Syrie, Iran... En finir avec l'impuissance occidentale.

Publié le 28 Mai 2012

Par Jean-François Touzé, Président des Nouveaux Républicains

 

 

329648_photo-diffusee-par-le-reseau-d-opposition-shaam-news.jpg

L'impuissance du monde civilisé à mettre fin à la tragédie que vit le peuple syrien, tout comme ses atermoiements face à la menace nucléaire iranienne, viennent nous rappeler que ce n'est pas au moment où les évènements se produisent qu'il convient d'en déplorer les effets tout en feignant d'en découvrir les causes.

Si une intervention militaire est rendue difficile, à la fois par l' existence du verrou russe qui constitue le vrai rempart du pouvoir de la famille Assad, et par les risques de voir s'installer à sa place un régime islamique au moment où tout indique que l'Egypte risque de basculer sous le contrôle total des Frères musulmans, c'est à sa propre faiblesse, ses lâchetés et sa vision à court terme que la communauté internationale doit de se retrouver dans cette situation.

C'est, en effet, très loin, bien en amont, qu'il eût fallu traiter le problème.

On ne discute pas avec les régimes terroristes. On les isole et on les combat.
On ne tente pas de faire revenir dans le jeux diplomatique les pays assassins. On les place sous surveillance et au ban des Nations.
On ne commerce pas avec les dictatures, on travaille à leur renversement ou à leur fin par l'épuisement. La vraie real politik est la politique de la fermeté, de l'intransigeance et de la volonté.

C'est en retrouvant en lui même la force d' affimer ce qu'il est, de défendre ses valeurs civilisationnelles comme ses principes humanistes et en se donnant les moyens militaires sans lesquels aucune politique internationale n'est crédible, que le monde occidental retrouvera son leadership, un leadership necessaire qu'il ne devra pas exercer pour son seul profit mais pour celui de l'humanité toute entière et pour les libertés du monde.

C'est là que réside le vrai sens de l'Histoire.        

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article