Syrie: Info/Intox? Manipulations des masses? Franchement c'est énorme /2 Par Gérard Brazon.

Publié le 23 Juillet 2012

Gérard-2005-2Qui peut croire raisonnablement que l'ALS (Armée de Libération Syrienne) est composée uniquement de déserteurs de l'Armée syrienne?

Qui peut croire que cette "armée" soit suffisament forte pour vaincre l'armée syrienne sauf si elle est composée de mercenaires venus d'ailleurs?

Qui peut croire que cette ALS est armée uniquement des armes récupérées par les déserteurs?

Comment ne pas comprendre que les "résistants" sont à la solde de l'Arabie et du Qatar poussés en celà, par des intérêts qui dépassent largement la Syrie.

Comment ne pas voir qu'aprés la Tunisie, la Libye, l'Egypte c'est au tour de la Syrie et que cela ne relève pas d'un hasard ou d'un désir de liberté et de démocratie. Les cris "d'Allah ou Akbar" raisonnent à chaque reportage des télévisions, comme en Libye, comme en Egypte.

Pouquoi Messieurs les journalistes ne vous posez-vous pas cette question: à qui profitent ces "révolutions"?

Seriez-vous incapables de faire votre métier d'analystes?

Êtes-vous incapables de regarder les résultats des révolutions précédentes de ces deux dernières années? 

Est-ce que l'Irak, la Tunisie, l'Egypte, la Libye sont plus heureux sous les dictatures religieuses qui ont remplacé les régimes policiers? 

 

Pour l'exemple, la France résistante n'a pas trouvé des armes dans les champs, n'a pas trouvé les munitions dans les tonneaux de vin et encore moins des explosifs dans les caves à fromage? Il n'y avait pas beaucoup de résistants d'ailleurs au tout début. Elle n'avait le plus souvent que des fourches et des vieux fusils de la guerre de 1914/18 dans un premier temps. Les armes sont venues des parachutages, de l'aide des alliés. Il n'y a pas de secret, pas de miracle. Si l'ALS existe, c'est uniquement par la volonté politique et hégémonique islamiste extérieure contre un pays qui reste laïc quoi qu'on en dise. Un régime policier mais laïc qui est devenu désormais, un anachronisme dans la région.

Des voix que l'on entend peu dénoncent des images fausses, des films tournés ailleurs qu'en Syrie. Conquête de la "vox populi" sans doute, cette fameuse opinion publique que l'on doit enfumer pour ne pas l'effaroucher. La réalité est tellement énorme qu'un blogueur, un lecteur attentif et curieux mais sans expérience de la politique étrangère, est capable de se poser des questions de bon sens.

Je ne crois pas à la révolution des peuples arabes! Je crois à la volonté de mettre en place une sorte de Califat sous domination américaine. Les Russes se sont fait avoir en Libye et ils ne souhaitent pas renouveler l'expérience. Ce qui me désole le plus c'est de voir mon pays engager dans cette entourloupe, de constater que les journalistes français sont de tristes personnages lorsqu'il s'agit d'analyser et de comprendre.
Ce qui me navre c'est de voir que l'idéologie règne au service de la dictature islamique alors même qu'il faudrait être bien plus  pragmatique dans l'intérêt de nos sociétés libres, laïques, d'essence judéo-chrétienne. 
Combien de morts pour ces pseudos révolutions sans compter ceux qui vont mourir sous ces nouvelles dictatures grâce à la Charia mise en place avec notre complicité?

Gérard Brazon 

****

Sur cette image tirée d'une vidéo postée sur YouTube le 22 juillet, de la fumée s'échappe d'un quartier de Damas.

 

 

La situation était encore très tendue à Damas et Alep, lundi 23 juillet, après l'offensive lancée par l'armée syrienne, appuyée par des chars, dimanche, dans des quartiers de ces villes.

Une colonne de fumée noire s'élevait lundi matin au-dessus de Mezzeh, un quartier huppé de l'ouest de la capitale, où des affrontements se sont déroulés une partie de la nuit, a constaté un journaliste de l'AFP. Au petit matin, la circulation était fluide dans le centre de Damas et les rues étaient désertes.

L'agence officielle Sana a annoncé dans la nuit de dimanche à lundi que l'armée a "rétabli la sécurité dans les vergers de Razi dans le quartier de Mezzeh en purifiant cette zone des groupes terroristes armés qui avaient terrifié les habitants et attaqué leurs maisons". L'armée a saisi des bases de lance-roquettes mécaniques ainsi que des fusils et mitrailleuses (BKC), des équipements de communication et des médicaments volés. (Lire la suite ici)

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article