TAFTA: pourquoi il faut voter le 25 mai contre cette Europe liberticide.

Publié le 19 Mai 2014

Derrière le projet d’accord commercial entre l’Union européenne et les États-Unis se profilent de nombreuses menaces dans les domaines de la santé, de l’accès aux médicaments, de l’énergie ou de la sécurité alimentaire. Depuis les années 2000, tous les lobbies sont favorables à la création d’un gigantesque marché transatlantique visant près de 800 millions de consommateurs. Ils peuvent être contents : la Commission européenne leur a donné raison, elle le négocie au nom des 28 États.

Par Patrick Crasnier 

L’objectif est clair : « Les multinationales veulent obtenir le monopole de la fixation des normes sociales, sanitaires, alimentaires, environnementales et culturelles. » Ces multinationales ont donc pour but de remplacer les États, avec l’aide de la Commission européenne et des Américains. Quand on prend connaissance de ce qui se prépare, cela fait froid dans le dos.

Si nous n’avions qu’une raison d’aller voter le 25 mai, ce devrait être celle-là : empêcher la signature de ce traité ! Sans un vote massif d’opposition, il sera rapidement mis en place après les élections, tout est prêt pour cela. Il est évident que tous les défenseurs de l’Europe actuelle vont user des arguments les plus malhonnêtes pour vous expliquer qu’il n’en est rien, que ce traité est la clef de la fin de la crise, que les Européens (et les Français) ne craignent rien.

Voilà ce qu’il en est réellement : le but de ce « TAFTA » (c’est ainsi qu’on le nomme en anglais) est de mettre en place une concurrence débridée et de niveler par le bas les règles sociales, économiques, sanitaires, culturelles et environnementales, tant en Europe qu’aux États-Unis. L’invasion des produits agricoles américains, avec OGM, poulets aux antibiotiques ou au chlore, et tous ces produits interdits du fait de nos normes sanitaires seront donc dans nos assiettes d’ici un an ou deux. L’industrie américaine, par exemple, se bat pour avoir le droit d’introduire en Europe un activateur de croissance (la ractopamine) utilisé dans les élevages de bovins américains, laquelle substance est actuellement interdite sur le Vieux Continent. Toutes les avancées obtenues par nos différents pays pour supprimer les substances cancérigènes comme le bisphénol des biberons ou les autres substances des contenants en plastique nous reviendront par les États-Unis…

Ces quelques exemples ne sont qu’une toute petite partie des problèmes que pose ce traité transatlantique. Il est à se demander, tant ce pacte remet en cause la souveraineté des États, si ceux qui lui donnent le feu vert l’ont vraiment lu. Il est même remarquable que les socialistes, qui défendent avec tant de vigueur « l’exception culturelle française », n’attachent pas la même importance au sanitaire, à l’alimentaire ou à l’environnement. C’est une véritable résistance qui commence à s’organiser contre ce traité, et certains départements se sont déjà décrétés « zone hors TAFTA ».

Vous avez compris : même si la tentation de l’abstention vous guette ce 25 mai, pensez TAFTA et allez déposer votre bulletin dans l’urne !

TAFTA

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Europe liberticide

Commenter cet article

mika 19/05/2014 18:55


Quelques semaines avant de mourir, François
Mitterrand livra son testament politique aux Français : « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre
économique, une guerre sans mort…apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde… C’est une guerre inconnue, une guerre
permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort ! »