Syrie: manipulations pour la mort d'un régime policier mais... laïc!

Publié le 3 Juin 2012

Sur ce blog, nous avons souvent dit tout le mal que nous pensons de Bachar al Assad et de son régime policier! Il n'est pas notre tasse de thé! Pour autant, je reste convaincu qu'il y a manipulation des masses et que ce dernier régime nationaliste et laïc est dans le collimateur. Le but? Je l'ignore même si je le devine si je m'en réfère aux premiers résultats désastreux des "révolutions arabes".

Que ce soit en Tunisie, En Egypte, en Libyie au Mali et aujourd'hui en Syrie. Un grand califat s'annonce sous domination religieuse, sous domination d'un islam rigoriste, salafiste où des pays comme l'Arabie Saoudite, le Qatar et les Arabes Unis auront la haute main. Les peuples ne seront pas gagnants.

La dernière phrase concernant la Russie ("la Russie (était) devenue une partie du problème plutôt qu'une partie de la solution. Si elle coopère à la recherche d'une formule permettant le départ d'Assad, elle deviendra une composante de la solution") montre bien que les menaces sont à peine voilées. Ces menaces viennent du Qatar par un "résistant syrien interposé" qui vit là bas. Un ridicule pays sans démocratie à la fortune immense qui semble tout régenter dans le monde. Je ne me suis jamais senti aussi russe qu'aujourd'hui. Allez savoir pourquoi.

Gérard Brazon

*******

Le MONDE

Le président Bachar Al-Assad, confronté à une insurrection populaire depuis plus de 15 mois, a affirmé dimanche, devant le Parlement syrien, que la syrie affronte "une guerre venue de l'étranger". La Syrie fait face à un "plan de destruction", a-t-il martelé lors de son discours retransmis par la télévision, dans lequel il s'est posé en rempart contre le "terrorisme qui augmente". Il a dit que son régime avait "essayé tous les moyens politiques" mais ajouté que ces efforts étaient vains .

 ESCALADE DU TERRORISME

"La Syrie est ouverte à tous les Syriens quelles que soient leurs opinions mais le terrorisme ne peut faire partie du processus politique et nous devons lutter contre le terrorisme pour guérir la nation. Nous allons continuer à faire face avec vigueur au terrorisme", a-t-il martelé. "Il n'y aura pas de compromis dans la lutte contre le terrorisme et ceux qui le soutiennent", a dit le président syrien, qui ne reconnaît pas le mouvement de contestation, assimilé au "terrorisme". "La sécurité de la nation est une une ligne rouge", a-t-il poursuivi.

M. Assad a au début de son discours rendu hommage à "tous les martyrs, civils ou militaires", en soulignant que leur "sang n'aura pas coulé en vain". A son arrivée dans le Parlement, M. Assad a été applaudi par les députés réunis en première session depuis les élections du 7 mai. Une minute de silence a été observée à la mémoire des "martyrs".

En janvier, lors de son derniers discours retransmis à la télévision, M. Assad avait accusé des pays étrangers de "comploter" contre la Syrie, lançant : "Leur rêve tournera au cauchemar. Nous n'allons pas permettre la défaite de la Syrie qui signifiera la chute de la région entière". Le mois dernier, il avait affirmé que son pays était capable de "sortir de la crise", en recevant un responsable iranien à Damas, selon l'agence officielle Sana.

 BILAN EN HAUSSE MALGRÉ LES OBSERVATEURS

 La répression par le régime des manifestants et les combats entre troupes régulières et rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) font des dizaines de morts quotidiennement à travers le pays, malgré la présence de près de 300 observateurs de l'ONU. Plus de 13 400 personnes, en majorité des civils, ont été tuées depuis le début, en mars 2011, de la révolte populaire, qui s'est militarisée au fil des mois, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

 

"Le spectre d'une guerre généralisée, avec une dimension confessionnelle alarmante, grandit de jour en jour", a déclaré Kofi Annan, le 2 juin 2012.

 

 "SPECTRE D'UNE GUERRE GÉNÉRALISÉE"

Ce discours intervient alors que le plan de sortie de crise du médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe Kofi Annan reste lettre morte et que la Syrie est désormais au bord de la guerre civile. "Le spectre d'une guerre généralisée, avec une dimension confessionnelle alarmante, grandit de jour en jour. J'ai senti très intensément les inquiétudes des voisins immédiats de la Syrie lors de mes consultations au cours des derniers jours", a déclaré, samedi Kofi Annan.

