! 
Ou 833 ans, si vous préférez...


Certains élus de droite commencent à évoquer l'interdiction du syndicalisme au sein de la magistrature. 
Ca s'impose, en effet. 
Et si en plus on pouvait un jour élire les juges au suffrage universel, les rendant ainsi révocables, ce serait encore mieux pour la démocratie !

 

Marc le Stahler

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Pivoine 27/04/2013 18:37


Les juges devraient être élus, comme aux Etats-Unis, au moins ils feraient leur travail un peu plus sérieusement !

LA GAULOISE 27/04/2013 15:36


IL NE SERAIT QUE JUSTICE DE PLACARDER LES NOMS DE CES SALAUDS ET DE LES RADIER IMMEDIATEMENT DU BARREAU.

Epicure 27/04/2013 14:43


Je propose mieux:


1/ les tirer au sort  et supprimer toute candidature. 


2/ les rendre responsables de ce qu'il font comme tout le monde a u travail...


3/les révoquer systématiquement tous les quatre ans pour les renvoyer dans la piétaille des fonctionnaires de la Justice...


Ce qui précède peut aussi valoir pour d'autres que les Juges.


Le Procureur  représentant l'Etat doit être tiré au sort parmi les capables et indépoendant  du pouvoir qui ne peut rien ni contrre ni pour lui, sa mission étant elle réduite à deux
ans....

Claude Germain V 27/04/2013 14:03


Au fait qui est LE VOYOU COMPLICE QUI A AUTORISE UN SYNDICAT DANS UN CORPS QUI DOIT ETRE IMPERATIVEMENT NEUTRE ET APOLITIQUE ???