SYRIE : une occasion de stopper la main mise sur l'occident des Etats-Unis par Michel Cataneo

Publié le 2 Septembre 2013

 Par Michel Catanéo pour Puteaux-Libre

 

Les bellicistes anglo-saxons n’ont que ce mot à la bouche : « punir le régime Syrien ».

Comme si le droit de punir leur appartenait, et ce en dehors de la communauté internationale, qui exprime sa volonté et gère ses différends au sein des instances de l’ONU, en application de traités internationaux signés et ratifiés par la plupart des Etats.

Or, non seulement jusqu’à présent il n’y a aucune preuve que ce soit le régime Syrien qui ait commandité l’attaque chimique litigieuse, mais des faisceaux d’indices de plus en plus concordants semblent démontrer que ce sont en fait les rebelles jihadistes les coupables, car, sur le point de perdre la guerre contre Assad ils auraient fait appel à la « takkyia » (ruse mensongère) de façon désespérée pour essayer de forcer une intervention « à la Libyenne ».

Aussi notre pseudo président est bien imprudent de désigner le coupable et de réclamer une punition en l’absence de publication des conclusions du rapport d’expertise (Hollande, ta guerre on n’en veut pas !).

Quels que soient les résultats à venir, les preuves doivent être fournies de façon objective et apporter des certitudes et ne pas émaner directement de l’Etat syrien ou des Etats-Unis, afin d’éviter toute manipulation « à l’irakienne »…

Par ailleurs, et le futur le dira, la vérité pourrait faire mal : Si l’origine de l’attaque chimique nous fait remonter jusqu’au Qatar ou à l’Arabie, dans un raisonnement a contrario les Etats-Unis et les Occidentaux ne devraient ils pas revoir leur alliance malsaine avec ces pays terroristes (au même titre que l’Iran) et demander à l’ONU dans un parallélisme des formes de « punir » leur « traîtrise » ?

La Grande Bretagne vient de poser la question de l’intervention armée à son parlement qui lui a répondu par la négative ! Ce pays est encore démocratique, cela a un coté rassurant (à condition que le gouvernement ne passe pas outre dans les jours qui suivent par un quelconque subterfuge de circonstance…).

A quand un vote des parlementaires français sur le sujet (ne rêvons même pas d’un référendum qui pourtant serait justifié) car l’heure est grave...

En effet, si les Etats-Unis persistent à envisager une attaque du régime Syrien, toute chose égale d’ailleurs, en l’absence de preuves et de quitus Onusien,  un conflit de grande envergure pourrait embraser bientôt l'entier Proche Orient, puis éventuellement le monde entier…

En outre, les Russes et les Chinois ont bien fait entendre qu’ils n’accepteraient pas une attaque de l’Etat Syrien dans les conditions actuelles (bluffaient ils ? étaient ils sérieux ? doit on prendre le risque ?) .

Les Etats-Unis semblent vouloir persister cependant à intervenir, soit unilatéralement soit avec d’autres alliés de circonstance (qu’ils essayent actuellement de réunir dans une coalition hors mandat onusien).

Les russes et les américains déploient pendant ce temps leur armada navale dans la méditerranée orientale : Que va-t-il se passer si les Russes font face aux Américains en méditerranée?

Les Russes ont aussi dit que l’Arabie serait frappée en représailles à une attaque du régime Syrien…l’Iran pourrait aussi en profiter pour essayer de coaliser des pays arabes contre Israël…bref une poudrière avant coureuse de troisième guerre mondiale…le « jeu » vaut il vraiment la chandelle alors que les vrais Etats voyous paradent et commercent librement avec les occidentaux ?

Ne vaut-il pas mieux dans ces conditions abandonner la voie des armes, trop aléatoire et risquée, et se mettre à la table des négociations entre belligérants afin de mettre fin au conflit Syrien par la voie politique et diplomatique ?

Les Etats-Unis pourraient être les médiateurs et sauver la face car s’ils persistent à vouloir guerroyer et se croire encore la puissance de Yalta de 1945 les Russes et les Chinois pourraient bien saisir l’occasion pour mettre fin à ce leadership de superpuissance unique, de plus en plus contesté, tant  sur le plan politique, économique que militaire…Mais à quel prix ??!!!...

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

FRANHENJAC 04/09/2013 01:02


Comme vous dites : mais à quel prix !