L'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe, qui s'exprimait dans le cadre d'une réunion de la Ligue arabe à Doha, au Qatar, a dressé un sombre tableau de la situation, 15 mois après le début des premières manifestations anti-Assad, à la mi-mars 2011. Le président syrien refuse d'appliquerle plan de paix et les exactions de son armée se poursuivent en dépit de l'indignation qu'elles suscitent dans le monde entier, a déploré M. Annan. L'émissaire a constaté l'échec des efforts déployés par les Nations unies pour faire respecter le cessez-le-feu censé être entré en vigueur le 12 avril et a jugé la perspective d'une guerre civile lourde de conséquence pour toute la région de plus en plus crédible

 

 

.RISQUE DE CONTAGION

Des affrontements entre partisans et adversaires du président syrien Bachar al Assad ont fait neuf morts et 42 blessés samedi à Tripoli, dans le nord du Liban, a-t-on appris de source médicale. Ce bilan est le plus lourd enregistré en une seule journée après plusieurs semaines de violences dans cette ville portuaire, qui illustrent le risque de contagion du conflit syrien dans la région. Le premier ministre Najib Mikati s'est rendu sur place pour s'entretenir avec les autorités locales.

 

Un combattant sunnite à Trioli le 2 juin 2012.

 

Le soulèvement en Syrie a mis Najib Mikati dans une position d'arbitre intenable entre partisans et adversaires tout aussi acharnés du régime de Damas, qui a longtemps imposé sa pax militari au Liban. Des soldats syriens étaient stationnés à Tripoli jusqu'en 2005. Le chef du gouvernement est lui-même une incarnation des contradictions libanaises: musulman sunnite de Tripoli, il a des liens étroits avec le pouvoir alaouite syrien et n'a accédé au pouvoir l'an dernier que lorsque les chiites du Hezbollah et leurs alliés chrétiens ont fait tomber le gouvernement sunnite de Saad Hariri.

 EXODE ET COMBATS

Quatre cents syriens ont franchi la frontière turque samedi pour fuir les combats qui se déroulent dans la province d'Idlib (Nord), ce qui porte à 24 500 le nombre de réfugiés recueillis dans les camps turcs, selon Ankara. En Syrie-même, six soldats ont été tués par des rebelles dans la province méridionale de Deraa et huit autres ont trouvé la mort dans des affrontements aux alentours de Damas, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Il signale en outre la mort de deux civils, tués pour l'un au cours d'une opération de l'armée dans la capitale et l'autre lors d'un échange de tirs à Homs.

 

Capture d'écran montrant des rebelles à proximité d'un blindé incendié, dans la banlieue de Damas.

 

A Doha, Bourhan Ghalioun, président du Conseil national syrien (CNS) mis sur pied par l'opposition, a estimé qu'en soutenant le régime d'Assad, "la Russie (était) devenue une partie du problème plutôt qu'une partie de la solution. Si elle coopère à la recherche d'une formule permettant le départ d'Assad, elle deviendra une composante de la solution".

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Claude Germain V 03/06/2012 22:43


Helas c'est vrai ,comme en 39.


Pour l'anecdote ,je n'arrive pas a retrouver le nom de cet ambassadeur de france en Afrique et extremement experimenté sur le sujet ,a l'epoque de Tonton 1er ,cet ambassadeur suite a son
experience avait ecrit un livre qui disait en gros : Si vous voulez sauver l'Afrique definitivement ,laissez les s'entretuer  ,les seuls vainqueurs n'auront plus d'opposants et la paix
reviendra sur tout ce continant .Qu'il ait eu raison ou tort le cher ambassadeur eut son livre censuré et lui déplacé bien entendu ....Si quelqu'un se rappelle son nom ???merci d'avance .....

Epicure 03/06/2012 20:26


Laffaire est simple:


ou on aide les islamistes radicaux qui se suicident depuis pluys d'un an à vaincre et à nous enc....ensuite ou nous la fermons en espérant qu'Assad détestable comme Poutine aille jusque dans les
chiottes éradiquer le problème comme en tchétchénie...


Personne de sérieux n'a quelqu'envie d'Y Aller. surtpout pas Flamby qui veut retirer toutes les troupes d'Afghanistan! Flamby c'est du Flan! toute la France aussi d'ailleurs ! ou presque...Comme
en 1939....