Syrie : carnage à l'université d'Alep, 82 morts

Publié le 17 Janvier 2013

Selon des militants anti-régime, l'attaque est due à un raid aérien mené par les troupes du régime.

pict_469151.jpg Un carnage a ensanglanté mardi l'université d'Alep avec la mort dans une double explosion de plus de 82 personnes, en majorité des étudiants, dernier épisode en date de la guerre dévastatrice en Syrie.

Il s'agit de l'une des attaques les plus meurtrières depuis le début il y a 22 mois jour pour jour du conflit dans ce pays, déclenché par la répression d'un mouvement de contestation populaire contre le régime de Bachar al-Assad.

Il n'était pas possible de déterminer avec certitude l'origine des explosions ou ses responsables, rébellion et pouvoir s'en rejetant la responsabilité.

"Le bilan de l'attentat terroriste qui a visé nos étudiants s'élève à 82 martyrs et plus de 160 blessés", a dit le gouverneur Mohammad Wahid Akkad, reprenant la terminologie des autorités qui n'ont jamais reconnu l'ampleur de la contestation et accusent les rebelles de "terroristes".

Le bilan a été confirmé par un médecin à l'hôpital universitaire d'Alep.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a en soirée fait état d'au moins 83 morts en précisant que les "martyrs sont des étudiants et des déplacés" qui ont trouvé refuge à l'université après avoir fui les combats.

Des vidéos postées par des étudiants montrent la panique dans un bâtiment universitaire. Certains pleurent, tandis que des vitres brisées et des parties du plafond effondrées jonchent le sol. Des étudiants s'approchent de la porte d'entrée, mais quelqu'un leur crie de rester à l'intérieur.

Selon des militants anti-régime, l'attaque est due à un raid aérien mené par les troupes du régime, mais une source militaire syrienne a assuré qu'elle avait été provoquée par deux missiles sol-air tirés par les rebelles et qui ont raté leur cible en tombant sur le campus.

L'agence officielle Sana a fait état de "deux roquettes tirées par des terroristes" contre l'université située dans un secteur contrôlé par l'armée dans l'ouest d'Alep, la deuxième ville du pays où les rebelles contrôlent plusieurs quartiers.

"C'était le premier jour des examens trimestriels et des étudiants et des réfugiés font partie des victimes", a confirmé Sana.

Le ministère de l'Enseignement supérieur a annoncé la fermeture mercredi des universités à travers le pays et la suspension des examens "en signe de deuil". Malgré les combats, l'université d'Alep avait ouvert ses portes à la mi-octobre.

Plusieurs attaques ont ensanglanté la Syrie où la guerre entre les troupes du régime d'une part et les rebelles aidés des civils armés et de jihadistes de l'autre, ne connaît aucun répit. Au total, au moins à 152 personnes, dont 128 civils, y ont perdu la vie à travers le pays mardi, selon l'OSDH.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Marie-claire Muller 17/01/2013 18:37


D'accord avec Claude Germain!la manipulation continue!!Quel intérêt aurait eu Assad à tuer ces jeunes?Comme en Lybie les médias se calquant sur l'afp nous font prendre des vessies pour des
lanternes !ceux qui ont fait ça sont envoyés par l'arabie saoudite pour faire croire comme en Lybie que c'est "l'affreux pouvoir qui a commis ces crimes!!et dire que la France commerce avec ces
wahabites de malheur!!

Claude Germain V 17/01/2013 15:22


Ce n'est pas un Bachar qui a fait cela , ce sont les hordes racailleuses completement etrangeres a la Syrie qui continuent a tenter ,grace  a des actes ignobles de ce style , de discrediter
le maitre du pays ..... Car avant que la France sur ordre des USA ne vienne mettre la merde sur tout le Moyen-Orient toute cette region etait assez paisible. Au fait ou sont les deux VOYOUS
INTERNATIONNAUX COPAINS DE SARKOZY , en ce moment ???? BHL doit etre en Tunisie en train de faire remettre en etat son Palais de maquinion et l'autre engeance de Kouchner ??? silence complet ???
j'espere qu'un jour les revolutions islamiques leurs regleront leur compte , eux qui les aiment tant ... et ce jour là pas de quartier pour ces opportunistes de minables envergures ......