Ftouh Souhail est Tunisien-musulman. Il soutient Israël et dit pourquoi..

Publié le 23 Février 2011

Une autre interwiew venant du P'tit-Hebdo sur un sujet toujours très sensible.  

 

Interview Ftouh Souhail 

Ftouh Souhail est musulman, avocat au barreau de Tunis. Il fait partie de ces rares intellectuels arabes qui soutiennent la cause israélienne. Il n’a jamais pu venir en Israël mais rêve de rencontrer Shimon Peres. Ftouh Souhail est à inscrire dans la liste de ces « Justes » du XXIe siècle qui envers et contre tous osent défendre notre cause.

Lph: Ftouh Souhail, vous vous décrivez comme un «homme libre, citoyen du monde». Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur vous ?

F.S: Oui c’est vrai, je me définis comme un homme libre et «citoyen du monde» et non en fonction de ma religion ou de ma profession. Lorsque je m’exprime c’est en tant que citoyen et militant pacifiste et je ne représente pas la position de mon pays. Je respecte tous ceux qui ont des vues différentes. L’indépendance d'esprit est fondamentale pour moi.

J’ai un grand respect pour Israël, son histoire millénaire et le courage de son peuple. Si je le défends, c’est indépendamment de mes convictions religieuses, c’est par mépris de l’injustice et du mensonge.

En tant que tunisien, je pense avoir une dette envers Israël, qui, au début des années 1950, a appuyé au sein de l’ONU les aspirations nationales tunisiennes pour l’indépendance. Aujourd’hui hélas, le nom de votre pays n’apparaît pas dans les cartes géographiques tunisiennes et les livres scolaires ; je trouve cela injuste.

Dans le cadre de mes activités, j’ai lancé un blog «Tunisie-Israël» affilié à l’Association Mondiale Israélite de Tunisie( AMIT). Je le gère en partenariat avec un confrère à Netanya. J’ai aussi la chance de collaborer avec d'autres excellents sites et blogs. Nous déplorons grandement les faibles moyens dont nous disposons pour lutter seuls contre les esprits obtus qui continuent de voir Israël comme la source du mal.

 

Lph: Vos écrits sont ouvertement pro-israéliens. Dans le climat actuel et compte tenu de vos origines, cette position est doublement courageuse. Quelles sont vos motivations ?

F.S: Nous assistons à une offensive anti-juive qui se déploie tous azimuts dans le Monde arabe et qui requiert une réponse énergique de nos intellectuels. Aujourd’hui, le Monde arabe et musulman vit la même période sombre que celle vécue dans l'Europe d’avant-guerre. L’islamisme totalitaire, bien caché, derrière la «cause palestinienne», veut en finir avec tous les Juifs à l’aide d’un "nouvel Hitler", musulman cette fois.

Nous ne pouvons pas rester les bras croisés devant les appels à la destruction d’Israël. Je ne peux pas défendre l’indéfendable. Je ne peux pas soutenir une cause islamiste qui veut faire de la «Palestine» une terre judenrein - vide de Juifs.

Un sondage réalisé par  "Media Review Analysis" avec la fondation Konrad Adenauer et publié le mois dernier à Ramallah m’a particulièrement inquiété. 49% des Palestiniens se déclarent en faveur d'attentats contre les civils juifs à l'intérieur des frontières d'Israël. Des sondages similaires dans les pays arabes nous conduiraient aux mêmes résultats ou pire encore parmi les populations arabes fanatisées qui soutiennent avec aveuglément les Palestiniens.

Je ne suis pas «pro-israélien» ou «pro-sioniste». Je me place en première ligne dans la défense de la liberté contre le fascisme islamique. Le peuple juif a le droit de vivre en sécurité et en liberté en Israël.

Il est temps d’en finir avec la haine justifiée par la cause palestinienne. Il faut choisir entre le bourreau et sa victime : il n’est pas question de rester neutre. Quand le monde fanatique cessera de provoquer et de bombarder les civils israéliens, que le nabot iranien cessera de clamer qu'il veut «effacer Israël de la carte», que les Palestiniens cesseront de soutenir des fous furieux qui utilisent femmes et enfants comme bombes humaines; à ce moment-là je serai «pro-palestinien».

Lph: Beaucoup de vos articles sont publiés dans la presse juive ou qui se réclame du courant pro-israélien. Vous arrive-t-il de participer à des débats ou d'exprimer vos idées sur un terrain plus hostile?

F.S: Contrairement à ce que vous suggérez, il n’est pas possible de participer à des débats libres dans certaines parties du monde. Pensez-vous que les médias arabes sont démocratiques? Pensez-vous que vous pouvez donner librement votre avis dans ces journaux sur le rapport Goldstone ? Ou que vous pouvez expliquer ce qui s’est réellement passé sur le navire terroriste turc Mavi Marmara? Pensez-vous qu’il est possible, sur un plateau de télévision arabe, de contester la version palestinienne autour de la mort de Mohammed al Dura? Ou alors de rappeler qu’historiquement le tombeau de Rachel et le Caveau des Patriarches font partie du patrimoine du peuple juif?

Les médias arabes sont soit sous contrôle étatique et donc conçus pour la langue du bois, soit des médias privés (comme Al Jazzira) motivés par des considérations purement idéologiques et qui interdisent à leurs employés d’élargir leurs cercles de réflexion.

A mon grand regret, ces médias « idéologisés » ne sont animés d'aucun souci d’objectivité, d'aucune impartialité ou éthique, et se retrouvent complices de la désinformation.

 

Lph: Il y a quelques temps vous avez fait l'objet de menaces. Craignez-vous d'être victime de représailles de la part d'islamistes radicaux?

F.S: Nul n’a mandaté les islamistes à définir la façon dont je dois penser. Sur le plan légal, ils ne peuvent strictement rien faire contre moi. Ils ont adopté la méthode mafieuse du harcèlement, de l’intimidation, du chantage et de la menace pour tenter de me faire peur. Ils ne pourront pas me priver de ma liberté de penser et de m'exprimer. Les fondamentalistes musulmans veulent surtout occuper une place sur la scène politique et même la dominer. Il sera toujours temps de les affronter légalement grâce aux lois en vigueur en Tunisie. Heureusement, la Tunisie tout comme l'Égypte ou la Jordanie pratiquent la fermeté face aux islamistes. Que ce soit à Tunis, au Caire ou à Tel Aviv nous sommes aujourd’hui dans une stratégie de confrontation globale contre le même ennemi.

 

Lph: Sur Internet, une rumeur faisait de vous un personnage fictif, inventé de toutes pièces pour les besoins de la cause juive et israélienne. Que répondez-vous à cela?

F.S: Les ennemis du peuple juif sont constamment enfermés dans une logique négationniste: la Shoah n’existe pas, Israël n’existe pas, les milliers des juifs expulsés des pays arabes n’existent pas …et un militant pacifiste serait un personnage fictif !

Cette rumeur a été lancée en 2008, sur des sites arabes, et le mensonge s’est vite propagé. Les fous qui l'ont imaginé sont tellement embrigadés par leur environnement lamentable qu’ils ont du mal à croire qu’il est possible que l’un des leurs puisse avoir la générosité, le goût du partage et l’élan vers l’autre… le Juif israélien.

Le plus malheureux est que récemment, je me suis aperçu que cette rumeur a été reprise par des gauchistes juifs. Et ce n’est pas par hasard. Depuis que je me suis manifesté publiquement contre l’initiative "J-Call", certains gauchisants prétendent que je n’existe pas et que j'ai été créé pour les besoins de «l’extrême droite». Mais je ne m'abaisse pas à leur niveau. Je leur dis, excusez-moi d’exister messieurs les gauchistes. Et comme l’énonçait Descartes: «Je pense donc je suis».

 

Lph: Quel est votre sentiment sur les dernières évolutions du conflit israélo-arabe?

F.S: Tout d’abord une précision importante: je ne reconnais pas la formule «conflit israélo-arabe». Cette formule est malheureusement très répandue notamment en Occident. Je ne l’utilise jamais car elle est fausse et trompeuse. Le conflit actuel est limité entre Israël et deux pays arabes (Syrie, Liban) et un pays non arabe (Iran) ou avec des entités ouvertement terroristes (Hamas, Hezbollah).

En Afrique du Nord, nous ne sommes pas en conflit avec Israël. C'est également le cas de l'Égypte, de la Jordanie ou des pays arabes du Golfe qui entretiennent le plus souvent des relations officieuses avec Israël. La formule «conflit israélo-arabe» n’est plus valable au moins depuis 1979. De plus, la présence d'importantes communautés tunisiennes ou marocaines en Israël nous lie particulièrement à ce pays. Nous n'allons pas les renier ou les sacrifier pour faire plaisir aux Palestiniens. Pour nous les intérêts des Tunisiens en Israël ou ailleurs sont plus importants que ceux des Palestiniens ou des Libanais.

Sur les dernières évolutions du conflit «israélo-palestinien», je constate malheureusement que les efforts israéliens pour avancer vers la paix sont perçus du coté palestinien comme des signes de faiblesse. Ces gens ne comprennent pas les concessions ni la main tendue.

Même si chacun de nous aspire à une « véritable Paix », j’estime qu’il est impossible de continuer dans la politique munichoise des concessions. Je pense qu’il faut tirer les conséquences de la situation sécuritaire actuelle. Les territoires évacués sont tombés aux mains des terroristes les plus acharnés (Hamas à Gaza, et Hezbollah au sud Liban) avec pour conséquences les roquettes et les attentats suicides contre Israël. Mr Netanyahu a le choix entre la poursuite de la politique du retrait unilatéral qui encourage le terrorisme ou, au contraire, une gestion politique plus ferme et plus adaptée à la réalité du terrain. Je pense qu’il est assez intelligent et doué pour faire le bon choix.

J’estime aussi qu’il va prendre progressivement ses distances par rapport à Hussein Obama et écouter l’opinion publique israélienne. Obama est un homme dangereux et cynique. Il veut simplement faire plier Israël par étapes. Je condamne cette ingérence injustifiée dans les affaires d'un État souverain.

Lph: Quel message souhaiteriez-vous faire passer à nos lecteurs, francophones d'Israël?

F.S: Tout d’abord je voudrais les féliciter pour leurs efforts afin de maintenir et de perpétuer la culture et la langue françaises en Israël. Par leur contribution à  l’économie de ce beau pays, ils ont prouvé leur amour éternel pour Israël.

En second lieu, je souhaiterais que la nouvelle année civile soit pour les francophones d'Israël - et pour l’ensemble des francophones à travers le monde – une année de mobilisation pour notre frère, lui aussi francophone, retenu en otage. La libération du soldat franco-israélien Guilad Shalit doit être l'une de nos priorités. Son cas nous démontre encore une fois les carences du monde libre face aux méthodes abjectes du terrorisme anti-juif. Dans les pays d’Amérique du Sud, un million de signatures ont été réunies pour demander la libération de Guilad Shalit. Je propose que les francophones à travers le monde réunissent dix millions de signatures en sa faveur.

J’espère enfin que le nouvel ambassadeur d’Israël en France parviendra à convaincre le gouvernement français d’exercer une pression financière sur ceux qui détiennent G. Shalit en violation du droit international. Il est aberrant que l’argent des contribuables européens soit versé à des preneurs d'otages. Je plains la famille Shalit de tout cœur de subir une telle épreuve sans aucun soutien de la communauté internationale uniquement favorable aux terroristes assassins. 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

pascal silman 24/02/2011 13:23



Je ne le connaissais pas !!mais je suis agréablement surpris de son dialogue et sa connaissance du probléme israëlo-palestinien il en parle  avec une parfaite maitrise......


il est vrai que le hamas touche des millions d'euros venant de Bruxelles et il ne font rien absolument rien pour, si il achéte des armes uniquement pour faire la guerre avec Israël c'est fou çà
et en plus avec notre fric a tous INCROIYABLE MAIS VRAI!!!!!!!!


Je ne sais plus qui a écrit ( que si il le voulait "les palestiniens" il aurait pu faire de Gaza un petit hong kong ) mais malheureusement ils ont choisis les armes ( vous saviez qu'a la mort
d'arafat il était archi millionaire en dollars se porc et pendant se temps sont peuple crêve de faim et brandissé le poing contre Israël, les hommes change mais la coruption et la même Abas et
les fou De dieu sont les même pourris!!!!!


pascal silman


résistant républicain



Nancy VERDIER 23/02/2011 20:32



Sa position est remarquable et il est bien dommage qu'il ne puisse s'exprimer sur les ondes ou le petit écran plus souvent. Cela interdirait peut-être aussi à  certains Français "bien
pensants" ou simplement stupides de dire les énormités qu'on entend parfois à propos des Juifs ou d'Israël.



LA GAULOISE 23/02/2011 17:38



Belle leçon de courage et surtout de grande honneteté.



Topaze 23/02/2011 16:27



Lorsque qu'une majorité de musulmans auront la même façon de regarder la réalité en face, être démocrate comme Ftouh Souhail...Le Monde sera sauvé
de l'Islamisme...Je suis avec un intérêt admiratif ses articles sur DRZZ. C'est là, que je l'ai connu.
Bravo et la pétition pour libérer Guilad Shalit je l'ai signé, il y a des semaines.


http://www.petitiononline.com/guilad2/